Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 3

Et si on parlait polar sur petit écran….

Et si on parlait polar sur petit écran….

Saison 1 – Episode 3

By Fanny Louise

Et si on parlait polar sur petit écran….

Qui est fan de polar, aime le noir, les points de vus au cœur de l’action, se doit d’avoir vu la série américaine THE SHIELD.

Aujourd’hui je vous présente une série un peu ancienne sur la LAPD, la Police de Los Angeles. Nous sommes ici loin du glamour et des paillettes d’Hollywood, car The Shield se veut une série vraie, souvent filmée caméra à l’épaule et montrant un aspect de la cité des anges rarement vu à la télévision au moment de la sortie de la première saison en 2002. La série s’inspire librement du scandale Rampart, qui avait touché une unité du LAPD. Ce scandale a fait grand bruit à la fin des années 1990 suite à la découverte d’une vaste affaire de corruption au sein d’une unité anti-gang. Plus de 70 agents étaient impliqués dans divers faits de corruptions, de vol, de faux témoignages, trafic de drogue et autres faits divers et variés.

La série comporte 7 saisons avec un total de 88 épisodes de 45 minutes environ.

The Shield c’est donc le quotidien d’une brigade de choc de la Police de Los Angeles menée par un inspecteur aux méthodes expéditives et discutables, Vic Mackey, superbement interprété par Michael Chiklis.

 

La série suit la brigade de Vic Mackey, flic brutal et de ses membres, suivant tous les pas de leur chef, quitte à s’arranger régulièrement avec l’interprétation des lois et des procédures, pour servir leurs enquêtes et surtout leurs intérêts. Car The Shield n’est pas une série avec des héros bien propres sur eux et incorruptibles. The Shield c’est le côté obscur de la Police, celui où les gentils sont en fait des méchants voir des très méchants. Car quand il s’agit de régler les problèmes Mackey et son équipe ne sont pas une ou deux irrégularités près.

Au fil des saisons, on voit les membres de la brigade s’enfonçaient dans la noirceur et la corruption. Ayant atteint un point de non-retour, ils ne peuvent plus redevenir de simples flics. Ce sont des ripoux prêts à tout pour sauver les apparences et protéger leurs petites affaires. Que d’autres flics en fassent les frais n’est pas un souci et gare à ceux qui fraichement arrivés feraient preuves de velléités de résistance. Ces flics vivent pour et par la brigade, au péril souvent de leur équilibre familial et personnel.

Les personnages principaux sont Vic Mackey le chef, les inspecteurs Shane Vendrell, joué par Walton Goggins (acteur formidable, que les amateurs des films de Tarantino reconnaitront car il y tient souvent des seconds rôles remarquables), l’inspecteur Curtis Lemansky interprété par Kenneth Johnson ou encore Ronald Gardocki joué par David Rees Snell.

Cette série a également accueilli des acteurs renommés tels que Glenn Close ou Forest Whitaker. Il faut dire que la qualité de The Shield méritait amplement de telles pointures du cinéma américain. Car j’insiste sur la remarquable qualité de réalisation et de scénario de cette série. Comme déjà dit, il y a beaucoup de scènes filmées caméra à l’épaule, ce qui donne beaucoup de dynamisme. Beaucoup de gros plans, de plans serrés plongent le spectateur directement dans l’action et cela donne une proximité avec les protagonistes assez inédite sur un tel format télévisuel. On a parfois l’impression de suivre un reportage caméra embarquée directement au cœur des histoires se déroulant à l’écran.

Bien sûr, nous suivons des flics corrompus, on le sait dès le début, mais les personnages ont tous des caractères, des failles, des histoires personnelles qui leur donnent une humanité incroyable et les rendent malgré tout attachants. On se plait les suivre, on redoute leurs échecs, on vibre, on est choqué mais on prend plaisir à y retourner.

Cette série porte un regard sans concession sur ce que peut être la Police en général et ici en particulier aux Etats-Unis. Les forces de l’ordre c’est avant tout un ensemble d’hommes et de femmes, avec autant de particularités, de défauts et de qualités que tout un chacun. C’est une corporation soudée dans laquelle, quand les événements le demandent, chacun est prêt à sauver et parfois couvrir son partenaire. On entend souvent l’expression selon laquelle la Police est une grande famille. Dans The Shield, cette expression prend tout son sens.

Bien que cette série n’ait pas connu un succès immense auprès du grand public (mais est-ce vraiment important, quand on voit ce qui marche très bien la plupart du temps ?), elle a fait l’objet d’éloges de la part de nombreux critiques pour son réalisme et sa qualité de réalisation. C’est à ce jour l’une des séries qui m’a le plus marquée et dont le nom me vient immédiatement à l’esprit quand on me demande quel est le top 5 des séries que j’ai le plus aimées.

Uniquement disponible sur DVD (disponible à la FNAC, la série complète autour de 60€) ou par VOD actuellement sur MyCanal, je ne peux que vous encourager à vérifier si votre médiathèque la propose et démarrer le visionnage de toute urgence.

Fanny Louise

 

Vous pouvez aussi retrouvez:

La Saison 1 – Episode 1, Engrenage ICI

Et La saison 1 -Episode 2, Dexter Là

12 réflexions sur “Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 3

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s