La GAV : @Danielle Thiery sous le feu des flingueuses, quatrième audition. 4/4

La GAV : @Danielle Thiery sous le feu des flingueuses,

quatrième audition. 4/4

fin de la Garde à vue de Madame

Danielle Thiery

4e interrogatoire par Fanny Louise secondée de Sylvie K

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre ce matin et  après- demain  après-midi

Allez place à la GAV de Danielle Thiery

C’est toujours un véritable plaisir de retrouver Danielle Thiéry à Concarneau. Une femme extraordinaire qui allie humour, gentillesse et talent.

Fanny : Bonsoir Danielle. 
Êtes vous prête pour cette dernière ligne droite avant la levée de votre GAV ?

Danielle : Yes !
Bonsoir Fanny

Fanny : 👍

Geneviève : Va savoir si on signifie la fin de la garde à vue ou si on met notre auteure en détention !

 

Danielle : Il te faut un juge pour ça, je connais la loi…

Fanny, Sylvie et Geneviève : 😆

Dany : chez les flingueuses on est multitâches

Geneviève : Ici je suis juge et partie, alors
Danielle,  il va falloir que tu sois gentille avec Fanny :  c’est son premier interrogatoire

Fanny et Sylvie : 😆

Danielle : Gentille, moi? Dans tes rêves!

Geneviève : Bon disant bienveillante !

Danielle : Hum, on va voir…

Geneviève : Allez trêve de plaisanterie, Fanny cette audition est pleinement la tienne !

Fanny : On sent beaucoup d’empathie de votre part pour les victimes dans vos romans. Quelles sont les causes qui vous tiennent à cœur ?

Geneviève : 👍

Danielle : Qui dit cause à défendre, dit victime, faiblesse, absence de capacité à se défendre. En premier lieu, j’ai été touchée par celle des enfants, parfois très petits, victimes des adultes, souvent des proches qu’ils aiment quand même.

Fanny : Cela ne doit pas être évident à vivre. Comment faites-vous pour être factuelle et ne pas tomber dans le pathos au moment de l’écriture ?

Danielle : c’est la distance que je m’impose qui me permet de rester factuelle.
Je me dis que ce sont des personnages et que si je veux, je peux faire que ce soit moins terrible pour eux. L’auteur est un Dieu, en quelque sorte, il a tout pouvoir sur son histoire et ses personnages

Fanny et Geneviève: 👍

Fanny : Avez vous des échappatoires pour justement arriver à rester à distance lors de ces phases d’écritures « difficiles »?

Danielle : Ma famille, ma cuisine, mon jardin, les trucs bien terre à terre qui laissent l’esprit libre en occupant les mains… Aussi le cinéma, la lecture…

Fanny : Quels genres de lectures ? Êtes vous attirée par les polars justement ou préférez-vous évader vers d’autres styles ?
Quels sont le dernier livre et le dernier film que vous ayez vus ?

Danielle : Eclectique… Le polar bien sûr et toujours mais aussi d’autres choses, en ce moment je commence le dernier Oates…

Fanny et Geneviève : 👍

Danielle : Dernier film, La vie scolaire de Grand Corps malade, un très beau film émouvant et drôle, livre Avalanche hôtel de Nico Tackian, très chouette.

Fanny : 😍

Fanny : Ce n’est pas trop difficile pour vous d’avoir un regard neutre étant auteure et scénariste ? Arrivez vous à ne pas analyser de trop ?

Danielle : Ah non, je m’en garde bien ! Je suis bon public, je me laisse emporter (ou pas…) tout ce qui compte c’est l’émotion ! Qu’importe certains défauts qu’on peut voir ici ou là. Si je ris, ou je pleure, ou je frissonne, c’est gagné. Pour le livre c’est le page-turner qui compte, l’envie de passer la nuit sur une histoire…

Fanny : La mode est aux séries. En êtes-vous friandes ? Si oui qu’elles sont vos préférées du moment ?

Danielle : J’en regarde oui mais en ce moment, pas trop. J’aime bien Engrenages et les séries politiques comme Borgen ou Baron noir, le bureau des légendes. Les autres me rasent un peu, c’est toujours la même chose en France du moins.

Fanny : 😍

Fanny : Vous parlez à une grande fan de la série Engrenages !!

Danielle : C’est la plus réaliste même si certaines saisons ont été décevantes.. Le côté histoire perso est parfois lourdingue

Fanny : 👍

Fanny : Dans le domaine de l’écriture vous avez beaucoup varié les genres mais reste-t-il un domaine auquel vous aimeriez vous essayer ?

Danielle : Pour l’instant non… Je travaille sur un livre pour les jeunes adultes (ou grands ados) et j’avoue que si j’y prends plaisir je ne vois pas trop la différence avec un livre pour adultes. Mais je reste dans le polar, faut être sérieux !

Fanny et Sylvie : 👍

Danielle : Le noir est ma couleur…

Fanny et Geneviève😍

Geneviève : Et elle te va si bien !

Puisque vous parlez série, Danielle avant même d’écrire tu as été à l’origine d’une série française, non ? 

Une série adapter d’une de tes premiers livres : La petite-fille de Marie Gare que l’on ne trouve plus édité malheureusement

Danielle : Comme je te le disais lors de notre premier entretien, j’ai travaillé 38 ans dans la police, débutant comme lieutenant à Lyon et terminant ma carrière comme commissaire divisionnaire à Paris. L’envie d’écrire date de ma petite enfance et mon expérience professionnelle est venue l’enrichir. Quand j’ai été nommée divisionnaire, j’ai été invitée dans une émission télé animée par Michel Drucker. Un producteur m’a contactée et, de cette rencontre, est née la série « Quai n° 1 », avec Olivier Marchal et Sophie Duez. J’ai écrit le concept, les personnages et une chose en entraînant une autre, j’en suis venue à rédiger mon premier polar, « Mauvaise graine », en 1995. Depuis, j’ai écrit 18 romans pour adultes, quatre pour enfants, et plusieurs livres-documents.

Fanny : Question polar, y en a-t-il un en particulier que vous ayez lu et pour lequel vous vous êtes dit : mince celui ci j’aurais bien aimé l’avoir écrit ?

Danielle : Il y en a plusieurs… Ceux de Ellroy, sans distinguo, Mystic River ou Shutter Island de Lehanne, Pars vite et reviens tard de Vargas mais je ne la lis plus depuis qu’elle se prend pour une lanceuse d’alerte en surfant sur des vagues usées jusqu’à la corde… Sinon, c’est pas trop polar mais j’ai kiffé Au revoir là-haut de Pierre Lemaître. En revanche n’aime pas ses polars.

Fanny : Je vais revenir à vos romans

Danielle : Allons-y !

Fanny : Vos personnages féminins sont des femmes fortes, avec leurs failles et leurs faiblesses mais cependant  vous en faites de vraies battantes. Elles évoluent dans un milieu disons-le un peu (beaucoup) machiste. Cherchez-vous à faire passer un message au travers de vos romans ?
Quelques comptes à régler au vu de votre propre expérience ?

Danielle : Aucun compte à régler je ne suis en guerre avec personne, ni l’institution ni les collègues. C’est un groupe humain comme les autres, il y a des gens formidables (beaucoup) et des salopards connards (beaucoup aussi) Ces femmes que je mets en scène ce n’est pas pour faire contrepoint ou délivrer un message, elles existent, je les ai rencontrées, j’ai bossé avec elle exactement comme les hommes de mes romans. La légiste, elle travaillait à Lyon dans les années 1970, en talons aiguilles et tailleur Chanel. Elle était brillante et personne ne mouftait. Valentine existe, Marion ben oui forcément.Je ne revendique qu’une chose : leur compétence et leur courage, si les hommes en prennent ombrage tant pis, c’est comme ça chez-moi,

Fanny : J’admire votre discours car cela n’a pas dû être simple tous les jours.
Avez vous des collègues qui se sont reconnus dans des personnages de vos romans et qui vous ont fait part de leurs commentaires ?

Danielle : Rien n’est simple! J’ai eu de la chance au fond car j’avais des armes pour me battre, un fichu caractère et, je pense, du courage. Ça change tout dans un monde où on a vite fait de vous marcher dessus. Oui parfois mes collègues se reconnaissent surtout dans les premiers romans, et pour cause, j’écrivais avec eux, les dialogues, leurs réactions. Parfois des gens (pas forcément des flics d’ailleurs) se sont reconnus alors que je ne les connaissais même pas ! Tous les écrivains connaissent ça !

Dany : Et les enfants que tu côtoies dans les ateliers d’écriture … comment est-ce qu’ils te voient ?

Geneviève : 👍

Danielle : C’est toujours un grand moment ! Ils n’ont pour la plupart jamais vu un commissaire surtout féminin et jamais rencontré un écrivain. Le mélange des deux est explosif mais j’adore. Il y a des questions inévitablement sottes (à cause des séries) comme « combien de personnes tu as tué ? »et des réflexions très pertinentes sur la fiction et la réalité. Je parle aussi de la place des femmes dans les deux activités et ça suscite beaucoup de réactions. Je vois bien qu’on a reculé, avec les filles. Elles ont besoin d’entendre que rien ne leur est fermé et pourtant…

4 titres de Danielle Thiery pour le public jeunesse

Dany : une belle occasion de passer des messages …

Danielle : Bien sûr, c’est la première raison pour laquelle j’écris pour la jeunesse. La transmission…

Dany : Est-ce que tu as le sentiment que tu les aides à devenir lecteur ou le sont-ils déjà en venant te voir ?

Danielle : C’est très varié dans ce public mais quand je vais les voir, je demande qu’ils aient lu au moins un livre de moi. ET, après, j’ai de très bonnes surprises, avec des jeunes lecteurs qui m’écrivent pour me dire qu’ils se sont mis à lire après notre rencontre… Pas la majorité soyons honnête, mais quand même. Leurs parents s’y mettent aussi du coup et, parfois, les grands-parents, comme quoi…
C’est encourageant
Même un seul qui passe à la lecture, le job est fait !

Oui mais il y a les écrans, hélas… bien que certains enfants lisent par le biais du numérique, il faut les encourager.

Fanny : Quelle est votre actualité ? Avez vous des salons prévus prochainement ?

Geneviève : 👍

Danielle : Prochain salon, ce week-end, Lire sur la place, à Nancy, ensuite, LISLE SUR TARN, génial salon, puis TEMPLEMARS, LE MANS, CAEN, MULHOUSE, BRUXELLES, LAMBALLE… Un marathon
ET ça c’est pour octobre et novembre… J’ai oublié PAU aussi, merveilleuses rencontres en perspective!
Je présente SEX DOLL et Piquette à la Roquette, un Nestor Burma à ne pas rater !

Fanny : 😍

Fanny : En effet !! Je vais laisser mes collègues flingueuses prendre la relève. Je vous remercie pour ces échanges riches et instructifs.

Danielle : Merci à vous !

Fanny : 😍

Sylvie : Bonjour Danielle Thiery

Danielle : Bonjour Sylvie..

Sylvie : Ce Nestor Burma parlez-nous-en…  écriture différente ?

Danielle Très différent mais jouissif ! Écrire à partir d’un cahier des charges même succinct et à la première personne c’est inhabituel

Sylvie : Jouissif par l’écrit et/ou le personnage ?

Danielle : Les deux ! Me mettre dans la peau d’un homme, qui plus est que j’ai « fréquenté » dans le temps sous la plume de Léo Mallet, c’est marrant. Et l’écriture est plus fluide quand on dit « je », ça autorise des fantaisies à la pelle !

Sylvie : Employer le « Je » vous préférez  ? ….

Danielle : Si je préfère ? Pas forcément mais là c’est le deal, alors…

Sylvie : Dans vos mémoires qui sont prévues je crois en 2021 ce sera « Je »

Danielle : Ah oui, bien obligé !!!  Normalement ce sera 2020..
C’est ma vie que je raconte !!

Sylvie : Y a-t-il des souvenirs ou des moments passés  que vous avez zappés et qui reviennent ? Est-ce un travail de mémoire  difficile ?

Danielle : Oui, c’est parfois douloureux, mais ce qui est oublié je ne le cherche pas, je m’en tiens aux souvenirs vivants, c’est plus confortable.

Sylvie : Hâte de les lire vous avez une vie passionnante. Pour conclure vous auriez envie de vous poser, profiter , voyager ou autre ?

Danielle : J’ai beaucoup, beaucoup voyagé, j’en ai moins envie aujourd’hui, le voyage littéraire me suffit… presque ! Profiter ?  J’ai horreur des profiteurs ! Et me poser je ne sais pas faire… Donc je courrai les routes tant que mes jambes me porteront, j’écrirai tant que je pourrai taper sur un clavier et que, bien sûr,les lecteurs seront au rendez-vous…

Geneviève : Voilà une belle conclusion

Sylvie : Chouette programme  qui me convient et conviendra à tous les fans  je vous remercie beaucoup…

Geneviève : Quelle chose à rajouter Madame Thiery ?
Des aveux à nous faire ?

Danielle : Je suis libre, alors ? La garde à vue est levée ? Vous me rendez ma ceinture et mes lacets ? J’ai tout dit, m’sieur l’agent ! Enfin, presque tout…

Sylvie : Et sans contrainte

Danielle : Amicale, seulement !

Geneviève : Tu n’as pas une chose qui te tient à cœur et sur laquelle nous ne serons pas passées ?

Danielle : Si, je vous kiffe les filles, vous êtes de sacrées nanas, les flingues toujours affûtés et, bref, vous en avez dans le pantalon !

Miss Aline , Sylvie et Fanny : 😍❤

Geneviève : Venant de toi on ne peut que se sentir flattées

Danielle : C’est sincère

Geneviève : Nous aussi on te kiffe, mais on ne le dira pas, on ne voudrait pas que l’on mette en doute notre impartialité

Sylvie : Merci au nom des flingueuses et une bise pour conclure

Geneviève : Alors merci Madame, vous êtes vraiment une grande dame du polar.

Sylvie : ❤

Miss Aline : Merci beaucoup Danielle. Excellente soirée à vous.

Geneviève : Et merci les Flingueuses,
Danielle  a raison vous êtes des supers nanas

Miss Aline, Sylvie et Fanny😍 ❤

Miss Aline : Merci Ge !

Dany : J’ai dû quitter la joute un moment. Merci madame l’auteure pour ce bon moment… à bientôt😍

Geneviève : Allez 20h00 fin de cette 4e audition, la garde à vue de Danielle Thiery est levée ! Vous êtes livre madame l’autrice 

Retrouvez  les précédentes auditions de madame Danielle Thiery 

1ère audition Danielle et Ge notre porte flingue

2e audition Danielle versus Mamie Danièle

3e audition Danielle face à Miss Aline

2 réflexions sur “La GAV : @Danielle Thiery sous le feu des flingueuses, quatrième audition. 4/4

  1. Danielle Thiéry, elle est cash ! dans ses livres oh! , je n’ai pas tout lu, on sent la patronne J’ai eu le privilège de travailler un peu sous ses ordres, c’est une Cheffe, elle te fait répéter et reformule, si on a le temps, et toujours quand elle demande si tu as compris, c’est elle qui décide et tu fais , point. Attentive à ton entourage , elle te protège en fait . Je me livre un peu: c’est une vraie nana, séduisante et travailler avec elle, très peu de temps, fut un vrai plaisir, si par hasard elle te découvre des qualités de mâle ou de ce qui faut là ou il faut, tu dis rien , c’est un « graal » personnel qui ne regarde personne mais peut se lire dans un regard. Ce blog sans nostalgie de petit écrivaillon en face d’elle écrivaine, me permet d’écrire un fond de pensée.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour quelqu’un
      Merci pour ce magnifique témoignage anonyme.
      Cela ne m’étonne pas que Danielle ait été un vrai patronne, une main de fer dans un gant de velour.
      C’est une femme exceptionnelle que vous avez eu la chance de cotoyer dans son quotidien de flic alors que moi je n’ai jamais fréquenter que l’auteur m^me si cette auteure à ses début était encore en activité.
      Bien à vous.
      Et n’hésitez pas à partager avec nous quelques autres anecdotes.

      J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s