La vie en Rose de Marin Ledun

Le livre : La vie en Rose de Marin Ledun. Paru le 02 mai 2019 aux éditions Gallimard dans la  collection Série Noire. 20 € .  (320 pages) ; 14 x 20 cm.

 

4ème de couverture :

Ses parents partis parcourir la Polynésie, Rose – qui s’est installée avec le lieutenant Personne – se retrouve seule pour s’occuper de ses frères et sœurs.
Coup sur coup, elle est confrontée au cambriolage de Popul’Hair – le salon de coiffure où elle fait la lecture –, à la découverte inopinée de sa grossesse et au meurtre de l’ex-petit ami de sa sœur. Bientôt, c’est le meilleur ami de Camille que Rose découvre poignardé.
Entre deux nausées, deux crises existentielles et en marge de l’enquête parallèle qu’elle mène, Rose doit encore s’occuper du suivi scolaire de sa sœur, des peines de cœur de son frère aîné, des plaintes du directeur de l’hôpital où travaille Antoine qui organise des strip-pokers au service gériatrie, de lire Sacher-Masoch aux clientes de Vanessa…
Pendant ce temps, l’assassin continue de s’en prendre aux jeunes gens du lycée où Camille est scolarisée. Un matin, alors qu’elle est censée préparer chez une amie une marche de soutien à la dernière victime, Camille disparaît.

L’auteur : Né à Aubenas (Ardèche) , le 07/05/1975, Marin Ledun est un romancier français et un ingénieur de recherches en sciences humaines et sociales .
Docteur en communication politique, il a été un spécialiste des questions liées au vote électronique. Il a publié un essai sur la démocratie assistée par ordinateur en 2005, et ses recherches actuelles portent sur l’émergence de nouvelles pathologies liées à l’organisation du travail.
Après un travail sur les enfants martyrs dans Modus operandi (Au Diable Vauvert, 2007), puis sur l’enfant cobaye et les biotechnologies, dans Marketing viral (Au Diable Vauvert, 2008), il poursuit sa réflexion sur le contrôle social et l’héritage culturel que le monde contemporain lègue à ses enfants dans Le Cinquième Clandestin (La Tengo, 2009) et Un Singe en Isère (Le Poulpe, 2010).
La collection « Série Noire » de Gallimard publie en mars 2010 son roman La Guerre des Vanités (Prix Mystère de la critique 2011) .
L’homme qui a vu l’homme (Prix Amila-Meckert 2014), Dans le ventre des mèresLes visages écrasés (Trophée 813 du roman français 2011; Grand Prix du roman noir 2012 du Festival International du film policier de Beaune et adapté pour Arte avec Isabelle Adjani) ) ont été traduits dans de nombreux pays.
Au fer rouge sort début 2015. Suivra l’année suivante, En douce qui reçoit le Prix Transfuge du meilleur Polar 2016, puis Ils ont voulu nous civiliser en 2017.
La plupart de ses romans évoquent la crise contemporaine et ses conséquences sociales.
Citoyen engagé dans le mouvement social radical, auteur de nombreux articles et ouvrages de recherche, marathonien, peintre et guitariste, Marin Ledun vit aujourd’hui dans les Landes près de la côte, au sud…
La vie en Rose est la suite de Salut ô toi mon frère (2018) et l’amorce d’une série.

 

Extraits :
« Le médecin me fait un clin d’œil complice, lève discrètement l’index sur ses lèvres, puis il empoche le chèque.
Il sait.
Uniquement à l’aide d’un stéthoscope ?
Impossible.
Camille a capté notre bref échange. Elle me dévisage avec suspicion. Je feins de me laisser aller sur l’oreiller en guise de diversion et je fourre la main dans la poche de mon jeans pour y trouver le test de grossesse. J’entrouvre mes paupières. Nouveau clin d’œil de docteur-le-fouineur qui semble me dire « Je suis tombé dessus par hasard, je te jure ! » et à qui je balance mon regard torve qui signifie « Si tu parles, tu es mort, chacal puant ! ». Message reçu cinq sur cinq. Il referme sa sacoche, salue l’assemblée et prend congé. »
 
« …à mon avis, les théories mathématiques, c’est comme la libido ou un dérailleur de vélo : qui se soucie de savoir comment ça marche pourvu que ça marche ? »

 

La chronique jubilatoire de Dany

La vie en Rose de Marin Ledun

Ce titre, une invitation de la part de l’auteur … car il s’agit bien de cela : vivre cette nouvelle aventure dans la peau de Rose. Mais pas une aventure rose, non, il s’agit bien d’un roman à suspense. On se demande raisonnablement comment fait Marin Ledun, pour être aussi vrai dans la peau d’une femme : il aime comme une femme, il pleure comme une femme, il exprime ses sentiments, sa colère et ses peurs comme une femme, il conduit comme une femme et surtout il est enceinte comme une femme !

 Après avoir fait connaissance avec la famille Mabille-Pons l’année dernière dans Salut ô toi mon frère, il restait à Marin Ledun à confirmer son virage de style en nous proposant ce retour loufoque et néanmoins inspiré à Tournon.  Il adopte le même ton léger que pour le premier épisode, pour conter les aventures de cette famille atypique. Même si je ne le conseille pas, ce volet peut être lu indépendamment du premier.

L’auteur n’a pas abandonné les grands thèmes sociétaux. C’est avec sa plume de sociologue qu’il guide le lecteur, à la suite de Rose, perturbée par sa grossesse, qui doit un temps endosser les responsabilités de cheffe de meute, puisque les parents sont aux antipodes, en vacances. La fratrie, moitié d’origine, moitié adoptée, mais magnifiquement unie quand on touche à l’un de ses membres … Il ne faut pas toucher aux copains non plus …

C’est truffé de citations littéraires, musicales, cinématographiques et de … téléréalités. .

Le meurtrier «  explose en plein vol. Il se laisse dominer par la colère, devient l’esclave de sa propre violence, descend dans la rue et dessoude le premier venu. Il défraie la chronique, il suscite l’émotion, il a son nom en gros en Une des journaux, il fait pleurer dans les chaumières. » C’est ce type de déviance qui nous guette, nous fragilise, peut nous faire basculer du côté du bourreau ou de la victime… de toutes façons il y a risque pour chacun(e) d’entre nous.

Au cours de ces trop courtes 320 pages, on accompagne les révoltes de l’auteur grâce aux réflexions de Rose qui avec son franc parler, s’insurge contre les travers de notre société, celle du fric, de l’inégalité, de l’indifférence, de la manipulation, de l’ambition.

Un régal jubilatoire et tellement juste. A quand le tome 3 ? Dans l’attente ne vous privez pas de découvrir le tome 1 des aventures de Rose …

Lu en version numérique. – epub 14.99 €

Autres Extraits :
« Mon frère est un héros, donc.
Parce qu’il endure tout ça, bien sûr.
Mais surtout parce qu’il adore son métier. Les petits vieux l’éclatent au plus haut point. Leurs manies, leur touchante dépendance, leur grain de folie, leurs souvenirs périmés, leurs mille et une vies, leurs photos de petits-enfants qui ne passent jamais, leur gérontisme, leur Troisième République, les grandes lois sur l’instruction, la laïcité ou le droit de grève sur lesquelles ils chient aujourd’hui en votant réactionnaire et nationaliste, la bombe H, la peine de mort, les Trente Glorieuses, les crises à répétition comme héritage, l’allongement de la vie, l’industrie pharmaceutique et du tabac, l’incompétence politique, l’incurie présidentielle, la publicité, la financiarisation de l’économie, les émissions de Thierry Ardisson et Marc-Olivier Fogiel ou le réchauffement climatique. Ces vieux-là ont tout inventé et Antoine les aime. C’est son côté Jacques Vergès : même les salauds ont le droit d’être défendus, torchés et lavés. »
 
« Et de m’expliquer le principe du strip-poker, joué selon la règle du Texas Hold’em. Chaque fois qu’un joueur n’a plus de jetons, il retire un vêtement en échange d’une nouvelle carte, jusqu’à élimination. Jusqu’ici, je suis. Attention, ça se complique. Dans sa variante géronte, compte tenu du fait que ses pensionnaires ne portent généralement pour seul habit que la blouse en papier crépon réglementaire, on a le droit de jouer avec tuyaux, sondes, drains, perfusions et autres respirateurs artificiels. Ça pimente le jeu. Antoine gère les soucis pratiques et c’est toujours mieux que les conneries parfumées à la sauce TF1 des jeux télévisés ou les séances de Scrabble en groupe. »

6 réflexions sur “La vie en Rose de Marin Ledun

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s