Les passagers, John Marrs

Le livre : Les passagers, John Marrs. Traduit de l’anglais par Vincent Guilluy Paru le 7 novembre 2019 aux Editions Hugo Thriller. 19,95 €.  (400 pages)  ; 14 x 21 cm

4ème de couverture :

L’Angleterre, demain, ou peut-être après-demain. Les voitures sans conducteur sont devenues obligatoires. « Un réel progrès pour la sécurité de tous », se dit-on. Mais quand un hacker prend le contrôle de huit véhicules, le progrès devient une menace. Mortelle. Les huit véhicules et leurs passagers sont programmés pour rouler vers une collision aussi spectaculaire que fatale. Impossible pour les autorités d’intervenir : les voitures exploseraient. Tous vont mourir. Tous, sauf celui ou celle que le public décidera de sauver via les réseaux sociaux. Chaque passager doit plaider sa cause pour influencer les votes, en se présentant sous son meilleur jour. Mais le hacker connaît aussi leurs secrets les plus sombres…

ET VOUS, QUI SAUVERIEZ-VOUS ?

L’auteur : John Marrs est journaliste free-lance. Les passagers est son sixième roman. Son précédent, Âmes sœur a rencontré un vif succès à sa sortie en France en février 2017.

 

 

 

Extrait :
« – Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous voulez ?
–       Ces questions n’ont pas d’importance, répondit la voix. La seule chose qu’il te faut savoir pour le moment, c’est que dans deux heures et trente minutes, il y a de grandes chances que tu sois morte. »

L’accroche de Miss Aline :

Lecteur ne lit n’importe où.  Choisi bien ton endroit car une fois la première page parcourue, il te sera impossible de quitter ton livre. Assure-toi d’avoir à porter de mains : du grignotage, un breuvage chaud ou froid, un plaid, une boîte de kleenex…tu dois pouvoir faire face à toutes les situations.

Je considère que tu as eu suffisamment de temps pour t’installer… on démarre !

Tu vas faire la connaissance de Claire, Jude, Libby et quelques autres. Le monde de l’automobile a évolué : tu ne conduis plus, tu te laisse conduire. Dans un futur (peut-être pas si loin) les voitures sont autonomes. L’I.A est là pour nous emmener d’un point à un autre en toute sécurité. Ou presque…

Un hacker prend le contrôle de huit véhicules et prévoit une collision mortelle pour ses passagers. Il a bien choisi son moment, se tient la Commission d’enquête sur les accidents routiers

Tu vas assister en direct à une prise d’otages des passagers, des membres de la Commission, des téléspectateurs. Le hacker ne va pas se contenter de mener ces huit véhicules vers un gigantesque carambolage. Il va étaler la vie de chaque passager, de chaque membre de la Commission. Les moindres secrets seront dévoilés. Des secrets pas très  reluisants.

Le jeu peut commencer : quel est le secret le moins honteux, celui avec lequel ta conscience peut faire un deal… qui a le moins « fauté » et est susceptible d’être sauvé ?

Dans un style fluide et addictif, John Marrs nous entraîne dans un monde bien orchestré via l’I.A.  Il nous parle également de réseaux sociaux, de pouvoir, de manipulation. Malgré les squelettes dans le placard de chacun, se roman pose beaucoup de questions. I.A un bien ou un mal ? Neutralité absolue dans les « décisions » qu’elle peut prendre ? Quand est-il de la vie privée où chacun de nos gestes, de nos décisions, de nos bobos… sont cryptés quelque part ? Traçabilité quand tu nous tiens ! Faut-il craindre de l’individu qui devient masse grouillante animée d’intention pas toujours noble ?

Aurait-il y avoir un autre choix dans le panel des passagers ? Pas certain. Tous apparaissent comme des individus lambda. Alors oui ils ont quelques casseroles qu’ils pensaient bien cachées mais qui n’en a pas ? !

Au début de ma lecture je suis observatrice et j’évolue vers un intérêt certain pour le déroulement de l’intrigue. John Marrs a pris les commandes, je n’ai d’autre choix que de suivre les événements. Pourquoi je ne stoppe pas ? Peut-être parce que l’empathie pour certains personnages est en place. J’ai donc envie de savoir qui sera sauvé, sur quel(s) critère(s). Aurais-je fais le même choix ? L’auteur fait ce choix pour moi passagère volontaire de  son livre. J’arrive à destination… carambolage aussi pour moi. Consternation, émotion, interrogation.

Merci aux Editions Hugo Thriller pour ce SP futuriste qui pousse à l’introspection.

4 réflexions sur “Les passagers, John Marrs

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s