Iris Noir, les retours des flingueuses

Iris Noir, une première à Bruxelles

Et bien sur les flingueuses étaient présentes.

Cinq au total si j’ai bien compté

Il y avait là notre incontournable Eppy Fanny qui nous a fait un magnifique reportage photo sur les deux jours de salons à retrouvez ICI. D’ailleurs Eppy je te piquerai des photos pour illustrer cet article.

Il y a avait notre Miss Aline.

Il y avait aussi notre Flo venue avec Dame Isabelle qui nous racontera rapidement son Iris Noir

Et enfin il y avait aussi Notre So nationale. Et c’est d’ailleurs Sofia qui va ouvrir le bal.

 

Allez je vous laisse avec l’Iris noir de nos flingueuses



Petit retour rapide d’Iris Noir !

Par Sofia

Iris : L’Iris (nom masculin) est un genre de plantes vivaces à rhizomes ou à bulbes.. Depuis 1991, l’iris est l’emblème de la Région. La présence de l’iris est millénaire à Bruxelles, et le symbole fut fort répandu dans les sigles officiels

Noir : Le noir est un champ chromatique regroupant les teintes les plus obscures. Les objets noirs n’émettent ou ne reflètent qu’une part négligeable du spectre de la lumière visible.

IRIS NOIR : Salon du Polar à Bruxelles

Les 1er et 2 novembre s’est tenu à Bruxelles Iris Noir, le salon du Polar à Bruxelles. Sous la pluie battante, le vent, nous avons rejoint le salon. L’accueil donne le ton : sourires à la pelle, chaleur. On le pressent, la convivialité est de mise.

 

Pour une première édition, ce salon n’a pas à rougir, une organisation exceptionnelle, on pourrait croire que l’équipe en est à sa 10ème édition alors qu’il n’en est rien. Rien n’est laissé au hasard, accueil, communication, visuels, orientation des visiteurs, modalités d’achat.

C’est donc dans la bonne humeur que nous avons poussé les portes. Première étape, le Totebag à l’effigie du salon, impossible de repartir sans un petit souvenir estampillé du magnifique visuel.

Nous voilà donc parés pour shopper du bouquin.

Iris Noir, 46 auteurs, disponibles, accessibles,

des tables rondes, des copains croisés ici et là, des rencontres de flingueuses, des sourires, des embrassades, de l’amitié.

 

Iris Noir c’est beau, c’est bien, c’est grandiose. Une belle fête du livre où le noir règne en couleurs.

Bravo à toute l’équipe d’organisation et aux bénévoles, rdv est pris pour l’année prochaine, Iris Noir s’inscrit dans les salons incontournables !

L’éclosion d’un iris noir

Par Isabelle Bourdial

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Le salon de L’Iris noir, à Bruxelles, est une belle réussite. Pour sa première édition, il avait pris ses quartiers dans les Ecuries royales du palais des académies.

Plus de quarante auteurs installés dans un patio, sous une magnifique verrière. Claire Favan et Olivier Norek parrainaient ensemble ce salon organisé par Marc-Olivier Rinchart, Salvatore Minni et l’association L’Iris noir.

J’avais fait le voyage avec deux amies, Flo flingueuse et Lolo brodeuse, sous une pluie tenace ! A peine arrivées, nous avons rencontré Aude, la blogueuse d’Aude-Bouquine, venue de Strasbourg. Une excellente surprise !

D’autres flingueuses étaient là : Sofia, quel plaisir de te voir enfin et de pouvoir discuter de vive voix avec toi ! Eppy Fanny, qui a partagé avec moi ses bons plans bruxellois.

Et puis deux serial lectrices Gilberte (Marie Bergil) et Nathalie. Mais aussi Nelly (Burglin Razik) qu’on ne présente plus et Amandine Gazeau, la plus gourmande des blogueuses (Les lectures d’Amandine).

Et les auteurs, me direz-vous ? C’est quand même un peu pour eux qu’on est venues, non ? 😉

On n’a pas été déçues. Ils étaient en grande forme.

Clarence Pitz sur ses terres, Cyril Carrere venu directement du Japon,

une grande dame, Danielle Thiery, toujours souriante, Christophe Dubourg qu’on adore, Jacques Saussey qui, en me dédicaçant Les Carats de l’opéra, m’expliqua qu’il avait lui-même dessiné le solitaire mis en jeu pour le lancement des nouvelles enquêtes de Nestor Burma.

Sans oublier deux formidables auteures aux univers très singuliers, Sandrine Destombes et Armelle Carbonel. Bob Garcia, l’écrivain aux mille passions, Stanislas Petrosky, qui me parla d’Ils étaient vingt et cent…

Tous ces auteurs, je vais les retrouver bientôt, et vous aussi j’espère, puisqu’ils viendront au salon de Polar’Osny, le 30 novembre prochain 😉

j’ai poursuivi ma balade dans le patio pour aller saluer Nicolas Lebel et en profiter pour compléter ma collection des aventures du capitaine Mehrlicht,

pour bavarder avec Ian Manook et Françoise,

pour faire la connaissance de Jérôme Loubry,

qui venait de recevoir le grand prix de l’Iris Noir Bruxelles pour Les Refuges,

celle de Gaëlle Perrin Guillet

et de Jean-Luc Bizien, de discuter avec Ludovic Miserole…

Pardon pour celles et ceux que je ne cite pas, faute de place,

et bravo à Matttias Köping pour le prix découverte de l’Iris Noir Bruxelles pour Le Manufacturier.

Nous sommes reparties trop tôt, trop vite, poursuivies par une pluie qui avait de la suite dans les idées.

 

Allez reportage sur le vif en photos

Entrez et vous verrez

 

 

 

 

 

 

 

 

5 réflexions sur “Iris Noir, les retours des flingueuses

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s