Papote d’auteur, Maud était avec Gilles Delmotte

Papote d’auteur, Maud était avec Gilles Delmotte

Les Enquêtes et indiscrétions de Maud

Né en 1970, Gilles Delmotte vit au Moyen-Orient où il est pilote de ligne. Sa passion pour l’aviation lui a fait parcourir le monde. Au travers de ses voyages dans ces horizons lointains, il a entretenu son intérêt pour la photographie et la littérature. Avec son thriller Nom de code, il nous fait pénétrer dans l’univers terrifiant du pouvoir et de l’industrie militaire américaine.

Maud : Bonjour Gilles Delmotte,

Je vous remercie d’avoir accepté cet entretien qui va nous permettre de mieux vous connaître. Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas d’un interrogatoire, pas besoin de témoins ou d’avocat.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?  

Gilles Delmotte : A la base, j’ai un parcours scientifique. Bac science, études de pilote puis carrière dans l’aviation, rien qui ne me destinait vers une carrière artistique. Pourtant, dès l’adolescence, je me suis passionné pour l’art. D’abord avec la photo, puis plus tard avec l’écriture. Côté loisirs, je suis très porté sur les sports avec un goût pour ceux extrêmes même si je commence à me calmer un peu. Musique : Pop, Café del mar et classique. Peinture : Van Gogh, Monet mais si vous me lâchez au Louvre, j’y resterais toute la journée.

Maud :  Un tueur en Héritage est le premier volet d’une trilogie d’espionnage intitulée Nom de Code. Comment ce thème et cette histoire sont nés ?

Gilles Delmotte : La trame du thriller est issue de l’actualité. Les scandales politicofinanciers qui secouent le monde choquent tant par leur immoralité que par l’étendue de la corruption impliquée. Pour en citer un exemple : L’affaire Blackwater où des entreprises privées fournissaient des mercenaires à l’armée américaine durant la guerre en Irak. En 2007, ces forces comptaient près de 160000 hommes sur le terrain. Imaginez le pourvoir détenu par les dirigeants de ces groupes. Ces forces paramilitaires pourraient opérer sur le sol national pour défendre leurs intérêts s’ils étaient menacés. J’ai imaginé une bande de ces CEO qui se seraient associés dans leur jeunesse pour promouvoir leurs intérêts. Un lobby juteux qui aurait porté ses fruits jusqu’à ce qu’une trahison de trop les déchire. Vu leurs moyens, les conséquences d’une guerre entre ces magnats pourraient être dramatiques, tant politiquement qu’économiquement, surtout s’ils utilisaient leurs dossiers respectifs pour se détruire. Voici l’histoire d’un tueur en héritage.

Maud :  Une anecdote sur cet opus en particulier ? Lors de l’écriture ou retour de lecture ?

Gilles Delmotte : L’une des scènes d’action du roman se déroule dans une villa abandonnée du Nevada, Goldfield, un village né de la ruée vers l’or du début du siècle. J’y étais passé dans les années 90 et l’endroit était surnaturel. Deux rues principales se croisaient au centre d’un immense champ de ruines. On y trouvait un avion abandonné entre des carcasses de voitures et de machines rouillées. Les restes des cabanes effondrées formaient un dédale de planches, de pans de murs, de portes et fenêtres qui plongeaient l’endroit dans une atmosphère morbide. Au feu, une vieille bâtisse en brique exhibait un panneau poussiéreux « mine d’or à vendre ». En face, une antique station-service, la seule dans un rayon de cent kilomètres, hébergeait deux vieilles de 90ans qui n’avaient jamais quitté la vallée.

J’y suis retourné dans les années deux mille dix et la ville avait fait peau neuve suite à la découverte de champ de gaz de schiste. Toutes les ruines avaient disparu et une jeune cité moderne avait jailli de ce cimetière. Il ne restait aucun vestige de Goldfield telle qu’elle demeura pendant plus d’un demi-siècle. J’ai souvent un pincement au cœur à la pensée de cet endroit incroyable dont il ne reste rien. Goldfield est le symbole de mon roman, un exemple de la folie humaine pour l’argent et le pouvoir.

Maud : Vos plus belles joies en tant qu’auteur ? Vos « pires » moments ?

Gilles Delmotte : Mes plus belles joies sont d’entendre des lecteurs qui apprécient le livre et qui en parlent avec passion. Certains commentent chaque scène et chaque personnage comme s’ils les connaissaient. Mes pires moments : Passer trois semaines à reprendre le texte et recevoir une critique négative sur de nombreux points à retravailler. L’écriture peut s’avérer cruelle quand il faut recommencer pour la dixième fois un texte que l’on connait par cœur.

Maud : Quel lecteur êtes-vous?

Gilles Delmotte : Difficile, voilà ce que je suis. Si je n’accroche pas dans les trente premières pages, j’abandonne. J’ai aussi tendance à être distrait, par mes nombreuses activités ou par n’importe quel détail qui attirera ma curiosité, d’où la nécessité de textes accrocheurs. En termes d’endroit, au calme si possible, loin de tout.

Maud : Je vais terminer par une indiscrétion, la trilogie étant déjà écrite, outre le travail de relecture, êtes-vous déjà sur d’autres projets ? Oui oui, là c’est lectrice impatiente que je suis qui s’exprime  

Gilles Delmotte : J’ai déjà écrit le scripte d’un thriller historique. Une chasse au trésor entre deux équipes concurrentes. Le tout avec un peu de romance et beaucoup de trahison. Une histoire à l’image d’Un tueur en héritage, imprévisible, réaliste et passionnante.

Maud : De belles heures de lecture à venir. Je vous remercie pour cet échange qui permettra à vos lecteurs de mieux vous connaître ou de vous découvrir.

 

Un tueur en héritage de Gilles Delmotte

Résumé : Quatre milliardaires décrépis, un soldat viré, une orpheline gâtée, il n’avait pas fallu longtemps à Edgar pour comprendre qu’il s’était fait piéger. Fouiner dans les secrets des milliardaires ne pouvait que mal finir. Il ne manquait qu’un hacker prétentieux, un général zélé et un agent dégradé du FBI pour l’entraîner plus profondément dans cet enfer. À bien y réfléchir, se terrer dans un village abandonné n’était pas une si bonne idée… Sur leur déclin, les hommes qui le traquent s’acharnent à récupérer leur secret volé. Mais celui-ci dévoile bientôt les fractures du passé qui les font trembler. Les contours de la vérité se dessinent dans les flammes de leur colère, ou n’est-ce qu’une nouvelle trahison qui finira par les perdre tous ?

Avis de Maud : J’ai tout de suite été enthousiasmée, par le style et le rythme de l’auteur, un roman d’espionnage qui ne laisse aucun répit au lecteur. La vitesse est très bien ressentie, l’impression d’être aux côtés d’Edgar et Lara et de vivre leurs mésaventures, une véritable chasse au duo est lancée et instrumentalisée par les plus grandes puissances gouvernementales. De complots en courses poursuites, je me jetterai sans aucun problème dans la lecture de la suite.

 

8 réflexions sur “Papote d’auteur, Maud était avec Gilles Delmotte

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s