Diamants sur macchabées, Mickael Fenris

Le livre : Diamants sur macchabées : Les enquêtes de Jeff Fergusson de Mickael Fenris.  Paru le 29 novembre 2019 chez Eaux Troubles Editions, collection Thriller. 21 €.

4ème de couverture :

Ancien policier devenu détective privé, Jefferson Fergusson tente de survivre en acceptant la plupart des enquêtes qui lui sont confiées.  C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Vera Llerellyn, dont le frère David a disparu. Alors qu’il est persuadé que le jeune homme est mort et enterré quelque part en ville, Fergusson réalise assez vite qu’il n’est pas seul à s’intéresser à cette disparition soudaine. Il s’agite en particulier de son ancien collègue, Bridges, brutal et retors, devenu chef de la police, mais également Tony Di Marzo, un gros patron de la pègre locale. Et si l’affaire était liée à un important vol de bijou survenu quelques années plus tôt ?

Au fur et à mesure qu’il progresse, avec la désagréable impression qu’on cherche à le doubler, Jeff Fergusson soulève certains secrets qui n’ont pas envie d’être révélés, et réveille de vielles rancœurs. Rien n’est jamais bon lorsqu’on hante les rues de « La Ville ». Surtout lorsqu’on est un ancien flic…

 

L’auteur : Michael Fenris est né en 1968, médecin généralise originaire de Nancy, il s’est installé en région parisienne depuis 2002 avec sa femme et ses trois enfants. Ecrivant depuis l’âge de onze ans, surtout le soir ou la nuit, il explore divers univers allant des nouvelles à l’horreur gothique, à la science-fiction et au fantastique. Ses sources d’inspirations sont multiples, de Hodgson à King, de Lovecraft à Connely, sans oublier celui qui lui a réellement donné envie d’écrire, Henri Vernes le père de Bob Morane, et qui lui a donné son aval pour reprendre certains de ses personnages.
Extrait :
 « Dure loi de l’existence, mais ici, dans la Ville, c’est monnaie courante. On nait, on vit, on meurt, et parfois on meurt plus vite qu’on ne nait ».

 

L’accroche de Miss Aline :

Diamants sur macchabées, Mickael Fenris

Un privé, une disparition. Une enquête facile, classique ? Que nenni, Jeff va se rendre compte que beaucoup de monde cherche son disparu. Rien ne sera simple pour parvenir à boucler son enquête.

Ce roman c’est d’abord une ambiance vieux film noir et blanc. Un privé comme on n’en voit plus : l’imper, un bon verre de scotch, du jazz. La femme fatale,  des bijoux. Des ripoux, des truands qui n’ont pas peur de canarder à tout va. Une ville sombre. Sûr que l’auteur a la plume descriptive et nous plonge direct dans son livre.

Côté personnage nous ne sommes pas en reste. L’ancien flic reconverti en privé. Plutôt tenace, il va au bout de toutes les pistes qui s’ouvrent devant lui. Il a de la bouteille et est assez lucide sur lui-même. La femme fatale jusqu’au bout du porte cigarettes. Chacun des personnages est bien décrit qu’il soit du bon ou du mauvais côté. Ils ont  de l’épaisseur, du caractère. Il y a matière à observer la nature humaine dans tous ses travers.

L’intrigue simple de départ se révèle des plus complexes. Elle est maîtrisée de bout en bout. Tellement sous contrôle de l’auteur que la fin n’est pas soupçonnée. Une enquête que se lit confortablement installée au fond d’un vieux fauteuil, un verre à porté de main à déguster lentement.

4 réflexions sur “Diamants sur macchabées, Mickael Fenris

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s