Sur le toit de l’enfer de Ilaria Tuti

Sur le toit de l’enfer de Ilaria Tuti. Traduit de l’italien par Johan-Frédérik Hel-Guedj. Paru le 6 septembre 2018 chez Robert Laffont dans la collection la Bête noire. 20€. (405 p.) ; 23 x 14 cm

4e de couv :

« Les tueurs voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs… »

Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.

Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…

 

L’auteur : Née en 1976, Ilaria Tuti vit à Gemona del Friuli, au nord-est de l’Italie. Véritable phénomène dans son pays, Sur le toit de l’enfer, premier volet de sa série autour de Teresa Battaglia, lui a valu d’être surnommée par la presse italienne la « Donato Carrisi au féminin ».Véritable phénomène dans son pays, sa série policière autour du commissaire Teresa Battaglia a également connu un franc succès en France. Le premier volet, Sur le toit de l’enfer, a été sélectionné pour le Grand Prix des Lectrices Elle et a reçu le prix Bête noire des libraires 2019.

 

Extrait : 
Le nez en l’air, Mathias glissa sur un rocher recouvert de glace et se cogna le genou. Son exclamation de surprise fut suivie d’un bruit, dans le bois. Un cri sourd. Il se retourna, le souffle court.« La forêt n’est pas un endroit pour les enfants. »Les propos de sa mère commencèrent à danser dans sa tête.Il se remit debout, sans vérifier les dégâts à son jean et aux paumes de ses mains qui le brûlaient sous la laine des gants. Il franchit un passage qui contournait une roche saillante. De la mousse d’un côté, les remous de l’eau de l’autre. Ensuite, le sentier continuait en traversant une petite grotte. Mathias franchit ces quelques mètres d’obscurité en courant, en se disant que c’était sa hâte qui le poussait, et non la peur. Quand il déboucha de l’autre côté, il s’arrêta. Un rayon de soleil perçait la verdure et incendiait le sous-bois d’une lumière d’or. La cascade qui alimentait le torrent se jetait dans une chute vertigineuse, pulvérisant de minuscules gouttelettes qui, l’été, lorsque la lumière réussissait à atteindre le fond, chatoyaient de couleurs d’arc-en-ciel.Sur la plage de galets, ses amis l’attendaient assis en cercle. Lucia, Diego et Oliver.Cette vision suffit à dissiper ses craintes. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il n’y avait personne derrière lui. Personne ne l’avait suivi.Il scruta encore les ténèbres de la grotte, comme pour les défier. C’était lui le vainqueur, il était vraiment un chef. Et puis son sourire se figea, finit par s’effacer.D’un coup, il en eut la certitude.Il y avait quelqu’un, caché dans l’obscurité, qui l’observait.

 

 

Le post-it de Ge

Sur le toit de l’enfer de Ilaria Tuti

réédité en poche le 10 octobre 2019 chez Pocket; (429 p.) ; 18 x 11 cm

En Italie, dans les montagnes sauvages du Frioul, la commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, est appelée à constater le meurtre d’un homme retrouvé les yeux arrachés, au côté duquel se tient un épouvantail recouvert des vêtements ensanglantés de la victime. Spécialiste du profilage, Teresa est certaine d’avoir affaire à un tueur en série.

Un roman dense, une écriture fougueuse et un décor omniprésent font de ce premier roman une des plus belles découvertes de notre année. Laissez-vous happer par cette intrigue riche qui oscille entre roman noir et thriller. Et puis il y a l’héroïne, un flic hors norme, bourrue pour mieux cacher sa sensibilité. Elle va nous entraîner dans une intrigue complexe, aux ramifications multiples entre passé douloureux et présent incertain un notre auteur en profite pour parler de sujets sensibles qui nous touchent tous. Le premier opus d’une trilogie qui s’annonce brillante.

La seconde enquête de Teresa Battaglia est sortie le 29 octobre dernier, elle est déjà dans ma PAL en bonne place. Encore une superbe lecture en perspective.  Alors ne boudez pas votre plaisir.

13 réflexions sur “Sur le toit de l’enfer de Ilaria Tuti

  1. Je ne savais pas que c’était une trilogie ! Je l’ai lu dans le cadre du prix des Lectrices de ELLE et j’avais beaucoup aimé cette femme commissaire. Ainsi que l’ambiance de cette enquête en forêt. ..

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s