Le dernier dinosaure, Pierre Willi

Le livre : Le dernier dinosaure de Pierre Willi.    Paru le 5 septembre 2019  aux Editions Cairn, collection Du Noir au Sud. 13€. (392 pages) ; 12 x 18 cm

4ème de couverture :

Un agent des services spéciaux jongle avec la raison d’Etat.

Un trafiquant joue avec les apparences.

Un petit patron anachronique s’est lancé dans une course pour la survie.

Un chauffeur routier paradoxal va devoir courir pour sauver sa peau.

Voici les destins croisés de quatre hommes condamnés à disparaitre…tout en refusant de se laisser vaincre par l’adversité.

Ils ne pourront pas tous survivre.

 

L’auteur : Un parcours sinueux et hétéroclite : élève infirmier psychiatrique, employé de bureau, chauffeur routier, analyste programmeur. Et puis la maladie qui va lui  permettre de s’intéresser enfin aux choses sérieuses : écriture, peinture, théâtre, musique… Dans une autre vie, Pierre Willi traverse deux fois l’Atlantique sur un voilier de huit mètres, remonte le fleuve Orapu et la rivière Counana en Guyane. Il est l’auteur d’une dizaine de romans inspirés de l’air du temps.

 

Extrait :
« Les comptes étaient lourds. La route était si droite, si belle… Les camions roulent et grondent dans une sorte d’insouciance, l’avenir paraît tout tracé… À quel moment le goudron avait-il commencé à fondre ? À céder sous les roues ? Il se rappelait, ce n’était pas si loin, tout lui revenait en mémoire, c’était hier… »

 

 

L’accroche de Miss Aline :

Le dernier dinosaure, Pierre Willi

Emil s’accroche comme il peut à son entreprise  de transport.  Un visiteur nocturne, une empreinte sanglante  et le voilà propulsé dans une affaire qui le dépasse. Bien qu’il ait  depuis longtemps délaissé le volant, il va devoir s’y remettre.

Les douanes, les services secrets, un trafiquant… beaucoup de monde gravite autour d’Emil. Qui est en trop et  y laissera sa peau ?

Pierre Will nous dépeint l’univers des routiers avec des mots simples, bien choisis. Les chargements, l’attente, les papiers, les disques qui contraignent … Emil  a oublié de prendre le train du progrès en marche. Il fait figure de dinosaure. Quand on sait comment ces espèces ont terminés, on est en droit de s’inquiéter pour Emil et ses hommes.

Les kilomètres défilent, les frontières se passent, les paysages défilent. Sous la bâche ce n’est pas toujours joli-joli. Chacun veut tirer son épingle du jeu et se remplir les poches. Argent, trafic,  manipulations, meurtres. L’intrigue va au fil des pages prendre de l’ampleur, les nœuds sont bien maitrisés par l’auteur. Les révélations vont se faire et la même question sans cesse : qui manipule qui au final ?

7 réflexions sur “Le dernier dinosaure, Pierre Willi

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s