Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 4

Et si on parlait polar sur petit écran….

Saison 1 – Episode 4

By Fanny Louise

Et si on parlait polar sur petit écran….

Chers amateurs de série : arrêtez tout !!! S’il y a une série noire à visionner de toute urgence c’est celle-ci !!

Gomorra, cela fait des années que j’en entends parler, pourtant aucune critique, aucun conseil n’avait jusqu’ici réussi à me convaincre de regarder ce qui me semblait être une série violente et racoleuse sur la mafia napolitaine. J’avais tenté et j’avais tenu 10 minutes ayant trouvé cela trop sombre, avec une image peu agréable, une lumière granuleuse…

Et puis un matin en voiture, j’écoute à la radio une interview de Roberto Saviano, l’auteur de Gomorra, venu parler de son premier roman Piranhas. Je suis alors captivée par l’histoire de cet homme ayant défié la mafia la plus dangereuse du monde afin d’aider à lutter contre ce crime organisé qui détruit tout sur son passage pour son seul intérêt. Et durant cette interview passionnante, l’auteur est amené à parler de la série Gomorra, à laquelle il collabore étroitement et qui s’inspire de son livre du même nom, dont la saison 4, sort au moment où Roberto Saviano fait la promotion de son roman.

Je décide alors de retenter de regarder cette série et c’est avec un œil neuf et curieux que je m’y mets cette fois-ci. Et effectivement, il faut faire preuve de curiosité et s’accrocher un peu au début, d’autant que je ne parle pas italien et que comme toutes les séries que je regarde, je visionne celle-ci en version originale. Chose que je vous conseille vivement car ayant eu la curiosité de voir ce que cela donne en version française, je peux vous dire qu’on y perd énormément à regarder en VF. C’est même une catastrophe, tant c’est caricatural et mal interprété.

Donc oui Gomorra, ce n’est pas une belle image, ce ne sont pas des paysages cartes mais c’est captivant. Les auteurs de la série et Roberto Saviano ont fait un travail remarquable, qui donne à la série un réalisme inouï et que j’ai rarement vu par ailleurs. Sans oublier les acteurs fabuleux.

Car les acteurs incarnant ces mafieux sont criants de vérité, absolument pas dans la caricature. La série Gomorra c’est donc l’histoire du clan de Don Pietro Savastano qui sévit à Naples et qui se bat pour sauvegarder son territoire contre le clan de Don Salvatore Conte.

Le clan Savastano c’est donc Pietro, le père, Immacolata, la mère, Gennaro, le fils, joué par Salvatore Esposito et leur homme de main le plus fidèle Ciro Di Marzio, incarné par Marco D’Amore. Pour l’anecdote Salvatore Esposito et Marco D’Amore sont tous les deux originaires de Naples, et ont grandi dans cette ambiance bien particulière d’un quartier gangréné par le crime organisé. Leur jeu d’acteur vaut à lui seul le coup de regarder Gomorra. La série montre parfaitement combien la mafia est au cœur de tout dans cette région de l’Italie. Il est impossible de faire quoi que ce soit sans que les clans n’en soient informés. De la police à la municipalité, la mafia a ses hommes, ses indics partout. Les rackets sont institutionalisés et touchent tous les domaines. Et cela la série le montre sans complaisance et sans fioritures.

L’intérêt de la série est de montrer ce qu’est la mafia et quels sont ses multiples ramifications.

On suit donc les batailles de clans, les guerres de territoires, on voit comment la mafia grossit ses rangs en enrôlant dès leur plus jeune âge des gamins venus des quartiers pauvres des banlieues.

Je ne peux pas trop développer ici l’intrigue sans risquer de vous en dévoiler trop car il se passe beaucoup de choses dans cette série et notamment au niveau de l’évolution des personnages. Cette partie est d’ailleurs l’un des points forts de la série. Les personnages ne sont pas ceux qu’on croit et face à des situations difficiles certains évoluent d’une manière inattendue.

Bien que non complaisante, certains reprocheront surement malgré tout à Gomorra de montrer la mafia sous un angle un peu romancé donc un peu trop « gentil » mais la série montre surtout les hommes et les femmes évoluant dans ce milieu tels qu’ils sont : avec leurs failles, leurs défauts, leur monstruosité mais aussi avec la part d’humanité qu’il peut leur rester. Et cela peut en effet les rendre attachants.

Enfin il est à noter la fantastique bande son qui accompagne cette série. Rarement la musique aura été partie intégrante d’une série pour moi. C’est un personnage à part entière et sans cette musique, la série aurait moins de saveur.

Gomorra m’a embarqué au point d’avoir regardé les 4 saisons actuellement disponibles (soit 48 épisodes d’environ 52 minutes chacun) en moins de 3 semaines.

J’ai regardé la série sur Mycanal mais elle est également disponible en DVD à la Fnac.

Fanny Louise

 

 

Vous pouvez aussi retrouvez:

La Saison 1 – Episode 1, Engrenage ICI

Et La saison 1 -Episode 2, Dexter Là

Et aussi La La saison 1 -Episode 3, The Shield Ici

11 réflexions sur “Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 4

  1. J’ai beaucoup aimé cette série d’autant comme tu le dis Fanny, elle a valu une protection policière à son auteur qui vit aux USA. Il a même déclaré que s’il avait su tous les désagréments induits, il n’aurait pas écrit ce roman et participé au film et à la série.
    Je n’ai pas été dérangée par l’image et j’ai apprécié les décors glauque et/ou quitch !
    Merci Fanny pour tes chroniques éclairées, un réel plaisir de souvenir.

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s