La GAV : @Elsa Roch sous le feu des flingueuses, dernière audition. 4/4

La GAV : @Elsa Roch sous le feu des flingueuses, dernière audition. 4/4

Fin de la Garde à vue de Madame

Elsa Roch

4 interrogatoire par Ge ou son double maléfique

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre ce matin et  demain après-midi.

Allez place à la dernière GAV de madame Elsa Roch

Elsa Roch : Bonsoir ! La prévenue est en place mesdames.

Geneviève : Bonsoir. Prêtes mesdames pour ce 3e  interrogatoire ?
Pardon 4e, et oui déjà le dernier !

Elsa : Prête !

Ge : L’audition risque d’être un petit peu pénible des soucis avec la 4G !

Elsa : Ah mince.

Ge : Mais c’est pas grave on va y arriver.

Elsa : Absolument ! Nous sommes déterminées.

Dany :

Elsa et Ge : 

Ge :  Voui, voilà Dany… Alors…Dis-moi Elsa avant de démarrer comment te sens-tu après ces 3 premiers interview ?

Elsa : Légèrement pensive …

Ge : Oui c’est souvent ça bouscule.

Elsa : 👍

Ge : L’enchaînement les interviews fait effectivement que des questions nous interpellent.

Elsa : Et c’est d’ailleurs plutôt positif.

Ge : Ah tant mieux !

Elsa : 👍

Ge : Aussi pour débuter cette dernière audition je souhaiterais revenir sur la dernière question qu’Aline t’a posée ce matin.

Elsa : Ok.

Ge : En quoi ton boulot de psychologue clinicienne peut-il t’aider dans le façonnement de tes personnages ?

Elsa : Peut-être d’abord parce qu’il m’aide à choisir les mots les plus justes. Peut-être ensuite car être psy c’est quand même savoir a minima comment fonctionne l’esprit humain.

Ge : pour le moins oui, enfin je crois 👍

Elsa : Enfin je l’espère !

Ge : J’espère aussi ! Mais encore, peux-tu m’en dire un peu plus ?

Elsa : J’ai vu et entendu tellement de choses… Tout cela me nourrit.
La détresse humaine il me semble l’avoir beaucoup côtoyée, et bien la connaître.

Ge : La réalité dépassé dit-on le fiction.

Elsa : Tu as raison. D’ailleurs je ne pourrais pas tout dire, même sous une forme romancée, même en polar.
Qui voudrait écouter cela ?

Ge : Un matériel de premier choix en quelque sorte ?

Elsa : Exactement.
J’ai travaillé en hôpital psychiatrique, dans d’autres structures, auprès de populations variées … j’ai le choix 😉

Ge : Tu sais il y a des lecteurs qui se complaisent dans le gore ou le sordide…
Voire l’infâme ou l’innommable.

Elsa : Ils en ont le droit.
Pour ma part, jamais.
Et le raconter avec force de détails non plus.

Ge : Penses-tu que sans toutes ces expériences tu serais arrivée à l’écriture ?

Elsa : Je pense oui ! Enfant j’écrivais déjà et j’adorais !

Ge : 👍

Ge : Ton métier a-t-il été un révélateur  ? Enfin pour t’emmener dans la littérature noire et policière ?

Elsa : Mon métier a dû faciliter les choses. Mais ce qui m’a amenée au Noir est d’avoir produit un horrible roman de littérature blanche !!

Sylvie K et Ge😮

Ge : Raconte nous ça .

Elsa : Après la poésie, j’ai tenté l’écriture d’un roman… C’était horrible à la relecture et je me suis dit que je devais aller voir ailleurs !!
Ça a marché ! J’ai trouvé la liberté recherchée.

Ge : Horrible comment  ?

Elsa : Comme beaucoup de premiers romans : nombriliste !

Ge : Autofiction ah ok.

Elsa : Un peu oui !

Ge : Ça ne te correspondait pas  ?

Elsa : J’ai détesté ça.

Ge : Houch

Elsa : J’aime les vraies histoires, imaginées
Le polar m’offre cette liberté ❤

Ge : 😍

Ge : Se mettre dans la peau d’un autre ?

Elsa : Exactement.
Dans la mienne j’y suis H24, ça me suffit !

Ge : Hahaha

Elsa : 😆

Ge : C’est pour ça que j’ai un double maléfique !

Elsa : Chanceuse.

Ge : Le tien c’est l’écrivain qui dort en toi.

Elsa : Mais ce double m’est cher, et bénéfique 😉

Ge : Oui mais un double quand-même.

Elsa : Si tu veux.

Ge : Dis-moi, écrire c’est bien mais au bout d’un moment il faut soumettre ton texte à des lecteurs.

Elsa : La première personne après moi à me lire est mon éditrice.
Les lecteurs arrivent après, sauf exception.

Ge : Oui ça j’entends bien et on embrasse Caroline au passage.

Elsa : 👍

Ge : Mais est-ce qu’il est dur pour toi de lâcher ce bébé ?

Elsa : Non puisque j’écris pour le partager. Mais j’appréhende toujours un peu les retours de lecture, ce qui est normal.

Ge : Aussi comment vis-tu la rencontre avec ton public ?

Elsa : Bien ! Les gens en général sont incroyablement bienveillants en salon.

Ge : Ne te renvoient t-ils pas simplement ce que tu leur a donné ?

Elsa : 😍

Elsa : Ah peut-être !!
C’est joli cette idée

Ge : Je sais pas c’est pas moi la psy😜

Elsa : 😆

Ge : Donc aucune appréhension …

Elsa : Tu sais je me crois parfois sur un divan de psy depuis 48h !

Aline, Dany et Ge😆

Elsa : Légère appréhension, juste ce qu il faut pour aller au combat défendre mon livre.

Ge : 👍

Ge : Tu lâches ton texte et tu te dis que le lecteur en fasse ce qu’il veut. Comme avec Oublier nos promesses qui est paru en poche en début d’année ou encore avec Le baiser de l’ogre sortie il y a quelques semaines ? 

Oublier nos promesses

Emma Loury vient d’être découverte, sauvagement assassinée, dans son appartement du IVe arrondissement. Excellente journaliste, elle défendait des causes perdues et dangereuses. La raison de sa mort est peut-être là. Le compagnon de la jeune femme, Jérôme Pieaud, un militaire revenu d’Afghanistan, s’est enfui. Pour le commissaire Marsac, le coupable idéal. Mais Jérôme, plongé dans un syndrome de stress post-traumatique, flirte avec la folie. Emma était son dernier lien avec ce monde qu’il ne comprend plus. Il veut retrouver l’assassin et le massacrer.

Une double chasse à l’homme s’engage dans un Paris insoupçonné, en proie aux trafiquants. Jérôme combat le mal par le mal, Marsac par la loi. Qui retrouvera le meurtrier d’Emma ?

Elsa : Oui, je lui offre une histoire, des histoires et la suite lui appartient.
Aimer ou pas .
Se laisser emporter ou pas.

Ce flic n’affronte pas seulement le Mal.

Il combat les Ogres.

Paris, en pleine nuit. Amaury Marsac, chef de groupe à la Criminelle, découvre dans le hall d’un immeuble sa plus jeune équipière, Lise Brugguer, gisant entre la vie et la mort.
Près d’elle, un cadavre d’homme à la tête explosée, mais pas d’arme.
Avant de sombrer dans l’inconscience, Brugguer lui révèle qu’elle a une fille de trois ans, qui est peut-être en danger, et que lui, Marsac, doit veiller sur elle.
Marsac est stupéfait d’apprendre l’existence de cette enfant. Et quand il la rencontre, petite fille muette aussi mystérieuse qu’attachante, la protéger devient son obsession.
Mais pourquoi Brugguer était-elle dans ce hall ? Quelles étaient ses relations avec la victime, vermine criblée de dettes ? Et qui pourrait en vouloir à cette petite fille ?
Marsac va devoir démêler les faux-semblants et déterrer les secrets du passé de son équipière pour percer la vérité. Et vaincre l’Ogre…

Elsa Roch écrit depuis son enfance. À l’adolescence, une rencontre change sa vie, celle d’une petite fille autiste dont elle s’occupe pendant son temps libre.
C’est ainsi que naît sa première vocation, et qu’elle devient psy, avec pour spécialisation les troubles autistiques.
Parallèlement elle écrit toujours, et la découverte de Lehane, James Lee Burke, Fred Vargas… est un déclic. Désormais elle se tourne vers le polar.
Son deuxième roman, 
Oublier nos promesses (2018), a remporté le Prix Infiniment Quiberon et le Prix Bloody Fleury.

Ge : Est-ce que tu as déjà été étonnée par les réactions de ton public ?
Et crois-moi qu’un simple oui ne me suffira pas !

Elsa : 😆

Elsa : Le trop plein d’admiration me perturbe…

Ge : 👍

Elsa : Mais je n’ai rien vécu de très perturbant à ce jour !

Ge : Moi je pense que les grandes effusions font des attachements médiocres.

Elsa : 👍

Elsa : Ah oui ? 😉 A suivre !

Ge : Pas de fans inconditionnels donc.

Elsa : Je souhaite durer, je vous dirai !
Ah si j’en ai. Tous les auteurs en ont…

Ge : Ah oui tu as raison ça doit être bizarre à vivre

Elsa : Oui ! À chacun d’apprendre à gérer

Ge : Ça devrait être dans tes cordes ? Non ?

Elsa : Je l’espère !

Ge : Dis-moi Elsa …

Elsa : Oui ?

Ge : Est-ce dans ta nature d’être toujours comme ça sur la réserve ?
Moi qui pensais que les auteurs de polars étaient tous des petits rigolos !

Elsa : Pas sur la réserve ! Mais je suis de nature réservée !
Ah mais je peux être drôle 😁
Mais pas en GAV !!

Dany : 😆

Ge : 😮

Ge : Oh punaise

Elsa : 😆

Ge : Moi aussi je suis sérieuse là, il y a les flingueuses qui surveillent !

Elsa : 😆

Ge : Non ce que je voulais dire c’est : est-ce que le fait d’être un auteur t’oblige à devenir un personnage public ?
Où est-ce que la Elsa du quotidien est la même que la Elsa  qui va défendre ses textes ?

Elsa : Je ne joue aucun rôle, je suis moi.
Et tu sais je suis plutôt inconnue je fais mes courses en toute quiétude 😂

Ge : 😆

Ge : Alors justement si tu es toi, es-tu prête à te soumettre à quelque chose qui se rapprocherai du questionnaire de Proust ?
Du genre si tu étais ?

Elsa : Ça marche

Ge : On va commencer simple
Une fleur ?

Elsa : Un coquelicot.

Ge : 😍

Ge : Un animal ?

Elsa : Un chat et le mien de préférence.

Ge : Un arbre ?

Elsa : Un noyer.

Ge : 😮

Ge : Pourquoi un noyer ?

Elsa : Mes enfants secouent les branches et en font une tarte.

Ge : 😮

Elsa : Je pourrais les nourrir.

Ge : 👍

Ge : Si tu étais un personnage de roman ?

Elsa : Ah la la…
Je n’en sais rien
Liv ?

Ge : Tu as le droit
Plus généralement un personnage de fiction ?

Elsa : Simone Veil.

Ge : Non non je n’accepte pas Simone Veil n’est pas une fiction !

Elsa : Pardon !
Fantomette
Je l’ai adorée !

Ge : 👍

Ge : Ça c’était la réponse à ma prochaine question
Un personnage que tu admires ?

Elsa : Réel ou fictif ?

Ge : Les deux soyons folles.

Elsa : Simone Veil (je suis fan)

Ge : 😍

Ge: Et fictif ?

Elsa : Fantomette !!

Ge : 😆

Elsa : C’est toute mon enfance !

Ge : J’adore.

Elsa : 😍

Ge : Quel est ton mot préféré ?

Elsa : Île.

Ge : Quelle est ta devise ?

Elsa : Essayer d’être quelqu’un de bien.

Ge : Quelle est ta citation préférée ?

Elsa : Celle sous mon profil FB peut-être.

Ge : Et…Qui est ?

Elsa : Écrire n’a rien d’exceptionnel. Il suffit de s’asseoir devant une machine à écrire, et de saigner 😅

Ge : 😮

Elsa : Hemingway.

Ge : Le travail paie-t-il toujours?

Elsa : Oui mais pas suffisamment !…

Sylvie K : 😆

Ge : Oui surtout dans le cadre que tu as choisi.
Voilà Elsa, je crois que maintenant nos lecteurs et nos lectrices connaissent un peu mieux.
Je suis certaine qu’ils vont chercher à te découvrir.

Elsa : Je pense ! Merci beaucoup à toutes.

Ge : Mais avant de te quitter j’aimerais te laisser carte blanche…
As-tu des choses à rajouter ?
Des choses dont tu aurais aimé parler ?

Elsa : Une.
Poursuivez vos rêves sans relâche !

Miss Aline, Dany, Ge : 😍
Sylvie K : ❤

Dany : Moi, je rêve de te croiser un jour dans un salon …

Elsa : 😍

Ge : Alors les flingueuses présentes ici, si vous avez des choses à rajouter c’est maintenant.

Elsa : Oh merci beaucoup ☺️ J’en serais heureuse ! Restons en contact via les réseaux ?
Je suis émue mesdames !

Dany : Ton actu sur les salons à venir ?

Elsa : Raimbeaucourt en décembre
Auvers noir
Polar Lens
Polar Méditerranée
Et des surprises

Miss Aline : Juste un grand merci pour l’échange, le partage … et de vous être levée aux aurores 😉.
Au plaisir de poursuivre, approfondir cette discussion sur salon ou en virtuel.

Elsa : 😍

Dany : Merci Elsa, ravie d’avoir fait ta connaissance en lecture puis avec cet échange …

Elsa : Merci Aline Gorczak.  Je suis debout tôt tous les jours !

Miss Aline👍

Elsa : merci Danièle,  plaisir partagé.

Dany : 😍

Elsa : Merci Geneviève  !
Merci à toutes ! Au plaisir d’une vraie rencontre.

Miss Aline et Dany : 👍

Elsa : Est-ce terminé ?

Ge : Pour moi aussi,très plaisant cette discussion avec toi Elsa

Elsa : merci Geneviève,  j’étais ravie aussi d’échanger avec toi.

Ge : Le plaisir a été partagé alors, c’est top

Elsa : 😍

Ge : Merci Elsa.

Elsa : Bonne soirée mesdames.
Merci et à bientôt.

Miss Aline et Dany : 😍

Ge : Et je sais que ton œuvre d’écrivaine ne fait que commencer !

Elsa : Ah oui ? Moi je doute constamment. Merci.

Ge : Non il ne faut pas
Ton écriture s’affine
Ton style est de plus en plus palpable

Ge : Et oui en réel se serait vraiment top.

Elsa : J’ai un fils sur Paris désormais alors un jour peut-être ?

Ge : 😍

Elsa : Tu as lu le dernier ?

Ge : Pas encore
Mais il est dans mon planning

Elsa : 😍

Elsa : Si tu le lis j’aimerais beaucoup avoir ton ressenti.

Ge : J’ai lu les 50 premières pages comme toujours.
J’ai hâte d’y retourner…
Mais le boulot ne laisse peu de place pour la lecture plaisir. Cependant tu es au programme !

Elsa : Merci, j’apprécie ma place privilégiée alors.

Ge : Et avec ce que tu en as dit là il va griller la place à quelques premiers romans

Elsa : 😆

Ge : Bon ben c’est pas tout cela mais il faut que je déclare cette 4e et dernière audition  terminée !
Elsa  tu ressors totalement libre.
Convaincues tu nous as !

Elsa : 😍

Elsa : Top ! Je vais l’annoncer à qui de droit !!

Ge : Allez belle soirée  à vous toutes et prenez soin de vous.
Et merci pour tout ça

Elsa : 😍

Elsa : Belle soirée à vous toutes oui, prenez soin de vous,
Geneviève a raison 💙

Sylvie ❤, Dany : 😘

Ge : Voilà ces 48h de Garde à Vue prennent fin. 19h 10 je lève la GAV de madame Roch

Mais promis mes polardeux, le trimestre prochain, nous trouverons bien avec mes Flingueuses à remettre un auteur de noir et de polar en Garde à Vue.

Sinon à très vite sur nos pages !

 

Et lisez Elsa Roch

Retrouvez ci dessous nos avis de lecture

Ce qui se dit la nuit par Oph

Oublier nos promesses par  Ge

Le baiser de l’ogre par Miss Aline

4 réflexions sur “La GAV : @Elsa Roch sous le feu des flingueuses, dernière audition. 4/4

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s