La GAV : @Elsa Roch sous le feu des flingueuses, troisième audition. 3/4

La GAV : @Elsa Roch sous le feu des flingueuses, troisième audition. 3/4

Suite de la Garde à vue de Madame

Elsa Roch

3e interrogatoire par Miss Aline

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre hier matin et cet après-midi

Allez place à la GAV de Elsa Roch

 

07:02

Miss Aline : Bonjour les Mesdames, bonjour Elsa.

Elsa Roch : Bonjour mesdames, hello Aline.
Aline,  nous sommes seules ici je pense !

Miss Aline : nous allons parlé de votre travail d’auteure en coulisse : comment se passe une séance d’écriture (endroit, heure, fond musical ..)

Geneviève : Non non je surveille

Elsa et Miss Aline😆

Elsa : Bonjour Geneviève

Miss Aline : bonjour Geneviève

Geneviève : Bonjour mesdames

Elsa : Alors, après quelques cafés, je m’installe à mon bureau, tôt le matin, sans bruit, sans musique !
Et je m’installe devant mon ordinateur.

Miss Aline : vous travaillez en nombre de mots, par chapitre, par « action » … ?

Elsa : Je travaille essentiellement selon mon envie du jour !
Jamais en terme de comptage de mots, jamais.

Miss Aline : vous vous définissez comme une conteuse ou un auteur a-t-il un autre rôle (parler de la société actuelle …)

Elsa : Je ne me suis jamais posé la question. Mais l’écriture d’un roman rassemble les 2 je crois, raconter une histoire, ancrée dans une société, qui a ses failles…

Ge : 👍

Miss Aline : quelle part de vous laissez-vous dans vos romans ?

Elsa : Ma perception de ces failles justement, et la manière dont j’ai souhaité en parler.
Plus je suppose ma sensibilité vis à vis des sujets qui me révoltent 😉
Plus une très grande énergie !

Miss Aline : c’est un besoin, une nécessité l’écriture ?

Elsa : Oui, l’écriture est mon moyen d’expression favori.
Comme un étendard brandi.

Miss Aline : qui a-t-il sur cet étendard ?

Elsa : Ouvrez les yeux, ne soyez pas complices.

Miss Aline : Complices conscients ou inconscients ? On est complice de ce que l’on veut bien nous montrer ! Reste à savoir si l’on prend position pour des épouvantails placés là sciemment.

Elsa : Voilà une excellente question.
Les complices inconscients, il en existe… Comment faire face à eux ? Essayer de leur raconter une histoire qui va entrer en écho avec la leur et espérer qu’ils comprennent le message… Pas aisé du tout
Quant aux épouvantails placés là sciemment, c’est un autre débat, non encore évoqué dans mes romans !

Geneviève et Miss Aline : 👍

Miss Aline : Pas aisé, je vous l’accorde. Pensez-vous qu’il y ait plus d’ogre aujourd’hui qu’hier ? Les montrent-on plus ou sont-ils plus nombreux à assouvir leurs pulsions ?

Elsa : Le monde a toujours eu ses ogres. Peut-être est-il plus facile d’en parler aujourd’hui car la parole se libère peu à peu.
Il faut apprendre aux gens à parler, et à écouter.

Miss Aline : L’écoute est un art !

Elsa : 😍

Elsa : Qui s’apprend, comme tout art, oui !
Et savoir aussi écouter les silences de quelqu’un c’est essentiel.

Miss Aline : Je suis d’accord avec vous.

Elsa : Hélas l’écoute nécessite une envie certes mais aussi du temps…

Miss Aline : Et dans un monde qui va toujours plus vite… le temps file à la vitesse grand V. Il reste peu de temps pour vivre vraiment !

Elsa : Mais on nous pousse à être débordés !!

Miss Aline : Mais rien ne nous empêche de freiner ce débordement et de dire « non » à cette course folle.

Elsa : Évidemment ! Mais ce n’est pas simple de se positionner « à part » en marge.

Miss Aline : Il n’est pas besoin d’être en marge, juste ne pas se laisser noyer.

Elsa : Oui c’est vrai mais combien le font ?!

Miss Aline : Vouloir c’est pouvoir !

Elsa : 😉

Miss Aline : revenons au genre littéraire polar, thriller…

Elsa : Ok

Miss Aline : Que pensez-vous que le lecteur, voire l’auteur, cherche dans ce genre ? Un frisson, une peur ? Ou vivre par procuration quelque chose que sa morale l’empêche d’assouvir ?

Elsa : Parfois l’un ou l’autre effectivement, voire les 2.

Miss Aline : Tout un chacun est donc potentiellement un criminel, il suffit du « bon contexte », d’appuyer sur le « bon bouton » ?

Elsa : Ah je ne sais pas. Pas sûr heureusement ! Certains demeurent humains même dans les pires contextes.

Miss Aline : Céder à une pulsion meurtrière n’est donc pas « humain » ?

Elsa : Céder au meurtre c’est transgresser. Quoi qu’il en soit, transgresser une loi fondatrice du genre humain : Tu ne tueras point.

Miss Aline : Certes.

Elsa : Voilà.

Miss Aline : En tant que psychologue que pensez-vous de la « mention » : pas responsable de ses actes  ? Tout criminel n’est pas « absent » lorsqu’il commet son méfait.
Je peux par exemple consciemment vouloir tuer l’assassin de mon enfant et tout faire pour y parvenir.

Elsa : Oui, je comprends
Question délicate. Tout le monde alors ou presque souhaiterait se venger…
Mais quel est le rapport entre vos 2 dernières questions ?
Ah j’ai compris !

Miss Aline : Peut-on justifier un passage à l’acte par le fait que je n’ai pas conscience de transgresser quelque chose de sacré (loi)

Elsa : Cela ne le justifie pas mais lui donne un sens. Certains psychotiques par exemple vivent réellement dans un autre monde, déconnecté du nôtre
La question de la maladie mentale est épineuse !

Miss Aline : oui très…

Elsa et Geneviève : 👍

Elsa : Et les hôpitaux psy pour ces malades, préférables à nos prisons.
Mais on reste dans un environnement de « murs ».

Miss Aline : Une autre question épineuse ! Ce débat est intéressante mais nous manquons de temps pour le développer complètement (dommage).

Elsa : Une autre fois peut-être

Miss Aline : Oui avec plaisir.

Geneviève et Elsa : 👍

Miss Aline : Je ne peux vous laisser sans parler de votre livre Le baiser de l’ogre. J’ai été prise de suite par l’émotion. quelle était votre intention en écrivant ce livre ?

Ce flic n’affronte pas seulement le mal. Il combat les ogres.

Paris, en pleine nuit. Amaury Marsac, chef de groupe à la Criminelle, découvre dans le hall d’un immeuble sa plus jeune équipière, Lise Brugguer, gisant entre la vie et la mort. Près d’elle, un cadavre d’homme à la tête explosée, mais pas d’arme.

Avant de sombrer dans l’inconscience, Brugguer lui révèle qu’elle a une fille de trois ans, qui est peut-être en danger, et que lui, Marsac, doit veiller sur elle.

Marsac est stupéfait d’apprendre l’existence de cette enfant. Et quand il la rencontre, petite fille muette aussi mystérieuse qu’attachante, la protéger devient son obsession.

Mais pourquoi Brugguer était-elle dans ce hall ?
Quelles étalent ses relations avec la victime, vermine criblée de dettes ? Et qui pourrait en vouloir à cette petite fille ?

Marsac va devoir démêler les faux-semblants et déterrer les secrets du passé de son équipière pour percer la vérité. Et vaincre l’Ogre…

Elsa : Rendre hommage à ma petite Elsa, je me l’étais promis.
Évoquer le thème de la Rencontre, qui peut bouleverser une vie.
Parler de la différence avec tendresse.
Évoquer les « salauds ordinaires »

Je voulais un polar lumineux quoique noir.

Miss Aline : c’est parfaitement réussi.

Elsa : Merci beaucoup. Je suis très touchée

Miss Aline : Est-ce indiscret de vous demander pourquoi vous vous étiez promis de rendre hommage à Elsa ?

Elsa : Parce que je l’aime.

Miss Aline : 😍

Miss Aline : C’est évident lorsque l’on vous lis
Ce livre n’est que lumière et affection, la noirceur est rejetée dans son antre.

Elsa : Elle a donné un sens à ma vie. Pour elle je suis devenue psy, pour elle j’ai voulu écrire.
Merci ! L’amour doit parfois être montré ! Ne serait-ce que pour partager de si belles émotions.

Miss Aline : Je suis d’accord avec vous : l’amour doit être montré.

Elsa : 😍

Elsa : La noirceur ici n’est là que pour parler amour
Enfin ça reste aussi un polar !!

Miss Aline : je l’ai compris dans ce sens et ce qui rend votre livre extraordinaire.

Elsa : 😍

Miss Aline : oui ça reste un polar !

Elsa : Encore MERCI

Miss Aline : Êtes-vous sur un nouveau projet d’écriture ? Si oui pouvez-vous m’en révéler quelques éléments ?

Elsa : Oui, j’ai commencé un nouveau roman …
Je vais tenter de mettre en lumière un autre sujet qui me bouleverse, aidée en cela par un beau personnage (bien que totalement différent de Liv)
J’aime créer de beaux personnages pour raconter mes histoires, j’adore ça.

Miss Aline : Sortie prévue pour quand ?

Elsa : L’année prochaine je pense !

Miss Aline : Super.

Elsa : Merci

Miss Aline : Une dernière question…
Votre métier de psychologue, c’est une aide ou plutôt un frein pour construire vos personnages ?

Elsa : Une aide précieuse !

Miss Aline : Merci Elsa pour cet échange matinal.

Elsa : Merci à toi Aline ! C’était très intéressant, merci beaucoup.

Ge : Merci à vous mesdames pour ce dialogue instructif.

Elsa : C’est moi qui te remercie, tu m’as obligée à réfléchir très tôt, me voilà prête pour la journée !

Miss Aline : 😆

Ge : Nous Elsa, on se retrouve dans l’après midi pour conclure cette GAV

Elsa : Ok Geneviève Van Landuyt.  17h30 ?

Ge : Tes neurones toujours aiguisés ! Oui 17h30/17h40

Elsa : 😍

Miss Aline : Excellente journée Mesdames.

Elsa et Ge😍

Elsa : Alors bonne journée à vous 2 et à tout à l’heure 😉

Ge : 😍

Ge : Oui belle journée en attendant la chute de cette garde à vue.

Elsa : 😍

Ge : Allez mettons fin à cette 3e et avant dernière audition de Madame  Elsa Roch.
8h14 minutes. Que l’on ramène la prévenue à son écriture

Elsa : Elle y est déjà 😁

Ge : 😆

Ge : Allez je file d’autres affaires m’attendent.

Elsa : Bonne journée Geneviève  😉

Ge : 😍

Et attention, cet aprem c’est mon double maléfique qui opérera

😉

Alors à toute à l’heure mes très chers polardeux !

4 réflexions sur “La GAV : @Elsa Roch sous le feu des flingueuses, troisième audition. 3/4

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s