Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 5

Et si on parlait polar sur petit écran….

Et si on parlait polar sur petit écran….

Saison 1 – Episode 5

par Fanny Louise

 

 

Et si on parlait polar sur petit écran….

MINDHUNTER

Chers amateurs de séries, ce mois-ci je vous parle d’une série récente et (à ma connaissance) uniquement disponible sur la plateforme Netflix : MINDHUNTER. C’est donc le moment où jamais de souscrire un compte ou « emprunter » le compte d’un ami pour accéder au visionnage.

Cette série ravira les amateurs d’histoires de serial killers et de l’Histoire qui a mené à la définition même de ce profil de tueurs. La série s’inspire en effet des excellents livres « Dans la tête d’un profileur » et « Le tueur en face de moi » de John Douglas. Livres dont je vous conseille vivement la lecture si le sujet vous intéresse. John Douglas y relate ses années passées aux FBI et la façon par laquelle il est parvenu à mettre en place un système d’analyse des crimes ayant amené à faire émerger, entre autres, le « concept » de tueurs en série.

Le réalisateur et producteur américain David Fincher a qui l’on doit, parmi les meilleurs films des 25 dernières années, plusieurs fois récompensé aux Oscars et Golden Globe, est à l’origine de la mise en image de l’histoire de John Douglas, qui donne lieu à une série passionnante et d’une excellente qualité.

Si la série s’inspire donc des livres de John Douglas, elle n’en est pas le parfait reflet c’est pourquoi les personnages principaux ne répondent pas aux noms de John Douglas et son collègue Mark Olshaker. Nous suivons ici le parcours de personnages de fiction, Holden Ford et Bill Trench, qui alors qu’enfin les services de police et du FBI commencent à s’intéresser à la psychologie des tueurs et aux prémices du profilage, vont à la rencontre de tueurs en séries incarcérés, afin de les interroger sur les meurtres qu’ils ont commis mais avec des questions orientées de sorte à en tirer des conclusions sur le cheminement psychologique qui a amené ces hommes à commettre des crimes atroces et les aider à établir des profils types, pouvant les aider à résoudre des enquêtes en cours. Ils sont assistés dans leur démarche par la psychologue Wendy Trench.

Le trio d’acteurs jouant ces personnages est excellent. Je ne connaissais pas Jonathan Groff, qui joue à la perfection un Holden Ford sûr du bien-fondé de sa méthode et près à tout pour la faire reconnaître par sa direction, ni Anna Torv qui joue Wendy Trench, psychologue attachée aux respects des procédures et souffrant d’avoir à cacher sa vie de femme lesbienne dans une Amérique peu tolérante et conservatrice, d’autant qu’elle évolue au FBI dans un milieu d’hommes mais surtout alors très machiste. En revanche, Holt Mc Callany ne m’était pas inconnu puisqu’il apparaît au casting de plusieurs films de David Fincher. Il joue Bill Tench, père de famille en proie à des difficultés personnelles au sein de sa famille et qui est chargé par sa hiérarchie de superviser son jeune et fougueux collègue.

Les événements se déroulent fin des années 70, début des années 80. Il est à noter la remarquable reconstitution de cette époque avec des décors, des voitures et des costumes plus vrais que nature, ce qui ravira les nostalgiques ou les enfants des années 70 tels que moi.

Le rythme de la série est assez lent, ici pas de courses poursuites sur les chapeaux de roues et de résolution d’affaires en 52 minutes. Mais on ne s’ennuie pas une seconde, le rythme colle à l’époque à laquelle se déroule les faits et ne nuit pas à l’intrigue. C’est lent mais c’est voulu et cela sert le propos.

Pour les gens qui s’intéressent au profilage et à l’histoire des serial killers, cette série est un régal car les héros y croisent des personnages réels tels que Edmund Kemper en saison une mais aussi David Berkowitz, le fils de Sam ou encore Charles Manson et sa bande en saison 2. Il faut souligner la performance bluffante des acteurs incarnant ces tueurs monstrueux. Notamment la performance de Cameron Britton qui rend Edmund Kemper aussi « sympathique » que terrifiant.

Stéphane Bourgoin, spécialiste français des tueurs en série, a été interrogé sur le réalisme de la série et a validé celle-ci comme étant très réaliste et fidèle aux faits tels qu’ils se sont déroulés. Gage de qualité s’il en est.

La saison 1 se compose de 10 épisodes, la saison 2 de 9. Les épisodes allant de 34 à 72 minutes, en moyenne on est autour de 55 minutes.

Bien sûr, pour les connaisseurs des sérials killers des années 70 et 80 aux Etats Unis, il n’y aura pas un grand suspens mais la série ne joue pas sur cela, c’est avant tout, une analyse et une présentation des hommes qui ont mis au point une méthode innovante pour aider à résoudre des meurtres en série, et qui ont dû se battre contre leur hiérarchie, leurs collègues et les services de police locaux afin de mettre en application leur méthode d’enquête inédite.

C’est donc une série que je vous recommande vivement, pour sa qualité, son esthétisme et son réalisme. Du vrai bon polar de qualité sur petit écran….

Fanny Louise

 

 

 

4 réflexions sur “Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 5

  1. J’avais adoré la 1ère saison, alors que mon cousin a complètement lâché car trop lent. La ressemblance entre l’acteur qui incarne Ed Kemper et Ed Kemper lui-même est impressionnante !
    Je n’ai pas encore eu le temps, mais surtout le courage de me plonger dans la saison 2. Le sujet traité et l’ambiance très particulière font qu’il plutôt avoir un bon moral pour l’encaisser.
    Et je crois que j’ai toujours un peu cette peur d’être déçue après une saison 1 particulièrement aimé.

    Je connaissais les 2 acteurs. Notamment Jonathan Groff. Il a joué notamment dans Glee et a fait partie de la troupe originelle de la comédie musicale Hamilton à Broadway. 2 rôles aux antipodes de celui de la série !

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s