Le Violoniste : Coup d’Archet de GE Froideval

Le livre : Le Violoniste : Coup d’Archet de GE Froideval . Paru le 18 Juin 2019 En AutoEdition –17€. 672 pages. 15,2 x 22,9 cm.

4ème de couverture :
Franz Schligg, violoniste de talent, est un homme adulé ou détesté : virtuose pour les uns, mégalomane pour les autres. Les femmes qu’il séduit puis rejette, le considèrent comme un monstre.

Jusqu’au jour où, confronté à une femme qui lui tient tête, il la tue d’un coup d’archet. Accident ou pulsion ?

Pris dans l’engrenage de sensations qu’il peine à contrôler, dépassé par ses actes et ses mensonges, sa vie bascule lorsqu’il devient le témoin d’un crime.

Guetté par la folie, tiraillé par ses émotions, cerné par la paranoïa, Franz précipite sa chute d’un nouveau coup d’archet.

Cet acte le conduit à Karl, un tueur à gages qui lui propose un sordide marché : contraindre le violoniste à remplir ses propres contrats lorsque la cible à atteindre est une femme.

À contrecœur, Franz accepte afin de se donner le temps de trouver le moyen de s’affranchir de sa dette.

Lorsque le corps de sa première victime est retrouvé dans d’étranges circonstances, l’étau se resserre autour du violoniste, lequel n’envisage qu’une seule solution à ses problèmes : la fuite.

Mais à quel prix ?

L’auteur : G. E. Froideval est née au Mexique et a vécu dans les villes de Mexico et Chihuahua. Elle vit en France depuis 1997.
Le violoniste – Coup d’archet est son premier roman, mûri pendant plus de vingt ans, né de sa passion pour le violon, la musique classique et les thrillers.

 

 

Extraits :
«Franz Schligg, disciple du grand virtuose, Jakob Shahn, était l’un des plus talentueux violonistes du XXIème siècle. Bien qu’il eût débuté à l’âge où son mentor offrait déjà des récitals, son niveau dépassait toutes les attentes de son pygmalion.
Il suscitait l’admiration, surtout auprès de la gent féminine qu’il captivait d’un claquement de doigts, – une autre technique apprise de son maître. Or, Franz en tirait profit d’une façon bien particulière.
Le violoniste était un homme versatile, complexe. Il s’adonnait à un jeu duquel il ressortait toujours vainqueur : faire en sorte qu’une femme minutieusement sélectionnée s’abandonne à lui, s’en amuser et, pour finir, la rejeter. Ce refus, vécu comme une humiliation par la victime du jour, lui apportait un divertissement inouï et délicieux.»

Les Lectures de Maud :

Le Violoniste de Ge Froideval

Une construction très originale, car nous connaissons d’emblée qui est le meurtrier. Nous apprenons à connaître Franz, ses pulsions et son environnement. Une star mégalo qui séduit les femmes pour mieux les humilier ensuite. Voilà comment il voit sa relation avec le sexe opposé. Et pourtant toutes ses attitudes trouvent leurs réponses.

Franz va subir la pression de Karl qui le chaperonne dans ses actes « off » dirons-nous. La contrepartie, son entourage est préserver. Mais quand il va décider de reprendre les tournées afin d’échapper à son commanditaire, c’est là que les choses vont se gâter. Comment va-t-il réagir ?

Une lecture passionnante ponctuée de descriptions et d’anecdotes ayant pour attrait la musique classique, le Conservatoire de Vienne et les instruments. J’ai beaucoup aimé cette ambiance dans l’élite du classique de nos jours, elle contraste très bien avec les méfaits de Franz. Tout n’est pas forcément blanc ou noir d’ailleurs.

Franz passe par toutes les émotions et le lecteur aussi, je l’ai parfois détesté, parfois adoré, voir aduler. Un prodige qui perd totalement le contrôle des événements et de ses pulsions.

Il y a une part de romance noire et tragique dans ce livre, les différentes relations entre les personnages, sont tout à fait plausibles et rendent à ce livre une impression de « réel ».

Plus on avance dans la lecture, plus on apprend à connaître ses personnages, plus on s’y attache. De nombreux rebondissements surprennent le lecteurs et rendent la lecture très addictive et dynamique. J’avais eu quelques frayeurs au départ en voyant le nombre de personnages évoqués, mais chacun a très correctement sa place et tient bien son rôle.

Une immersion totale dans le monde de l’art et l’ambiance du sacro-saint orchestre. Les tournées, les paillettes, les belles robes et le pire ennemi du musicien : le trac. Tous les ingrédients sont bien là, tout comme les lieux symboliques Vienne, Paris et New York.

Une écriture fluide tout en étant très étoffée de détails sur la personnalité des protagonistes, leurs pensées et les lieux ; entraînent parfaitement le lecteur dans cette folie meurtrière et l’implique même.

Les personnages secondaires sont aussi très bien dépeints et très intéressants. Des déroulés qui surprennent. Des retournements de situations. Les pages tournent sans qu’on voit le temps passé. Une très belle découverte. Un premier livre qui j’espère en appellera un suivant.

Je remercie les auteurs et les participants de la soirée La Défense en juin dernier. C’est à cette occasion, au jeu de la tombola que j’ai gagné ce livre et que j’ai pu rencontrer et découvrir l’auteur.

Version  lue : Brochée

Mention : premier roman

  

7 réflexions sur “Le Violoniste : Coup d’Archet de GE Froideval

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s