Le bourreau des cœurs de Simon Boutreux

Le livre : Le bourreau des cœurs de Simon Boutreux – Paru le 23 janvier 2015 chez Editions Anovi-Joe. 18 €.  (424 pages) ; 21 x 14  cm

 4ème de couverture :

Un thriller percutant ! Un tueur en série laisse dans son sillage les corps sans vie de couples, qu’il traque à la faveur de la nuit, arpentant les rues désertes de la ville endormie. Insaisissable, invisible, surnommé « le Cupidon » par la presse, il semble agir en toute quiétude, malgré les efforts désespérés des forces de police, et poursuivre ce qu’il considère comme une œuvre unique et grandiose, qu’il se doit d’exposer aux yeux du monde entier.
Un animateur radio, attiré par la promesse d’audimat, fasciné par l’aura du tueur et sa dimension quasi mystique, se retrouve happé dans l’affaire, partagé entre l’inspecteur de police en charge de l’enquête et le Cupidon. Mais où se situe la frontière entre curiosité morbide et fascination dangereuse ? Peut-on regarder l’horreur en face et en ressortir indemne ? Peut-on contempler la noirceur d’une âme malade, et voir ces corps massacrés, sans en perdre irrémédiablement une part de soi ? Une chose est certaine, bousculée par la présence oppressante du Cupidon, la vie des protagonistes ne sera plus jamais la même.

L’auteur : Simon Boutreux, auteur sans genre fixe (fantastique, science-fiction, polar…) a vu son premier roman paraître en 2015.
Ce dernier est un polar noir (Le bourreau des cœurs) se déroulant dans une oppressante ville fictive sans nom. Il est prévu que deux autres tomes viennent compléter ce cycle.
Simon Boutreux est également auteur de nouvelles : une est parue dans une anthologie en 2016 (Betsy, dans Du plomb à la lumière) et une autre (Le voyageur) finaliste du prix Alain Le Bussy 2016, devrait paraître prochainement dans le magazine Géante Rouge.
Bercé par de nombreux auteurs (de Lovecraft à McCarthy, en passant par H.G. Wells et une multitude d’autres) Simon Boutreux est un écrivain prolifique, passionné, et habité par l’écriture.
Extraits :
« De nos jours, le moindre cheveu, le moindre cil, la moindre goutte de sang et une armada de policiers pouvait venir vous arrêter dans votre lit, en plein sommeil. C’était aussi pour cela qu’il s’était coiffé avec tant de précautions, lissant ses cheveux avec une bonne dose de gel, frottant ses sourcils et ses cils avec une brosse à dents et vérifiant qu’aucun petit bouton gonflé ne menaçait de le trahir en crachant son sang. »
« S’il était prêt ? pensa-t-il.
Bien sûr qu’il l’était, il avait attendu ce moment depuis des jours, peut-être même depuis toujours. Il allait exploser s’il ne mettait pas la main sur ces clichés. Il avait l’impression qu’on lui cachait l’essence même de l’artiste dément qu’était selon lui le Cupidon. Il pouvait y réfléchir encore et encore, laisser jouer son imagination, rien ne remplacerait ce qu’il pensait découvrir de ses yeux. C’était comme tenter de penser a ce que pourrait être un Dali. Personne n’était capable de seulement imaginer le talent fou du peintre, ou ses compositions. Il fallait les voir pour y croire, il n’y avait pas d’autre option possible. »
« La curiosité morbide pouvait expliquer cela ; la plupart des êtres humains étaient esclaves de ce sentiment ; tous tendaient le cou à la vue d’un accident pour tenter d’apercevoir un peu de sang ou des boyaux. C’était là une façon malsaine de se sentir en vie, de se dire « Ce n’est pas encore mon heure ».

 

La chronique jubilatoire de Dany

Le bourreau des cœurs de Simon Boutreux

C’est l’histoire de trois mecs qui se cherchent … Dès le début de ce roman très noir,  le lecteur connaît Tom, le méchant sans ambigüité et le condamne sans états d’âme, sans circonstances atténuantes. Puis c’est l’histoire d’une fascination de la part de Ben, l’animateur de radio qui voit dans la relation malsaine qu’il peut faire des événements, le vecteur d’une reconnaissance professionnelle. Enfin il y a Verne, le flic, multirécidiviste du divorce à la paternité non assumée, qui plonge dans l’alcool et la traque 24h/24. Des alliances contre nature vont même se tisser entre nos trois protagonistes et de fait ajouter du piment à l’intrigue. Tout n’est en fait que mise en scène, mais mise en scène artistique !

Que dire de plus sans spolier le lecteur : un suspense très prenant et bien mené, bien flippant, des retournements dignes de meilleures signatures du genre et une fin … même si elle confirme le pressentiment du lecteur coutumier du noir, du plus bel effet !

J’ai beaucoup aimé de premier polar de Simon Boutreux et ne regrette pas d’avoir répondu à son invitation à le lire. Merci l’auteur pour cette belle découverte, merci de cette confiance !

J’attends les tomes suivants de cette trilogie annoncée …

mots clefs : .

2 réflexions sur “Le bourreau des cœurs de Simon Boutreux

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s