Matt Dubois : Les citrouilles ne sourient jamais de Ludovic Metzker

Le livre :  Matt Dubois  – Les citrouilles ne sourient jamais de Ludovic Metzker – Paru le 26/11/2019 en autoédition – 14.99 €. (280 pages) ; 13 x 20  cm

4ème de couverture :

Depuis quelques années, à la même période, des jeunes femmes sont retrouvées assassinées de manière étrange : leur tête est recouverte d’une citrouille.
Pour résoudre cette enquête, le pilier de « La cage à poules », une unité dédiée aux crimes déviants, va devoir reprendre du service.

« Vous aimez les secrets ? Lui aussi ! »

 

 

 

L’auteur : Ludovic Metzker en 1974 à Paris de parents issus de l’immigration Marocaine et Polonaise. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour les récits imaginaires. A l’adolescence il découvre des auteurs aussi variés dans la manière d’écrire que dans les thèmes abordés, il écrira un premier essai ainsi qu’un recueil de nouvelles qui ne verront jamais le jour.
Hospitalisé en 2013 à l’âge de 39 ans pour une opération du dos, c’est avec une série télévisée anglaise de science-fiction que l’envie d’écrire lui revient et, avec le soutien d’un ami de longue date, il se met à imaginer un personnage capable de voyager dans le temps et se sert de l’histoire de l’humanité comme prétexte pour faire intervenir son héros.
En 2014, il écrit une histoire remettant en cause les erreurs de l’homme à travers le temps et imagine un monde dans lequel la Terre se révolterait et provoquerait la plus grande catastrophe. Dans la même année, il débutera l’écriture de deux autres livres qui verront le jour en 2016.
Amoureux d’histoire et de mythologie, Ludovic Metzker est surtout un passionné de cinéma et voue un amour pour les voyages et la culture des autres pays.
Extraits :
« — Policier, c’est un peu comme boulanger : une enquête se prépare comme du pain, ça prend du temps, beaucoup de temps, mais au final, une fois que nous avons réussi… Boulanger et flic, nous avons un point commun !
— Ah oui et lequel ? demanda Mélinda.
— Nous mettons des choses dans une pièce confinée ! Le pain sort un peu plus tôt tandis que certains criminels prennent perpétuité ! »
« — Pourquoi vous n’aimez pas Internet ? demanda Mélinda.
— Regardez-les… Ils prennent des photos, des vidéos et après se les partagent entre amis ! L’outil le plus puissant mis à la disposition du moindre abruti et Dieu seul sait combien cette planète en contient ! Linda, je ne suis pas tout à fait un crétin, je connais le danger de mettre autant d’informations sur une chose aussi merveilleuse… Les gens devraient s’arrêter à des recettes de cuisine, partager leur malheur ou bonheur avec des amis… »
« Quand vous lui parlez de note de frais pour un restaurant, il vous saoule tellement qu’au final, vous n’avez plus faim ! Ce con pense gérer la Banque de France… Même sa grand-mère, il a dû l’enterrer dans son jardin, histoire de ne rien payer d’autre que la pelle ! »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Matt Dubois : Les citrouilles ne sourient jamais de Ludovic Metzker

Pourquoi le meurtrier prend-il plus de soin des  victimes féminines ? Pourquoi ces citrouilles sont-elles moins avenantes au côté des victimes masculines ?  Des meurtres en série essentiellement pendant la période d’Halloween ?

Pourquoi Matt revient-il après un éloignement professionnel et pourquoi lui flanquer deux débutants ?

En résumé tout est confusion de genre dans ce polar … le flic ronchon, rebuté par les nouvelles technologies, qui affuble ses coéquipiers de prénoms de son cru, mais ce flic doué d’une perspicacité exacerbée au contact des scènes de crime et dont on ne percera pas le secret. Enfin des seconds à la fois rebelles mais aussi attachés …  ils me font penser aux stagiaires chez Nicolas Lebel ! Pour couronner le tout, nous sommes conviés à une traque au pervers violeur à moins que ça ne soit aux pervers violeurs… ou aux perverses violeuses.

Le dénouement introduit habilement un élément déjà utilisé par des auteurs de polars bien connus du milieu polardeux et qui  reste toujours aussi ambigu au point qu’il ne serait pas raisonnable d’en dire plus car, même sans le savoir, nous pouvons tous avoir cette anomalie génétique, cachée dans un recoin de nos neurones ! Tout pour intriguer le candidat lecteur !

Une énorme découverte que le premier roman que je lis de Ludovic Metzker qui en a seize autres à son actif, à l’invitation bien à propos de ma binômette du collectif polar ! Qu’elle en soit remerciée tout comme je remercie l’auteur pour sa confiance et sa disponibilité. Je lui souhaite une belle réussite !

Lu en version numérique.

3 réflexions sur “Matt Dubois : Les citrouilles ne sourient jamais de Ludovic Metzker

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s