Lou Vernet à l’honneur : #30, Décembre 2019

Le trentième « Auteur à l’honneur » sur collectif polar sera une auteure. Ou autrice comme vous préférez

Et c’est Lou Vernet que j’ai choisi de mettre en avant.

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Lou qui poursuit cette nouvelle rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

Lou Vernet

Pourquoi je vous parle de cette auteure ?

Pourquoi Lou ?

Et bien simplement parce que c’est Lou

Parce que en janvier 2016 avait lieu le premier salon du polar de Nemours. Et qu’à Nemours se sont la bibliothéque et les bibliothécaires qui organise cet événement. Et du coup Florence , la directrice de la bibliothèque est venue à moi et m’a expliqué tout cela. Aussi je me devais de participer à cette première et d’en parler autour de moi.

Et c’est donc à Nemours que pour la première fois j’ai rencontré Lou Vernet.

Lou était invité en tant qu’auteur de littérature blanche, mais qui passait son temps à traîner avec les auteurs de polar. C’est comme cela que j’ai fait ça connaissance. Elle a bien tentait de me corrompre à la blanche, mais j’ai tenu bon.

Pour autant elle m’avais averti qu’elle sortait un premier polar à l’automne. Et je lui promis de venir la voire lors de sa première sortie parisienne.

Alors comme, notre nouvelle auteure de polar était en dédicace à quelques encablures de chez moi, je suis allée à sa rencontre.

Et c’est comme cela que nous avons, entre deux dédicaces, papoté de son roman, mais aussi de sa façon d’écrire. De ses projets et de ses envies.

C’est comme cela que je me suis retrouvée à lire du Lou Vernet

Et il se pourrait bien que nous n’en restions pas là ! J’ai vraiment eu envie de connaître son univers. Et.. Vous le faire découvrir aussi !

Aussi j’ai proposé à Lou de venir me parler de tout cela lors d’un Apéro polar. Lors d’une rencontre croisée avec Lou mais aussi Cicéron Angledroit et Nils Barrellon autour d’une table ronde sur l’auto édition et les petites maisons d’éditions.

Lou est revenue aussi pour nous présenter le second tome lors d’un Kawa littéraire

Et elle a aussi participé à un second Apéro polar où elle est venue s’incruster entre Sacha Erbel et Marek Corbel et les éditions de l@ Liseuses.

Et c’est comme cela qu’aujourd’hui elle se retrouve à l’honneur sur notre blog.

 

Sa Biographie

Rédiger une biographie, même sommaire, de Lou Vernet ne va pas être simple.

Je sais juste qu’elle est née en 1967 et qu’elle est Auteure, voyageuse, photographe. Lou Vernet est une autodidacte. Passionnée. Libre. Et un peu barrée.

Sur son site elle parle de chemin de vie, on y retrouve son parcours, ses parcours professionnels et aussi ses chemins de traverses.

Un parcourt de vie atypique pour une auteure atypique, à fleur de peau.

Et ses Slalom Professionnel, ses Zigzag Bénévole et Chemins en Terres Étrangères nous font percevoir une grande dame , une globe-troteuse et une auteure et une personne qui ont du cœur. 

D’ailleurs souvent elle défini ce chemin de vie par cet un acronyme : AME

ÂME comme Aimer, Marcher, Écrire

Sentier Littéraire : de Lou Vernet
Parisienne de naissance, Lou reste attachée à la Capitale à qui elle fait des infidélités en parcourant le monde et ses sommets (Jordanie, Norvège, Équateur, Népal, La Réunion, le Mali , Le Sri Lanka etc.) pour mieux y revenir.
Elle commence à écrire à l’adolescence, principalement des poèmes qui lui ont rapporté quelques prix symboliques. À la fin de ses études, elle découvre le monde du travail et arrête d’écrire pendant 15 ans. Elle y pense sans cesse mais remet toujours à plus tard le retour à l’écriture.
À 35 ans, l’appel de la littérature est le plus fort, elle craque, vend sa voiture, sa moto, quitte son emploi (10 ans dans les arts graphiques à boucler les livres des autres). Elle s’attable, écrit toujours et encore… D’abord des nouvelles, puis des romans…
Son premier roman « En t’attendant » reçoit la bourse découverte du CNL. Suivront des polars (« La toile aux alouettes », « Un trop grand silence »), des récits de voyage (« Le rire du monde »), un recueil de courts romans (« Toucher l’instant »), un livre de développement personnel (« G comme gratitude ou l’art de positiver »). Autodidacte, lectrice compulsive, grande voyageuse, Lou Vernet ne se prend pas au sérieux Celle qui lit avec le même bonheur le dictionnaire, Fernando Pessoa, Stephen King ou Murakami (entre autres) a une devise pour tout entendre :
Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon vous n’en sortirez pas vivant. (Bernard Fontenelle).

Pour retrouver Lou Vernet sur sa page Facebook, c’est ICI

Et pour la découvrir sur son site, c’est ICI

Sa bibliographie

Son dernier polar

Un coup de mes coups de coeur 2019 dans mon Top 10

 

Surtout le pire

Paru le 20 septembre 2019

Ce que l’aube promet au jour n’est souvent qu’un leurre. Anne Carrière le vérifie à chaque découverte macabre. Cette fois-ci, il s’agit d’une jeune femme, Sandra Link, 24 ans, retrouvée morte dans sa baignoire. Un banal suicide, à première vue, comme il en existe toutes les quarante secondes dans le monde. Une histoire vite retracée. Fugueuse depuis ses dix-huit ans, la jeune femme venait d’accoucher deux jours plus tôt dans un hôpital parisien d’où elle s’était enfuie aussitôt en abandonnant son enfant. Bien trop jeune et seule pour porter un si lourd fardeau. Ce n’est pas la première ni la dernière fois et pourtant la légiste ne s’y fait pas. Surtout que c’est le second cas en moins d’un mois. À croire que toutes les guerres et les catastrophes ne suffisent plus à la misère humaine. Il faut encore que soient ajoutés au nombre des victimes des nourrissons. Comme un besoin d’éradiquer tout espoir, toute rédemption.

 

 

Les autres polars

« La Toile aux alouettes ».

Éditions Border Line – 24/09/2016

La toile aux alouettes.1, l’inclus

Il était une fois deux enquêteurs interlopes, une jeune fille en recherche de sens, un voisin bruyant, un gourou du web, une chef de service peau de vache, et une maman névrosée… C’est comme cela qu’elle nous la joue, Lou Vernet, avec une myriade de personnages qu’elle cisèle de sa plume efficace. Tous semblent évoluer dans des mondes parallèles jusqu’au moment où le récit bascule dans l’insondable noirceur de l’âme, entraînant le lecteur dans ses rêts. Dans La Toile aux alouettes, son premier polar, Lou Vernet manie en virtuose, l’art de la mystification. En attendant que l’Inclus et la Virgule reviennent défaire un nouvel écheveau, frissonnez avec ce premier opus, tout en ombres et lumières ! La Toile aux alouettes paraît aux Éditions Border Line.

« J’ai découvert une fin diabolique bien loin des premiers chapitres policés, qui fera hoqueter et lever les sourcils, mais qui est la signature d’un livre réussi, original, audacieux. Un livre que l’on n’oubliera pas, longtemps après l’avoir fermé. »
Maud Tabachnik, écrivain.

« Un Trop grand silence »

aux Editions Border Line – 23/09/2017

Un trop grand silence Volume 2 de la Toile au alouette, La Virgule

 

Le roman

En cette veille de Noël, Paris sombre dans la stupeur : la mort frappe à six reprises, en six lieux de la capitale, sur un intervalle de six heures. Entre les résidents d’une maison de retraite huppée qu’une main assassine a empoisonnés, et des squatters qu’on a sciemment ensevelis dans l’explosion d’un immeuble sordide, pas de dénominateur commun. Pour le duo d’enquêteurs, la Carpe et la Virgule, privé et flic aguerris, c’est l’impasse : quel est le mobile du ou des tueurs ? Quelle est la logique de cet enchaînement macabre ? Le flair de l’un et le pragmatisme de l’autre ne semblent pas suffire à dénouer l’écheveau de cette singulière affaire. Doivent-ils pour autant se fier aux allégations du mystique César ?

 

 

 

Ses autres bouquins

 

« G comme gratitude »

aux Editions du Loir –  03/2019

G comme gratitude ou L’art de positiver

Léger et insolite, drôle et impertinent, G comme gratitude fait la part belle à l optimisme. Véritable hymne à la vie, cet abécédaire est une invitation à suivre nos instincts, à lire les signes, à parfois s égarer et à oser le tout pour le tout. « Dire merci à la vie, l accepter dans ce qu elle a de meilleur comme de pire, c est croire que de cette énergie positive viendra la force qui la transcendera », écrit Lou Vernet. Au fil des lettres, des mots et des citations, l auteure nous entraîne dans un tourbillon de pensées fécondes. Elle nous livre un merveilleux outil de développement personnel à lire au gré de son humeur, de ses envies et nous donne les clés pour créer notre propre abécédaire de vie.

 

 

 

 

 

« Toucher l’Instant »

aux éditions La Liseuse (roman) -09/2018

Toucher l’instant ou La trilogie du choix

Toucher l’instant ou la trilogie du choix

Si long est le chemin, si brève est la vie.

Éphémère intervalle ponctué d’une seconde d’éternité, celle où tout bascule. La reconnaître, s’en saisir, croire qu’elle nous appartient, oser se l’approprier, s’en libérer, s’émanciper, c’est ce que racontent ces trois romans courts.

Trois destins, trois possibles. Entre incertitude et audace, peur et confiance, douceur et violence, les protagonistes ont l’illusion d’un choix : agir, plutôt que subir.

Avec pour origine et but, la même griffe, le même serment, le seul sentiment persistant : l’amour.

Au terme d’une lente maturation, parviendront-ils à Toucher l’instant ?

Au fil des pages, l’émotion nous étreint lentement subrepticement, parfois délicieusement, souvent atrocement.

Trois récits évoquant l’existence, ses souffrances, ses incertitudes, ses choix et l’amour.

 

« Le Rire du Monde »

(récit de voyages) aux éditions La Trace – 10/2018

Le rire du monde (fragments de voyage…)

Une réflexion sur le thème du voyage.

Ces instants bénis où chaque souffrance endurée,

chaque sueur perlée, chaque pas accompli ouvrent sur la rencontre.

Avec soi bien évidemment, mais aussi l’autre, cet étranger, ce galopin

                             hors frontière…

 

 

 

 

 

 

 

« Pensées Clandestines ».

(Recueil poétique) Ed BoD.fr – 27/04/2018

 

Tout laisser tomber. Ce qu’on avait à faire, ce qu’on faisait. Tout donner à l’autre, Prendre le temps d’être avec lui. Cinq minutes ou une heure, Complétement là. S’apercevoir que cet autre n’était que soi, Qui attendait qu’on le prenne dans ses bras.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Mal barrée »

aux Éditions BOD.fr – 9/12/2016

… On pense aussi souvent que je suis une originale, indisciplinée et contrastée, moitié chausson rose moitié chausson bleu et donc certainement pas les deux pieds dans le même sabot. Une légende d’artiste rebelle doublée d’un Donjuanisme facile et immature. Les clichés et les raccourcis ont la vie dure. Je me dois de rétablir la vérité, aussi cruelle et misérable soit-elle. Je suis bien plus binaire, tant pis pour ma réputation. Adieu Princesse. Bienvenue Mal barrée ».

 

 

 

 

 

 

 

Ne m’oublie pas

publié le 10.06.2015 en AutoEdition

C’est son rêve qui a tout déclenché. Qui a tiré sur la ficelle du sentiment et a commencé de le déstabiliser. Son rêve et l’apparition de son père dans le miroir ont ouvert une brèche. Les éléments par la suite n’ont fait que s’accumuler les uns derrière les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La femme-enfant

Publlié en ebook en janvier 2015

Un huis-clos en milieu psychiatrique. mise en ligne via le « concourskindle2015 ».

Extrait : Pour la première fois ce matin, Luc m’a fait passer un papier « Qu’est-ce que tu connais le mieux de toi que les autres utilisent le plus ? ». J’ai su que ça venait de lui parce qu’après ça, il n’arrêtait pas de me regarder. J’ai haussé les épaules, style « tu m’en poses une colle » et j’ai pensé « foutu monde que le nôtre ». Y en a pas un pour rattraper l’autre. Des mots jetés à la dérive, devinette à deux balles, jeux de pistes pour trouver le trésor. Abattez les arbres, débitez le papier, la misère va parler. Je lui ai quand même répondu par une autre question « Enfermé dans un cercueil, le tête en bas, je parle toutes les langues. Qui suis-je ? ».

Une seconde amitié était née !

César lui, il a trouvé tout de suite. Il est sagace. Quand à Tibo, c’était le week-end, il avait une perm’ exceptionnelle.

Pas dit pourquoi. On attend qu’il revienne

Alors là, je ne sais pas….

Lou serai-t-elle l’auteur de ce Titre sous le nom de Gaïa

Le fou de papier

publié le 21.01.2019 en Autoedition

 

Il a honoré la parole de son ami, c’est tout ce qui compte. L’empreinte est là. Partout dans le monde. « Le fou de papier » va vivre, l’Arbre de Lune aussi. Des millions de lecteurs vont boire à sa source.
En cela, Gaia voulait contribuer à sauver le monde.
Pas beaucoup mais un peu.
C’est à présent aux lecteurs d’en décider…

Ce roman participe au Prix des Plumes francophones 2019.

 

 

 

 

 

Voilà vous savez tout ou presque tout ce que je sais sur Lou Vernet.

Maintenant j’espère que vous allez avoir envie de découvrir son monde et son écriture. Car Lou a vraiment un style et un univers à part.

Pour mieux l’apprécier voici quelques petits retour de lecture

Surtout le pire

La toile aux alouettes.1, l’inclus

Un trop grand silence Volume 2 de la Toile au alouette, La Virgule

« Toucher l’Instant »

 

Alors à très vite sur Collectif Polar

 

4 réflexions sur “Lou Vernet à l’honneur : #30, Décembre 2019

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s