Le suspect de Fiona Barton

Le livre : Le suspect de Fiona Barton – traduction : Séverine Quélet. Paru le 09/01/2020 chez Fleuve éditions dans la collection Fleuve noir. 20.90€  (504 pages) ; format 14 x 21  cm

4ème de couverture :

Jusqu’où iriez-vous pour protéger votre famille ?

Quand deux jeunes filles de dix-huit ans disparaissent lors de leur année sabbatique en Thaïlande, leurs familles se retrouvent aussitôt sous les projecteurs des médias internationaux : désespérées, paniquées et exposées jusque dans leur intimité.
La journaliste Kate Waters, toujours avide d’un bon papier, se charge immédiatement de l’affaire, une occasion bienvenue pour elle de se rapprocher de son fils, parti vivre à Phuket deux ans auparavant.
Mais ce qui s’apparente au départ à une simple fugue d’ados qui aurait mal tourné, s’avère rapidement être quelque chose de plus sérieux. Les découvertes alarmantes se succèdent, le nombre de suspects se multiplie et la piste criminelle ne peut plus être écartée.
Face à la complexité de l’affaire et au manque de coopération des autorités sur place, Kate ne voit qu’une seule issue : se rendre sur les lieux afin de prendre l’enquête en mains. Mais cette fois elle est loin d’imaginer à quel point elle va être impliquée personnellement …

L’auteur : Fiona Barton est journaliste et formatrice internationale dans les médias est née à Cambridge en 1957.
Elle a notamment écrit pour le Daily Mail (2005-2008), le Daily Telegraph (2002-2005) et a été rédactrice en chef du Mail on Sunday (1990-2002) où elle a d’ailleurs gagné le prix du reporter de l’année.
Fiona Barton est chef de projet à Fojo Media Institute depuis 2011.
Son travail de journaliste lui a permis d’observer les femmes des accusés lors des audiences et donné l’envie d’écrire La Veuve (The Widow, 2016), son premier roman, qui connaît un succès fulgurant dans plus de 30 pays.
Elle vit avec son mari près d’Abjat-sur-Bandiat en Dordogne depuis 2013.
Extrait :
« Ses doigts dansaient sur les touches de son portable. Elle publia la photo qu’elle venait de prendre d’elle-même en train de poser devant l’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, les yeux fatigués et un sourire béat aux lèvres. Elle avait réfléchi à cette photo dans l’avion, visualisant sans problème le rendu. Mais c’était sans compter le vacarme et la chaleur qui régneraient de l’autre côté des portes du terminal. Le choc avait été physique. Elle se doutait qu’il ferait chaud, Google l’avait prévenue, mais pas à ce point. La peau de son visage était moite et des mèches de cheveux restaient collées sur son front. L’air était si lourd qu’elle sentait son poids sur sa langue. Elle posa son sac à dos avec précaution, coinça la bride sous son pied par sécurité et étira ses bras au-dessus de sa tête, savourant ce tout premier instant de liberté. »

  

La chronique jubilatoire de Dany

Le suspect de Fiona Barton

Passer du statut de  journaliste d’investigation à celui de mère de suspect, c’est la trajectoire douloureuse que va connaître Kate. Elle découvre à cette occasion les dures réalités du paradis des nouveaux routards, ces jeunes qui cherchent l’aventure en côtoyant les interdits. Mais Kate a déjà son fils qui fait dans la protection des animaux à Phuket, lui qui ne donne plus de ses nouvelles depuis plusieurs mois.  Ainsi va-t-elle découvrir que l’enquête sur un incendie ayant entraîné la mort de deux jeunes filles a peut-être été commis … par son fils !

C’est l’énergie de la détresse de Kate et des familles des victimes qui va nous accompagner au long de la quête de la vérité qu’elle partagera avec les policiers. Les lecteurs de Fiona Barton connaissent Kate depuis son premier roman La Veuve, puis dans La coupure, cette fois elle devient sujet, très éprouvée par cette expérience.

Les mères de victimes sont elle-aussi à rude épreuve, coincées entre la soif de vérité et l’envie de se laisser sombrer dans la douleur….L’auteur nous propose des portraits de parents et un fil rouge aux multiples rebondissements, où le lecteur est heureux d’adhérer à une hypothèse pour être ensuite bousculé par son démantèlement, car comme dans ses précédents romans, l’auteur attend la dernière page pour révéler son inattendue vérité.

J’ai beaucoup aimé ce troisième roman, à la hauteur des deux premiers. L’auteur sait nous immerger dans les méandres du raisonnement de Kate qui ne peut se défaire de ses réflexes professionnels, de ses amitiés et de ses convictions. Un très bon moment de lecture avec sa touche d’exotisme pas très racoleur il est vrai.

Lu en version numérique. – epub  14.99 €

 Autres extraits :
«Je regarde autour de moi et compte cinq reporters de la presse écrite et un journaliste télé. Je les connais tous. C’est ma famille professionnelle. Je me sens bien ici, dans mon élément, enveloppée des relents de repas sous vide et des flatulences de la classe éco. » 
« L’incendie était accidentel. C’est ce qu’a affirmé la police. 
— Il se trouve que des histoires troublantes circulent sur cette auberge et les activités qui s’y déroulaient. Saviez-vous que Mama’s Paradise est bien connu des services de police ? Comme un lieu de distribution de stupéfiants. Les gens vont, pardon, allaient, s’y fournir en drogues, expliqua la femme comme si elle s’adressait à des enfants, des touristes naïfs. »
 
« Pendant des jours, elle avait été incapable de voir au-delà de l’atterrissage à Heathrow. Mais lorsqu’ils ouvrirent enfin la porte de chez eux, elle sentit quelque chose se briser en elle. Elle retrouvait le monde réel, sa petite vie avec son travail à mi-temps, les quizz hebdomadaires au pub et les courses au supermarché, les chansons à la radio sur lesquelles elle fredonnait tout en repassant les chemises de Malcolm. Sauf que tout cela ne représentait plus rien pour elle. Elle avait l’impression de jouer dans une pièce de théâtre. Tel un automate, elle ouvrit le courrier qui s’empilait sur le comptoir de la cuisine et feignit de s’intéresser aux lettres de la banque ou des compagnies d’assurances. 
Son besoin de connaître la vérité sur ce qui était arrivé à Alex grondait dans sa tête comme le roulis de l’océan. 
Il fallait qu’elle sache si quelqu’un avait sciemment fait du mal à son enfant ; il lui fallait la preuve que les Thaïlandais ignoraient. » 

3 réflexions sur “Le suspect de Fiona Barton

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s