Les petites filles et l’oued – Dounia Charaf

le livre : Les petites filles et l’oued de Dounia Charaf. Paru le 3 mai 2012 aux éditions Marsam. 15€. (159 p.) ; 22 x 13 cm

4e de couv :

Un Maroc tout en poésie, comme une aquarelle, avec les montagnes en toile de fond et l’oued qui tient presque lieu de personnage !

Dans ce roman, sous la forme d’une histoire policière vue à travers des yeux d’enfants, l’auteure nous entraîne à la poursuite des «petites filles», sur les sentes caillouteuses des environs de Ouarzazate…

La vie y est rude mais pleine de tendresse. Il est question de rapports hommes femmes qui se mettent en place dès l’enfance. L’amour et la haine se tiennent par la main. Presque naturellement, le désir, la jalousie et la peur, dans l’omniprésence de la hachouma, vont engendrer souffrance et drame.

L’auteur :   Dounia Charaf est née en avril 1960 à Casablanca (Maroc). Elle est fille de diplomate et a passé une grande partie de sa vie en France où elle a fait ses études supérieures. Elle vit en région parisienne où elle travaille dans une bibliothèque universitaire. Elle a publié plusieurs romans et livres de jeunesse chez l’Harmatan et aux Editions Marsam ainsi que des nouvelles notamment dans l’univers des littératures de l’imaginaire.

 

 

Le post-it de Ge

Les petites filles et l’oued – Dounia Charaf

Sous la forme d’une intrigue policière vue à travers des yeux d’enfants, ce récit met en scène les sentes caillouteuses des environs de Ouarzazate. Dounia Charaf nous transporte dans l’univers de son pays d’origine à travers Kebira et de Hassiba, les deux petites héroïnes du roman. Ce livre est empreint d’enfance, de nature, de voyage, mais aussi de magie. Ici les enfants sont souvent livrés à eux même dans une société machiste et violente. Et pourtant le mal rôde, les traditions sont prégnantes et les petites filles n’ont pas leurs mots à dire.
Et puis il y Brahim l’oncle de Kebira, qui va profiter de sa position pour mettre aux pas les petites filles. Jusqu’au jour où Hassiba est découverte morte, flottant entre deux eaux dans l’oued.
Là rentre en action Assia, une jeune policière impulsive qui mettra tout en oeuvre pour découvrir le coupable.
Les mots de l’auteur nous conte une histoire originaire dans ce sud marocain. Des mots qui nous raconte aussi les paysage grandiose de ses oueds perdues, de ses maisons de torchis qui cachent la vérité des femmes qui vivent là entres-elles depuis la nuit des temps. De ces régions reculés où jamais le féministe n’est arrivé à atteindre.
La venue d’Assia va bousculer tout cela. Et pas certaine que cela plaise à la gente masculine qui bien sur aimerai voir ce perpétrer ces traditions ancestrales qui cantonnent la femme à son rôle de mère et d’épouse soumise.
Non la modernité n’a pas sa place dans cette société patriarcale et qui voit d’un mauvais œil l’émancipation des femmes.
Vous l’aurez compris ce court roman au style épuré à su me séduire.

4 réflexions sur “Les petites filles et l’oued – Dounia Charaf

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s