Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière

Une nouvelle » Double Chronique » aujourd’hui sur Collectif Polar

Décidément les flingueuse ont les même lectures.

Et une nouvelle fois c’est mamie Danièle et Ge qui ont lu le même livre.

Il faut dire que ce polar devrait faire du bruit dans le blogosphère tellement il est terrible.

Alors ce matin c’est notre Porte Flingue qui vous livre son ressenti.

Et ce soir ce sera Dany qui vous proposera sa « Chronique Jubilatoire. »


Le livre : Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière. Paru le 16 janvier 2020 chez Fleuve éditions dans la collection Fleuve Noir. 19€90. (352 p.) ; 21 x 14 cm

Laurence Graissac grandit aux côtés de son frère, Thierry, qui prend toujours un malin plaisir à la harceler et à l’humilier. Du pavillon sinistre de son enfance à Saint-Flour, elle garde des blessures à vif, comme les signes d’une existence balayée par le destin. Mais Laurence a bien l’intention de devenir la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être, quel qu’en soit le prix à payer. Le jour où le discret docteur Bashert, en proie à une addiction au jeu, croise sa route, la donne pourrait enfin changer…

Thriller psychologique d’une rare intensité, Cinq cartes brûlées va vous plonger au cœur de la manipulation mentale. De celle dont on ne revient jamais indemne.

 

L’auteur : Auteur de 10 romans et de fictions radiophoniques, Sophie Loubière connaît un succès international avec L’Enfant aux cailloux (2011), traduit dans une vingtaine de pays et plusieurs fois primé. Cinq cartes brûlées, inspiré d’un fait réel, révèle tout le talent de la romancière à explorer les abîmes de l’âme humaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait :
— Allez, avance.
D’un geste, son père l’invitait à passer devant. Le petit garçon hésita puis entra d’un pas résolu dans la chambre d’hôpital. Le silence et la pénombre le saisirent aussitôt. Cela sentait l’éther et le lait de toilette, et aussi une odeur indéfinissable qui rappelait celle d’une vieille couverture où la chatte de la maison avait mis bas. Depuis le lit, un drap cachant sa poitrine, pâle encore d’une longue nuit, sa mère posa un doigt sur ses lèvres pour signifier à son fils de ne pas faire de bruit et indiqua du regard le berceau poussé contre un mur. Elle était dedans, celle qui brisait sa vie, dérobait une bonne part de l’amour que lui portaient ses parents depuis trois ans. Thierry s’approcha, écarta délicatement le voile du ciel de lit et découvrit sa petite sœur. Laurence ressemblait à un bébé, mais en plus moche, fripée, avec un crâne un peu pointu. Il lui prit la main. Sa peau était douce et tiède, avec des plis minuscules. Il y déposa un baiser comme papa le lui avait suggéré, puis se hâta d’aller vers sa mère. Elle l’accueillit avec un soupir.
Il avait bien travaillé.
L’enfant venait d’inscrire dans la mémoire de ses parents l’image d’un grand frère tendre et aimant. Et son père le gratifierait d’un paquet de bonbons acheté à la cafétéria de la maternité – la récompense promise s’il embrassait sa sœur.
Mais le têtard dans le berceau ne perdait rien pour attendre.
On ne le chasserait pas impunément de son trône.

 

Le post-it de Ge

Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière

Enfant, Laurence Graissac grandit au milieu d’une mère psychologiquement instable, d’un père lui ayant fait subir des attouchements, d’un frère tyrannique et d’une soeur qui voue un amour sans limite aux hommes de la famille. Malgré tout, elle devient une athlète internationale de haut niveau à 20 ans, avant de travailler dans un casino où elle rencontre un homme qui bouleverse son existence.

Oh punaise quelle claque !

Mais où notre auteure est-elle allé chercher une histoire pareil ?

Quelle plume !

Une sacrée plume
On peut dire que Sophie Loubière revient avec une sacrée main là !

Une main gagnante, une nouvelle fois.
Je suis prête à faire tapis et à parier gros que ce titre va très vite trouver son public.
Enfin  j’ai envie de dire, enfin, trouver son public !

Car il est plus que temps que le grand public découvre l’immense talent de conteuse de Sophie Loubière.

Ici tout est à sa place, construit avec brio, tout arrive à point, c’est tiré au cordeau et ça fait mouche à chaque fois.

Avec ses mots et son intrigue elle va vous bousculer, vous bouleverser et croyez moi, vous ne soutirer pas indemne de tout cela.

Vous devriez même être un peu plus humain ! Si, si je vous assure !!!

17 réflexions sur “Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s