L’affaire Rose Keller, Ludovic Miserole

Le livre : Les crimes du marquis de Sade Volume 1, L’affaire Rose Keller de Ludovic Miserole. Paru le 13 septembre 2018 aux éditions French Pulp. 18€ ; (410 p.) ; 14 x 21 cm.
4ème de couverture :
Rose Keller est au chômage depuis plus d’un mois. Elle est réduite, en ce dimanche de Pâques du 3 avril 1768, à mendier sur la Place des Victoires à Paris.
En acceptant de suivre, pour un écu, un jeune homme soigneusement habillé qui a besoin de quelqu’un pour un peu de ménage dans sa maison d’Arcueil, elle ne peut se douter qu’elle se dirige tout droit vers l’enfer.
Elle ne sait pas encore que l’homme qui vient de l’engager n’est autre que Donatien Alphonse François de Sade, celui qu’on surnommera  » le divin marquis « , qui lui fera subir les pires outrages imaginables.
L’auteur : Né en 1973 après le succès de son premier ouvrage Rosalie Lamorlière, dernière servante de Marie-Antoinette, Ludovic Miserole nous invite à nouveau à rencontrer un personnage méconnu de notre histoire.
Avec un talent indéniable, il combine la vérité historique, puisée minutieusement dans les sources, et l’invention, autrement dit, il marie subtilement histoire et fiction pour mettre en scène un passé révolu. Derrière le portrait de Zamor se dessine, en filigrane, celui des héros – les grands, que nous connaissons, comme les anonymes, les « humbles » qui ont œuvré dans l’ombre – d’une France révolutionnaire et post-révolutionnaire.

Extraits :

« Décidément, ce Voltaire est bien trop caustique à son goût ! Il a beau faire partie des grands esprits de ce siècle, la liberté de ton qu’emploie le vieil homme lui hérisse toujours autant le poil. L’Ingénu n’échappe en rien à la règle. En effet, comment un Huron peut-il être accueilli à Versailles alors qu’il critique le pouvoir qu’exerce la sacro-sainte Église sur le roi de France ? Si un Indien d’Amérique peut railler ouvertement Sa Majesté et être ensuite reçu à sa table, qu’on ne s’étonne pas que le peuple français ne respecte plus guère le pouvoir royal. »
« Dans quel état allait-elle la trouver ? Elle ne pensait pas uniquement aux blessures physiques. Les plaies visibles. Elle pensait aux autres. Celles auxquelles on ne porte que bien peu d’intérêt et qui pourtant sont les plus graves. Les plus profondes. L’âme meurtrie, l’honneur bafoué, les valeurs que l’on pensait immuables foulées aux pieds par la perversité. Toute une personnalité construite au fil des années et d’expériences diverses balayée à coups de savantes mutilations et d’insoutenables blasphèmes. »

La chronique jubilatoire de Dany

L’affaire Rose Keller – Ludovic Miserole

Cet homme est détestable au plus haut point. Cet homme n’est pas une fiction mais il a « bel et bien » existé. Compte tenu de la bibliographie fournie par l’auteur, les faits décrits semblent avérés, dans un contexte libertin de l’époque où le mot consentement n’avait pas encore été inventé.  Une véritable œuvre d’historien de l’horreur.

Un roman féministe tellement actuel.

Trois femmes se partagent l’affiche du premier volet de cette trilogie : la victime, la prostituée et la complice …elles ont toutes à en vouloir à l’infâme Marquis de Sade, bien connu et déjà condamné, influent et pervers, une seule l’aime. Il attire ses proies et les humilie pour son plaisir solitaire, ou partagé avec son non moins infâme serviteur.

Les rapports ambigus avec son épouse et sa belle famille en font le personnage le plus toxique que j’ai rencontré dans mes lectures. Quand je pense que dans le processus créatif, les auteurs partagent leur vie avec leurs personnages jusqu’à la publication de leurs œuvres, j’espère que Ludovic Miserole a su se préserver du divin Marquis. J’ai découvert le talent d’historien de l’auteur, sachant ménager le suspense d’une histoire malheureusement connue.

Lu en version numérique. epub  9.99 €

Autres Extrait : 
« Julie n’entend rien aux choses politiques, mais ce dont elle est certaine, c’est qu’il est difficile de vouloir remettre en cage un animal qui a goûté à la liberté. Les philosophes commencent à semer dans la tête des gens leurs idées nouvelles et de beaux rêves commencent à y germer. L’avenir est plus qu’incertain, mais peut-être bien qu’un jour, les personnes telles que le marquis de Sade seront jugées comme n’importe quel homme de ce pays. »
« – Allons bon ! Des femmes respectées ? Ici ? En France ? Ne vous retournez-vous pas sur une belle gorge ? Ne parlez-vous pas, entre gens de bonne compagnie, de vos secrets d’alcôves ? Nous donneriez-vous la même place et les mêmes responsabilités que celles qu’on donne pourtant à vos amis sans sourciller ? Je ne parle pas de travailler au champ ou d’autres corvées pour lesquelles, étrangement, nous valons aussi bien qu’un homme. Je parle bien d’emplois avec des responsabilités. »

3 réflexions sur “L’affaire Rose Keller, Ludovic Miserole

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s