La Fabrique des salauds de Chris Kraus

Le livre : La Fabrique des salauds de Chris Kraus. Traduit de l’allemand par Rose Labourie. Paru le 22 août 2019 chez Belfond. 24€90. (886 p.) ; illustrations en noir et blanc, cartes ; 23 x 14 cm

4e de couv :

La Fabrique des salauds

Une poignée de douleur et de chagrin suffit pour trahir, et une seule étoile scintillant dans la nuit pour qu’un peu de lumière brille par intermittence dans toute cette horreur.

Dans la lignée des Bienveillantes de Jonathan Littell ou de Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Márquez, un roman hors normes, une fresque exuberante et tragique, pleine de passion, de sang et de larmes, qui retrace tout un pan du XXe siècle, de Riga a Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris.

A travers l’histoire de Koja, Hubert et Ev Solm, deux frères et leur soeur, sorte de ménage à trois électrique, Chris Kraus nous entraîne dans des zones d’ombre où morale et droiture sont violemment bafouees, et dresse en creux le portrait d’une Europe a l’agonie, soumise à de nouvelles règles du jeu.

Une oeuvre impressionnante, magnum opus sur le déclin d’une époque et la naissance d’une nouvelle ère.

L’auteur : Chris Kraus est né en 1963 à Göttingen, en Allemagne, et vit aujourd’hui à Berlin. Réalisateur, scénariste, écrivain, il a notamment étudié à l’Académie allemande du film et de la télévision de Berlin. Il est l’auteur de plusieurs œuvres cinématographiques qui lui ont valu de nombreux prix. Son long-métrage « Quatre minutes » (2006) a obtenu un grand succès critique et commercial en France, et a été adapté au théâtre. Outre des fictions, Chris Kraus a également coréalisé un documentaire sur l’écrivain et réalisateur Rosa von Praunheim, Rosakinder (2012).

Chris Kraus est par ailleurs l’auteur de quatre romans. La Fabrique des salauds est son troisième ouvrage, paru en Allemagne en 2017, le premier à paraître en France.

Extrait : 
Il s’agissait de dix-neuf cinq et de l’Empire russe vacillant dans lequel nous avions grandi. Ma mère disait toujours : Annus mirabilis. Pour Isréâelelle, c’est ce qu’était l’année dix-neuf cinq, que nous n’appelions jamais dix-neuf cent cinq, car seuls les Allemands de l’Empire allemand parlaient ainsi. Pour maman, le temps est toujours resté quelque chose d’organique, qui a une volonté et un but propres, susceptible d’être bon ou mauvais, un peu comme une personne. Et en cette onzième année de règne de Sa Majesté le roi des empotés, le tsar Nicolas II, l’ordre sous toutes ses formes partait en fumée. La Russie était à feu et à sang, de Saint-Pétersbourg jusqu’aux provinces les plus reculées.

 

Le post-it de Ge

La Fabrique des salauds de Chris Kraus

En faisant une enquête sur sa propre famille, Chris Kraus découvre que son grand-père a commis des crimes sous l’uniforme SS.

Koja Solm, un vieillard avec une balle nichée dans la tête, raconte son histoire dans un hôpital bavarois. Né en Lettonie au début du siècle, il entretenait une relation destructrice avec son frère Hubert. Tous deux étaient épris d’Ev, leur soeur adoptive d’origine juive. Embrigadés dans la Wehrmacht, ils deviennent ensuite espions pour le compte du KGB puis pour le Mossad.

Mon dieu quel livre, quelle sommes devrais-je dire. Chris Kraus nous propose là un livre qui fera date, c’est certain. La fabrique de salauds deviendra un classique du genre. Il va rester dans les annales tellement le travail de recherche et de fond de l’auteur est parfaitement intégré et digéré pour se fondre dans cette fresque dantesque.

Vous l’aurez compris ce titre est pour moi un des plus beaux livres que j’ai lus en 2019, un des plus marquant en tout cas. J’ai, je l’avoue pris mon temps pour le parcourir car impossible de lire ce pavé en diagonal. Non une lecture rapide gâcherait la saveur et la substance de ce bouquin tellement il est riche. Riche d’humanité malgré les thèmes forts abordés ici.  Riche d’intensité, on traverse les époques et on remonte un siècle et même un peu plus de l’histoire allemande mais pas uniquement. C’est aussi l’histoire européenne qui se joue ici. Et c’est aussi à travers le héros de ce livre, une histoire mondiale que l’on perçoit. De la fondation des nations européennes, des patriotismes nationaux, des envies d’expansions, d’extensions et de dominations de chaque nation, c’est la carte d’aujourd’hui qui se dessine sous nos yeux. On entre au cœur des relations internationales, au cœur des enjeux politiques qui se jouent sous nos yeux.

 A travers la famille Solm, les grands parents, les parents, la mère ses deux fils, Koja, Konstantin, notre narrateur et Hubert, l’ainé c’est 70 ans de l’Allemagne qui nous est conté. Et à travers l’histoire de l’Allemagne on touche à l’histoire de ces voisins qu’il s’agisse de la France par laquelle le couple franco-allemand tente de créer un futur à l’Europe après les guerres successives entre nos deux pays et surtout l’horreur de la seconde. Mais aussi la Russie et ses satellites qui deviendra l’URSS. Et je ne parle pas des états baltes enfermés et étouffés par leurs puissants voisins.

 Et puis il y aura Eva ( Ev la sœur adoptive) qui sera le catalyseur mais aussi le déclencheur du destin de nos deux héros à travers lesquels on découvre, la complexité des relations internationales et les enjeux de celle-ci. Mais aussi la complexité de l’âme humaine. Eva le point de discorde aussi, cette petite fille d’origine juive à travers les yeux de laquelle ont verra la création de l’état d’Israël car il ne faut pas oublier dans l’histoire l’importance aussi des vainqueurs de 1945 que sont aussi les Etats-Unis et le Royaume-Unis.

Voilà je ne peux guère vous en dire plus sans dévoilée l’histoire, les histoires qui se dessinent dans ce livre merveilleux, des histoires personnels qui se mêlent à la grande Histoire.

C’est une épopée hallucinante que vous allez vivre. Et la plume de Chris Kraus n’y est pas étrangère. Elle est elle aussi extraordinaire, passant de factuelle à humoristique en étant aussi sensible ou cruelle aux grés des destins de nos protagonistes et du dessein de leur l’histoire personnelle qui se mélange au contour du nouveau monde qui se profile.

Une fresque romanesque édifiante et baroque qui emporte tout sur son passage.

Il faut lire La fabrique de Salauds

 

Avant-propos de l’auteur

Nombre des circonstances, événements historiques et catastrophes du XXe siècle qui interviennent dans le présent livre peuvent être présupposés connus. Mais pas tous. Certains d’entre eux risquent de susciter étonnement et perplexité, et ils semblent tellement propres aux moyens du roman qu’on les prendra peut-être pour de pures inventions.
Bien que ces dernières soient aussi présentes, seule une petite partie des événements et intrigues politiques décrits ici est entièrement imaginaire. Et seules quelques-unes des personnes mises en scène (et pas les plus improbables) n’ont jamais existé.
Les protagonistes ainsi que leurs agissements n’ont toutefois de validité que dans le monde fictif du roman suivant.
En dehors de ce dernier, les choses ont pu se passer ainsi ou autrement.

32 réflexions sur “La Fabrique des salauds de Chris Kraus

  1. j’ai adoré ce roman c’est mon coup de cœur N°1 pour 2019…
    je l’ai lu en E-book et j’avais tellement de marque pages, surlignages, et surtout tellement envie de m’y replonger que je l’ai acheté 🙂
    je viens de terminer « Marléne » de Hanni Münzer sur Pologne Reich et atrocités diverses qui m’a bien plu aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s