L’amiral flottant sur la rivière Whyn du Detection club

Hier soir nous vous proposions de participer à la saison 2 de notre exquis cadavre exquis. Et je vous parlais du premier roman policier écrit avec ce principe .Aussi voici mon petit retour sur l’amiral flottant.

 

Le livre : L’amiral flottant sur la rivière Whyn du Detection club. Traduit de l’anglais par François Andrieux. Paru le 15 juillet 2003 chez Paléo dans la collection De l’autre coté…Illustrations Zaïtchick. 28€. (269 p.) ; illustrations en noir et blanc ; 20 x 14 cm

4e de couv :Agatha Christie, Dorothy Sayers, Chesterton et leurs complices du Detection club associent leur talent pour résoudre une même affaire. Chacun des auteurs, et dans l’ordre désigné par le sort, devant écrire un chapitre.

De rebondissements en fausses pistes, ce jeu littéraire est devenu un classique du roman policier.

Les auteurs : The Floating Admiral écrit en collectif par les membres du Detection Club, paru à Londres en 1931 et publié en français sous le titre L’Amiral flottant en 1936 avec réédition sous le titre L’Amiral flottant sur la rivière Whyn en 2003.

L’amiral à la dérive (L’amiral flottant) Il est roman jaune écrit collectivement en 1931 quatorze membres Club de détection, y compris Agatha Christie et Gilbert Keith Chesterton.

 

extrait :
– Pourquoi vous me posez toutes ces questions, et pourquoi vous êtes tous ici ?
– Je vais vous répondre, monsieur. Ce chapeau a été trouvé ce matin dans votre bateau. Le canot dérivait avec la marée montante. Et il avait à son bord le corps de votre voisin, l’amiral Penistone, mort assassiné.

Le post-it Ge

L’amiral flottant sur la rivière Whyn du Detection club

 

Dans un bateau abandonné sur la rivière est Whyn a trouvé le corps de l’amiral Penistone. L’amiral avait dîné la veille, avec son neveu, à la maison du vicaire. Il a ensuite été retourné sur son bateau amarré face à sa maison juste de l’autre côté de la petite rivière. Cependant, le bateau dans lequel il se trouve est pas la sien, mais celui du vicaire, et à côté du corps de celui-ci on retrouve un chapeau.  De plus l’amiral est vêtu d’un manteau qu’il ne portait pas la veille. Il a été tué avec un couteau ou un poignard, mais dans le fond du bateau il n’y a pas de sang.  Enfin, le câble d’amarrage du bateau a été coupé avec un objet pointu. Pourquoi laisser le corps en vue sur un bateau à la dérive ? Pourquoi ne pas l’avoir cacher. Ou bien est ce une volonté du meurtrier que de le laisser dans un endroit précis où il pourrait-être trouver facilement ? Commence ici une histoire de détective complexe, où chaque détail, apparemment inexplicable, est relié à un réseau de crimes et mystères incroyablement complexes eux aussi.

Roman à plusieurs mains écrit dans les années 30 par des auteurs britanniques spécialistes du roman policier (A. Christie, D.L. Sayers, G.K. Chesterton, C.V.L. Whitecurch, etc.). L’enquête sur la mort de l’amiral Pennistone est conçue comme un cadavre exquis, chaque auteur, chargé d’un chapitre, doit s’adapter à l’intrigue de son prédécesseur et proposer des dénouements possibles.

On voit ici que nous avons à faire à des spécialiste de l’intrigue. Chacun s’évertuant à relier les tenants et les aboutissants de cette histoire collective et tachant de complexifier les données du problème. C’est absolument marrant de voir cette histoire se construire sous nos yeux. Un bouquin à découvrir pour tous les amoureux des littératures policières et férus de roman à énigmes.

 

 

Le petit + de de Collectif Polar

 

les membres du Detection Club ont voulu corser l’affaire et il se sont imposé des règles très strictes appelées le « Décalogue de Knox »

 

1. Le criminel doit être quelqu’un mentionné plus tôt dans l’histoire, mais pas quelqu’un dont le lecteur a pu suivre les pensées.
2. Le détective ne doit pas utiliser de techniques surnaturelles pour résoudre une affaire.
3. L’usage de plus d’un passage secret ne saurait être toléré. Même dans le cas d’un seul passage secret, il faudrait que l’action se passe dans une maison où la présence de ce type de dispositif était prévisible.
4. Des poisons inconnus ne peuvent être utilisés, ni aucune machine, de telle sorte que le lecteur ne soit pas embarrassé par une longue explication scientifique en conclusion.
5. Aucun chinois ne doit figurer dans l’histoire.
6. Aucun accident ne doit aider le détective. De même, on ne doit avoir recours à aucune intuition divine inexplicable. Toutes ses intuitions doivent avoir une origine et se confirmer par la suite.
7. Le détective ne doit pas commettre lui-même le crime.
8. Le détective ne doit pas utiliser des indices qui n’ont pas été présentés au lecteur pour résoudre l’affaire.
9. Les observateurs ont le droit de tirer et présenter leurs propres conclusions.
10. Il ne doit pas être fait usage de jumeaux et d’habiles déguisements.

« Le point de départ du travail, explique Dorothy Sayers dans l’introduction, ce projet est né de vouloir tester les auteurs de romans policiers non seulement comme les inventeurs des enquêtes complexes, mais comme solveurs de crimes mystérieux. Chaque chapitre du livre a été écrit par un auteur différent; les trois premiers en  posés les base pour porter l’histoire de l’avant, tous les futurs contributeurs devaient trouver une solution au mystère (pas révélé aux autres et livré dans une enveloppe scellée, ouverte seulement à la fin) et obtenir l’histoire dans cette direction, en plaçant des indices avec cela à l’esprit; chaque écrivain doit donc tenir compte de tout ce que les prédécesseurs avaient écrit et mettre au point une solution appropriée, dans un jeu qui devenait de plus en plus compliqué que la quantité de détails augmenté. A Berkeley la  touche final et de fédérer le travail  commun dans une conception cohérente en reliant tous les fils épars, tandis que Chesterton, une fois le travail est terminé, il écrit le prologue. »

Les solutions trouvées par divers auteurs sont proposés au lecteur en annexe.

 

index 

Introduction. L’amiral à la dérive de Dorothy L. Sayers
Prologue. trois visions de G. K. Chesterton
1. Un cadavre à bord canonique Victor Whitechurch
2. L’annonce des nouvelles de G. D. H. et M. Cole
3. Réflexions sur les marées de Henry Wade
4. divagations de Agatha Christie
5. Un premier projet de la théorie de John Rhode
6. L’inspecteur Rudge deuxième pensées de Milward Kennedy
7. Plus de surprises pour l’inspecteur de Dorothy L. Sayers
8. Trente-neuf raisons de douter de Ronald A. Knox
9. La visite nocturne de Freeman Wills Crofts
10. L’évier est bouché de Edgar Jepson
11. Au canonique de Clemence Dane
12. Hank En cours de routage de Anthony Berkeley
Annexe I. solutions
Annexe II. Remarques sur la façon de amarrer les bateaux par lettre John Rhode

10 réflexions sur “L’amiral flottant sur la rivière Whyn du Detection club

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s