Le chant de nos filles de Deb Spera

le livre : Le chant de nos filles de Deb Spera. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Virginie Buhl et Typhaine Ducellier. Paru le 21 janvier 2020 chez Charleston, 22€50. 395 p.) ; 23 x 15 cm

4e de Couv :

Le chant de nos filles

1924, Caroline du Sud.

Alors que la région se remet encore de l’infestation de charançons qui a dévasté les plantations et l’économie, Gertrude, une mère de quatre enfants, doit prendre une décision terrible. Elle est prête à tout pour sauver ses filles de la famine et échapper à son mari violent.

Retta navigue dans un monde difficile en tant qu’esclave affranchie de première génération, toujours employée par les Coles qui ont autrefois été propriétaires de sa famille.

Annie, la matriarche de la famille Coles, doit faire face à la sinistre vérité qui a déchiré sa famille.

Ces trois femmes n’ont apparemment rien en commun ; elles sont pourtant liées par les cruelles injustices qui sévissent depuis longtemps dans leur petite ville et auxquelles elles décident de faire face.

« Authentique, captivant, un véritable page-turner porté par une langue d’une telle beauté qu’il mérite d’être savouré. »
Lisa Wingate, auteure du Best-seller Les enfants du fleuve

L’auteur : Deb Spera a été finaliste pour le prix littéraire Kirkwood à deux reprises. Elle a notamment publié des articles dans Sixfold, The Wascana Review, Pennsylvania English et L.A. Yoga Journal. Elle possède également sa propre société de télévision, One-Two Punch Productions. Elle a notamment produit les séries Criminal Minds, Army Wives et Reaper. Le Chant de nos filles est son premier roman.

Extrait : 
Tuer un homme, c’est plus facile que tuer un alligator, mais c’est le même genre de traque. Faut guetter le moment de faiblesse, et lui tirer derrière la tête. L’alligator que j’ai dans le viseur, il m’a à l’œil, lui aussi. Il a flairé l’odeur du sang – la fin de mes règles –, il est à moitié sorti de l’eau et il reste campé sur le bout de terre qui nous sert à traverser le marais pour rejoindre la grand-route. Je suis adossée à un vieux cyprès. On fait la paire, lui et moi. Tout mon corps me fait souffrir. Ces heures à attendre, ça m’a tout engourdie, mais ça fait rien. C’est pas grave, tout ça. La seule chose qui compte, c’est cette bande de terre qui fait comme une corde entre nous. C’te vieille bestiole tourne le dos au nid que ma p’tite Alma a repéré un peu plus tôt dans la journée. Elle fait bien trois mètres de long, la mère alligator, de quoi nous nourrir jusqu’à la fin de l’automne. J’ai deux cartouches dans mon fusil, mais une seule chance de la tuer.

Le post-it de Ge

Le chant de nos filles

Une superbe lecture, une très belle découverte que ce premier roman.
Nous somme ici dans l’Amérique profonde, dans les états du Sud, là où la ségrégation raciale est la pire. Le nègre s’il n’est plus esclave reste un homme exploité et méprisé. Mais dans les année 20, il n’y a pas que la population noire qui est maltraitée, les femmes, elles aussi sont trop souvent prises pour des objets. Objets mis à la disposition d’un mari, d’un père, d’un homme quel qu’il soit.

Alors de quoi ça parle : Nous somme en 1924 dans une petite ville de Caroline du Sud frappée par une épidémie de charançons dévastatrice. Trois femmes qui n’ont apparemment rien en commun décident de faire face à l’injustice qui les frappe en tant qu’épouse maltraitée, esclave affranchie et héritière d’un lourd secret.
Ce livre est porté par un souffle romanesque incroyable. Rien n’est misérabiliste ici au contraire c’est d’une profondeur et d’une gravité juste. Rien de trop. Juste un regard sur ces femmes ordinaires qui par la force des choses deviennent des femmes exceptionnelles.
Un roman choral où chacune des héroïne nous dévoile sa vérité. C’est criant de vérité justement et d’intensité.
Une pure émotion.

 

#MarsAuFéminin

8 réflexions sur “Le chant de nos filles de Deb Spera

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s