Une étoile en enfer de Guy Rechenmann

Le livre : Une étoile en enfer de Guy Rechenmann – Paru le 24/03/2020 chez Caïrn – collection Du noir au sud  – Le prix broché 11 € – epub  4.99 € (292 pages) ; format  18 x 12 cm

 4ème de couverture :

Fait rarissime, une montagne s’écroule en 1248. Dès lors les crimes commis sur le versant du mont Apremont, dans la vallée de la Chartreuse, ne seront jamais élucidés. C’est sans compter sur la pugnacité d’Anselme Viloc, le flic de papier, qui, confronté à la fois au mystère du naufrage d’un chalutier d’Arcachon et à la disparition d’une jeune fille du pays partie en apprentissage à Paris chez un cuisinier en devenir, va, non sans mal, arriver à remonter le temps. Anselme Viloc, le savoyard adopté par le Bassin et ses humeurs, est devenu une référence dans le domaine des « crimes à haute probabilité de non-résolution », c’est son patron le commissaire Plaziat qui l’affirme et il va, encore une fois, nous en faire une brillante démonstration.

L’auteur : Guy Rechenmann ets né à Libreville , le 17 août 1950.
Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. Le hasard, il n’y croit pas beaucoup préférant parler de coïncidences, son thème de prédilection… Il attendra 2008 pour publier un recueil de poésies et de nouvelles La Vague aux éditions Ecri’mages suivi de cinq romans Des fourmis dans les doigts éd. L’Harmattan et Le Choix de Victor éd.Vents Salés où se mêlent suspense, poésie et onirisme…
Avec Flic de PapierFausse Note et A la Place de l’Autre ses derniers romans aux éd. Vents Salés, et Même le Scorpion pleure aux Éditions Cairn il revisite le genre policier d’une façon inattendue grâce au même personnage Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné..
Guy Rechenmann écrit ses romans au Cap-Ferret.
Son site ICI

 

Extraits :
« C’est un dominicain du nom d’Etienne de Bourbon qui a recueilli ses confidences au début de l’année 1255 dans son volumineux ouvrage Exempla. Le dominicain invoque dans son texte la vengeance divine. »
« Attention Anselme, je ne suis pas en train de te dire qu’il y a de sots métiers, bien loin de moi cette idée, mais que si tu veux être peinard, c’est une solution ! tu auras les champignons à l’automne, le feu de cheminée l’hiver, le mimosa au printemps, les Parisiens en été et les people avec qui tu pourras te faire prendre en photo, le rêve sur terre en quelque sorte… alors là tu réduiras considérablement les risques d’une vie d’agent secret, tu ne crois pas non ? Bon d’accord tu ne seras pas à l’abri d’un pneu dégonflé ou d’un courant d’air dans ta cahute, synonyme de rhume ou dans le pire des cas d’une petite bronchite, mais avec un bon passe-montagne tricoté par maman et une petite giclée de Climarome tu devrais t’en tirer … sans trop de dégâts… comme tu aimes à le dire … »
« C’est marrant de voir ce qu’inspire la gloire pour le commun des mortels : travail, propreté, intelligence et probité. Tout homme célèbre serait une sorte de gendre idéal. Et surtout Patxi, en plus de la cuisine, imaginez qu’il fasse aussi la vaisselle et qu’il sorte les poubelles ! »
 

 

La chronique jubilatoire de Dany

 

Une étoile en enfer de Guy Rechenmann

Certains disent « coïncidence », d’autres «hasard », Anselme lui, parle d’intuition. Et il faut être sacrément habité pour relier une catastrophe écologique du moyen-âge dans les Alpes à la disparition d’une jeune fille en région parisienne, dans le quatrième volet de ses aventures.

Ajoutez son drame personnel, sa compagne dans le coma suite à un naufrage qui a fait deux morts : accident ou meurtre ?

Guy Rechenmann va prendre un malin plaisir à perdre son lecteur au cours de ces 292 pages, alternant une classique enquête policière qui va mener son héro Anselme à Asnières, et une énigme historique aux sources de sa renaissance près de Chambéry. Moins intimiste, mon révélateur sur ses origines que Même le scorpion pleure, Anselme, notre flic de papier, trouvera appui auprès de Lily, sa jeune muse surdouée qui a néanmoins bien grandi et confirme sa relation fusionnelle avec Sylvia.

Comme à son habitude, l’auteur, nourri d’une documentation abondante et d’un repérage in situ efficace, arrive à nous intéresser à des sujets très variés : au peuplement Groenland et du continent américain avant Christophe Colomb, à la naissance du Pays Basque, à la gastronomie (elle vient de là l’étoile) et aux perversités de ceux qui veulent approcher d’avantage que de raison, l’ultime frontière de leur passion.

Ce livre est aussi bourré de clins d’œil à destination des amoureux du Bassin, un petit goût de vacances avant l’heure avec un peu de poésie en prime.

Bref un agréable moment de lecture que je recommande.

Si le sujet de la perversion par l’assiette vous intéresse, vous pourrez compléter votre quête avec Kuru de Katia Campagne et le Sharko de Fanck Thilliez. Mesdames et Messieurs … bon appétit !

Je remercie les éditions Caïrn et l’auteur pour leur confiance. 

7 réflexions sur “Une étoile en enfer de Guy Rechenmann

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s