Regarde de Hervé Commère

Hello mes polardeux,

Aujourd’hui c’est double chronique.

Un match entre une Mamie Flingueuse et notre grande lectrice.

Dany versus Kris.

Toutes les deux vont vous dire ce qu’elles ont pensé du dernier livre d’Hervé Commère.

Et ce matin c’est Mamie Danièle qui nous donne sa version

Allez je vous laisse découvrir tout cela


Le livre : Regarde de Hervé Commère. Paru le 12 mars 2020 chez Fleuve Editions. 18.90 € –   (320 pages) ; format 14 x 21 cm

4ème de couverture :

Jadis, Mylène a aimé un homme. Ensemble, ils ont fait les 400 coups. Jusqu’au braquage raté d’une bijouterie en Espagne, au cours duquel les deux amoureux se sont fait prendre. Mylène n’a jamais revu Paco : il a été poignardé dans sa cellule un soir.
Aujourd’hui, Mylène est libre. Elle travaille dans un dépôt-vente en banlieue parisienne, et vit dans une chambre de bonne. Parfois, le temps d’un week-end, elle loue un appartement quelque part, et s’imagine une autre vie. Celle qu’elle aurait pu avoir si elle n’avait pas commis les mêmes erreurs. Elle rêve.
Ce week-end pourtant, Mylène ne rêve pas : dans la roulotte qu’elle a louée, tout la ramène à Paco. Les meubles, les objets, il y a même une photo de lui au mur. Cela semble inconcevable, mais on dirait qu’elle est chez lui.

L’auteur : Hervé Commère est un écrivain français, né en 1974 . Après des études de lettres, il devient barman, puis patron de bar.
En 2009, il publie son premier livre « J’attraperai ta mort », puis « Les Ronds dans l’eau » (2011), lauréat du Prix marseillais du Polar 2011 et du Prix du Roman de la ville de Villepreux 2011.
Après « Le Deuxième Homme » paru chez Fleuve Éditions en 2012, « Imagine le reste » (2014), son quatrième roman, obtient le prix Plume de Cristal du Festival international du Film policier de Liège 2015.
« Ce qu’il nous faut, c’est un mort » (2016) est lauréat du prix Polars pourpres et du Prix de la ville de Mauves-sur-Loire en 2017.
Hervé Commère vit de sa plume à temps plein,  à Paris.

 

Extraits :
« — Rigole pas, m’assure-t-il. Tu es une dissidente. Tu es polie avec eux, mais tu pardonnes pas. 
Et il ajoute, comme pour lui-même et sans que je comprenne vraiment ce qu’il veut dire : 
— Quand tu pardonneras, c’est que tu seras morte. 
— Qui « eux » ? 
Il pousse un soupir nerveux. Je sais bien qui il vise. Il parle des empêcheurs de tourner en rond, des mesquins, des envieux, de ceux qui se comparent et de ceux qui méprisent, de ceux qui paradent, de ceux qui jalousent, de ceux qui commentent et qui jamais n’agissent, distribuent les bons points, plus souvent les mauvais, il parle de tous ceux-là. »
 
« L’amour, c’est faire la connaissance de quelqu’un qu’on a la curieuse impression de connaître depuis toujours. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Regarde de Hervé Commère

Pour son 7ème roman solo, Hervé Commère convoque pour la première fois une narratrice. Il passe donc la parole à une femme, Mylène qui va pouvoir exprimer son regard sur la vie et la sienne est singulière. Avec quelques retours-arrières, les lecteurs vont rétablir la chronologie des ambitions, des amours, des dégringolades magistrales et de la résilience de celle qu’ils ont brièvement croisée dans le dépôt-vente de Sauf. Mais le carburant de cette intrigue est celui avec lequel Mylène a construit sa vie, comme elle l’entendait. Certes il n’est pas donné à toutes les femmes de pouvoir s’assumer tant dans ses relations familiales, que ses occupations professionnelles, ses amours, quel que soit son âge. Elle en a les moyens hérités de sa famille et nous pouvons parfois l’envier d’avoir cette chance de pouvoir choisir sans mettre en péril sa survivance.

Quand son passé la rattrape brutalement, Mylène va parcourir le pays en essayant de confondre un usurpateur à moins que celui qu’elle croit mort …

Très belle histoire, captivante où l’on avance avec Mylène et où le dénouement est totalement inattendu. J’ai encore une fois été surprise par cet auteur à l’imagination débordante, ce conteur attachant comme ses personnages et cette belle écriture. Une belle histoire d’amitié aussi, de complicité avec ceux avec qui nous ne sommes pas obligés de parler pour nous faire comprendre, pas obligés de se justifier pour qu’ils vous aident … des amis quoi !

 

Lu en version numérique. epub  13.99 €

Je remercie les éditions 12/21 – Fleuve éditions

Pour tout savoir sur Hervé Commère (ou presque) … La Papote de Dany avec Hervé ICI

 

Autres extraits
« J’aime mes rides, car elles sont les balises du chemin parcouru, elles marquent les étapes de ma vie dont personne ne retiendra rien, et peu importe. Il m’est égal qu’on se souvienne ou non de moi, de laisser une quelconque trace. J’ai vécu. »
« Valérie cherche du travail. On la menace de lui couper les vivres si elle ne manifeste pas un désir plus prégnant de réintégrer la vie active. Elle a répété ces mots en haussant les épaules dans un mélange de lassitude et d’exaspération. Elle se rend à Pôle Emploi quand on l’y convoque, elle y croise ses congénères qui attendent leur tour, aux ordres d’un compteur lumineux dont plusieurs diodes ont cessé de fonctionner. Ils ont tous les âges, toutes les couleurs, parlent toutes les langues, et tiennent contre eux de minces pochettes qui ne contiennent rien. Au départ, Valérie a regardé ce troupeau, convaincue qu’elle n’en ferait jamais partie. Son passage ici serait trop bref pour qu’elle y trouve sa place. Un jour, un jeune homme à l’air perdu s’est adressé à elle pour savoir comment fonctionnait le distributeur de tickets à l’entrée. Valérie l’a renseigné, bienveillante avec le nouveau, et a réalisé qu’elle avait franchi un cap. C’était il y a trois ans. L’assurance a fondu, la résignation s’est installée, ainsi que les espoirs les plus fous. Gagner au Loto, hériter d’un oncle milliardaire dont on ne soupçonnait pas l’existence ou croire qu’une sorte de justice divine rétablira l’équilibre un jour. 
— On se remet à croire au Père Noël, a-t-elle constaté. » 

2 réflexions sur “Regarde de Hervé Commère

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s