Le complot des philosophes de Philippe Raxhon

Le livre : Le complot des philosophes de Philippe Raxhon Paru le 18 mars 2020 chez City éditions dans la collection Thriller. 19€. (350 p.) ; 24 x 16 cm

4e de couv :

En l’an 65 à Rome, le philosophe Sénèque écrit une dernière lettre avant de se suicider. Quand près de 2000 ans plus tard, la jeune chercheuse italienne Laura Zante découvre cette lettre, elle fait appel à François Lapierre, historien à la Sorbonne pour l’authentifier.

Mais ce qui semble n’être qu’un simple travail archéologique va déclencher un engrenage sanglant qu’ils n’auraient jamais pu imaginer. Les deux historiens deviennent des cibles à abattre et tous ceux qu’ils impliquent dans leurs recherches sont froidement éliminés.

Pourquoi les services secrets et une mystérieuse organisation occulte sont-ils prêts à tout pour mettre la main sur cette découverte ? Lapierre et Zante se lancent dans un aventure qui va les conduire de Paris à Rome, entre intrigues politiques et superstitions religieuses. La clé de l’énigme est un incroyable secret, un effrayant complot dissimulé depuis des millénaires…

L’auteur : Né le 21 janvier 1965 à Ougrée, Seraing en Belgique, Philippe Raxhon est docteur en histoire de l’Université de Liège (1983-1987).
Il est chercheur qualifié honoraire au FNRS depuis 1998 et professeur ordinaire à l’Université de Liège. Il y dirige l’Unité d’histoire contemporaine.
Ses recherches portent sur les relations entre l’histoire et la transmission de la mémoire.
Entre mars 2000 et octobre 2001, il a siégé parmi les 12 experts de la commission parlementaire belge chargée d’enquêter sur la mort de Patrice Lumumba en 1961, expérience dont il a tiré un livre intitulé « Le débat Lumumba. Histoire d’une expertise » (2002).
Il est aussi le concepteur historiographique du premier parcours de l’exposition permanente des Territoires de la Mémoire à Liège et président du Conseil de la transmission de la mémoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Il a rédigé une quarantaine d’articles scientifiques, et participé à une cinquantaine de colloques nationaux et internationaux en présentant des communications qui furent publiées. Il fut chroniqueur hebdomadaire au journal « Le Matin » avec la série « Mémoire Vive ». Il collabore régulièrement avec la R.T.B.F. sur des projets audiovisuels. Il est aussi conférencier animateur de la Province de Liège. Il collabora également à la revue littéraire Les Élytres du hanneton.
« La Source S » (2018) est son premier roman.
Il a également publié « La Mémoire de la Révolution française en Belgique. Entre Liège et Wallonie » (1996), et « Histoire du Congrès wallon d’octobre 1945, Un Avenir politique pour la Wallonie ? » (1995).
Extrait :
« Rome, 12 avril 65
Après la douleur vive, la lenteur de l’écoulement du temps, confus comme l’est celui des rêves, puis viendraient la torpeur sourde, l’estompement des sensations et des phénomènes, le vacillement du souffle, les craquements dans les oreilles comme échos aux râles, l’abandon de soi, l’envol de l’âme.
C’est ainsi que le vieux Romain se remémorait ce qu’il n’avait pas encore vécu, mais que sa puissante imagination avait tissé dans les arcanes de ses angoisses, quand il méditait, si souvent, cet acte volontaire d’interrompre sa propre existence.
Et tandis que les esclaves s’affairaient, ce jour était venu, celui qui signait l’accomplissement d’une longue vie de philosophe, fatigué des choses humaines, et dont la nudité vieillissante semblait traduire l’histoire de Rome et le déclin de l’Empire à venir.« 

Le post-it de Ge

Le complot des philosophes de Philippe Raxhon

Le jour où Laura Zante, jeune chercheuse italienne, découvre une lettre inédite de Sénèque dont la fin a été arrachée, elle fait appel à François Lapierre, historien et professeur à la Sorbonne. De Paris à la Sicile, de Dublin à Rome et de Waterloo à Sainte-Hélène, ils tentent ensemble de résoudre ce mystère, face à des forces hostiles prêtes à tout pour récupérer la missive.
Voici un excellent thriller esotérico-historique.
Les amateurs de Dan Brown vont être comblés, mais ce fabuleux polar va aussi plaire au amoureux d’Umberto Eco, car nous somme ici plus proche du « Nom de la rose » ou de Pendule de Foucaux » que dans le Da Vinci Code. En effet ce roman est parfaitement documenté. Nous somme là dans le monde des universitaires. Un monde de savoir mais aussi de pouvoir. Les deux de tout temps ont toujours été liés.
De plus l’auteur en profite pour égratigner au passage ce monde universitaire qu’il semble bien connaître.
Mais c’est avant tout un parfait roman d’aventure avec tous les ingrédients qui vont avec pour un très chouette moment de lecture.
Je ne sais pas vous, mais moi j’adore me divertir et apprendre en même temps. Et « Le complot des philosophes » est vraiment parfait pour à la fois répondre à ma soif d’apprendre et celle de me détendre mais avec un minimum de bon suspense.

 

Autres extraits :
« Début mars 1810, quelque part entre l’Italie et la France
(…)  Son cheval résigné, abruti, avançait au pas, ne cherchant plus à détecter les embuscades répétées des cailloux, indifférent à la rocaille qui lui raclait les sabots, donnant à son allure chaotique celle d’une monture en voie de désarticulation.
Ruminant par petites bouffées de vapeur, la cape trempée, Bertrand détestait sa mission en silence, il ne la comprenait pas. Un tel déplacement de chariots, de troupes, pour transporter des milliers de paniers de vieux papiers de Rome à Paris, lui semblait une débauche d’énergie inutile. Mais il n’était qu’une portion du vaste convoi, l’un des maillons d’une chaîne, et surtout, on ne discutait pas les ordres de l’Empereur, on ne songeait même pas à le faire. »
« Paris, de nos jours
(…) Madame Zante,
Votre courriel m’est bien parvenu.
Compte tenu de la situation d’urgence que vous évoquez, je peux vous recevoir aujourd’hui à 16 heures dans mon bureau à la Sorbonne.
Il cliqua sur « Envoi », et n’attendit pas dix secondes pour recevoir la réponse :
Merci infiniment, Professeur Lapierre, je serai là au rendez-vous.
Elle était manifestement au taquet.
François commençait à être pressé par le temps, mais il ne résista pas à l’envie d’initier de brèves recherches sur Google concernant l’historienne Laura Zante. Des actes de colloques, des couvertures de livres, des horaires de répétitions dans des institutions universitaires, des articles en libre accès, aucune photo d’elle. Curieux. Il passa sur Facebook, et là encore, rien. Il y avait d’autres Laura Zante, l’une coiffeuse à Honolulu, l’autre ornithologue en Nouvelle-Zélande, l’autre encore jeune adolescente de Québec, productrice de selfies à la chaîne, mais pas de profil d’une historienne sicilienne. Étrange. »

18 réflexions sur “Le complot des philosophes de Philippe Raxhon

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s