Mort d’un sénateur, Pascal Chabaud

Aujourd’hui c’est double Chronique.

Et une fois encore c’est un match entre Mamie Danièle et Ge notre Porte Flingue.

Toutes les deux vous propose leur avis sur un premier roman. Un polar historique qui plus est.

Alors voyons tout de suite si nos deux Flingueuses sont d’accord sur cette lecture commune.

Et ce soir c’est Ge qui nous propose son post-it


Le livre : Mort d’un sénateur de Pascal Chabaud – Paru le 17 mai 2018 chez De Boree éditions. 19.90 €. (396 p.) ; 23 x 14 cm

 

4ème de couverture :

Alors que le régime de Vichy vient de naître, l’inspecteur Joseph Dumont doit enquêter sur l’assassinat du sénateur Etienne Ferrand retrouvé le crâne défoncé dans une chambre d’hôtel. Vénérable franc-maçon, adversaire acharné de Pierre Laval, le sénateur représentait un adversaire potentiel pour le nouveau régime. Son intérêt pour la voiture révolutionnaire mise au point par Citroën ne serait-il pas l’origine d’une vaste opération d’espionnage industriel ?
Dévasté par la mort de sa femme enceinte renversée par un chauffard, l’inspecteur Dumont est confronté à une épuration violente menée par la Cagoule, bras armé du nouveau pouvoir. Il échappe à une ratonnade à Paris et son supérieur est assassiné en pleine rue. Dans cette période troublée où s’affrontent l’ombre et la lumière, Joseph Dumont devra choisir son camp.

L’auteur : Né en 1959. Certifié d’histoire-géographie. Pascal Chabaud enseigne à Issoire. Après avoir été formateur, et participé à la réalisation d’un documentaire sur « le magazine du mineur », il s’est tourné vers l’écriture du polar historique qui demande autant de recherches qu’une thèse, mais laisse la porte ouverte à l’imagination comme il le dit lui même..

 

 

 

 

 

Citations :
« Bientôt, vous ne serez plus là pour arrêter les méchants mais pour leur prêter main-forte, ou arrêter les ennemis de l’Etat comme les Juifs, les syndicalistes et les francs-maçons. » « 
« – Pardonnez-moi, cher monsieur, mais vous ne pouvez qualifier d’envahisseurs ceux qui vont libérer le pays du complot judéo-maçonnique. Un redressement moral est nécessaire, et indispensable, si nous ne voulons pas tomber dans les griffes des socialo-communistes ! « 

 

Le post-it de Ge

Mort d’un sénateur, Pascal Chabaud

Aujourd’hui je vous présente un premier roman, oui je sais c’est que j’aime découvrir de nouvelles plumes. Et là je n’ai pas été déçue.
En juillet 1940, l’inspecteur Joseph Dumont vient de perdre sa femme et enquête sur l’assassinat du sénateur Etienne Ferrand, par ailleurs grand maître franc-maçon et opposé au régime de Vichy. Au cours de cette enquête mouvementée, le commissaire Champeix, son supérieur, est assassiné et son ami et collègue Nestor Bondu manque aussi d’être tué. Jo est bien mal mené et dans cette France en guerre, où toutes les haines s’expriment il va devoir trouver sa place et choisir son camp.
Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas remis les pieds dans la France des années 40, depuis ma lecture de la trilogie Sadorski de Romain Slocombre. Une nouvelle fois je me retrouve en compagnie d’un policier dans les années de guerre et d’occupation allemande de la France.
Mais si j’adoré les romans de Slocombe avec son salaud magnifique, j’avoue avoir un petit faible pour Jo, le policier clermontois de Pascal Chabaud.
Avec lui on va tenter de résoudre le meurtre d’un opposant au régime qui se met en place, celui de Vichy. Alors que Laval fait tous pour avoir les coudées franches.
Nous allons naviguer entre l’auvergne et Paris. Et parcourir ainsi cette France du début du second conflit mondiale. La France de l’exode, celle des épurations de toutes sortes où rompe un antisémitisme répugnant qui pourtant deviendra une religion nationale.
Aussi c’est cette France perdue mais aussi ses dissidents que nous présente l’auteur. Une France où les forces du bien et du mal s’affrontent. Mais c’est sans manichéisme que notre auteur nous propose cette lecture historique parfaitement documentée tout en gardant un rythme soutenu avec ses nombreux rebondissements. Un mix parfait en Histoire avec un grand H et histoire que l’on a plaisir à suivre. En bref …Avec Mort d’un sénateur Pascal Chabaud nous livre un premier roman très abouti. Une belle réussite, j’en redemande.

Extrait : 
Joseph n’avait pas envisagé de découvrir Paris avec pareille escorte. Avant même qu’il ait accepté, l’Allemand lui entourait l’épaule comme s’ils avaient gagné la bataille d’Angleterre ensemble. En quelques heures, Joseph découvrait deux facettes de l’occupant. L’homme qui devisait aimablement à son côté n’avait rien d’une brute. Joseph craignait cependant que la réelle nature des envahisseurs ne se rapproche de ce qu’il avait vu la veille.
Le soldat s’appelait Manfred. Il parlait de la beauté de Paris. Hauptmann dans la Luftwaffe, il profitait d’une permission bien méritée. Il était marié, avait deux enfants. Professeur de littérature française dans le civil, Manfred se passionnait pour les classiques. Quand la guerre serait finie, il serait heureux d’accueillir Jo chez lui, en Bavière.

 

2 réflexions sur “Mort d’un sénateur, Pascal Chabaud

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s