Le hameau des purs, Sonja Delzongle

Le hameau des purs  de Sonja Delzongle. Paru le 17 octobre 2019 chez Folio. 8€. (365 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Le hameau des Purs

Audrey Grimaud, journaliste, est envoyée sur les lieux d’un incendie criminel ayant fait sept victimes. Dans ce hameau ravagé par les flammes réside une communauté de Purs qui a choisi de vivre à l’écart du monde moderne. Audrey connaît bien l’endroit : ses grands-parents faisaient partie de cette congrégation mystérieuse. Peu à peu, des épisodes troubles de son enfance remontent à la surface. Des disparitions suspectes, d’étranges accidents qui ont émaillé ses séjours là-bas. Et une figure sinistre lui revient en mémoire : l’Empailleur, un meurtrier d’une cruauté inouïe dont l’identité n’a jamais été découverte. Au risque d’y laisser sa vie et sa raison, Audrey décide d’explorer les secrets enfouis dans les ruines fumantes du hameau…

 

L’auteur : Née en 1967, Sonja Delzongle a exercé le métier de journaliste pendant six ans, tout en commençant à écrire, riche de sa culture franco-slave et de sa passion pour le noir. C’est avec Dust (Folio Policier n° 796) qu’elle fait une entrée remarquée dans le monde du thriller. Son quatrième roman, Boréal (Folio Policier n° 881, prix Polar Saint-Maur en poche 2019 et prix des lecteurs du Festival de Villeneuve-lez-Avignon), a confirmé tout son talent. Sonja Delzongle vit aujourd’hui à Lyon et se consacre à l’écriture.

 

Extrait :
Contrainte d’être matinale ce jour-là, Audrey venait d’arriver sur les lieux de l’incendie avec sa Clio rouge dans laquelle elle avait fourré à la hâte un sac de voyage, son appareil photo et son ordinateur portable enfermé dans sa housse. Il était près de six heures. Elle avait réservé un modeste hôtel au village, à cinq kilomètres du hameau. Elle n’avait pas eu de mal à retrouver la route et, de mauvaise humeur, avait bien vite coupé le sifflet à la pétasse du GPS.
Elle avait tenté de faire comprendre à Josserand que l’idée de revenir traîner ici, même si c’était pour le travail, ne l’enchantait guère. Lui déplaisait fortement, même. Mais les arguments du rédacteur en chef du journal pour lequel elle travaillait depuis deux ans, qui savait toucher le point sensible d’Audrey, c’est-à-dire son ambition, avaient eu raison de cette appréhension.
À contrecœur, elle sortit le Nikon de son étui et commença à prendre des photos de la scène. Plans larges, plans serrés des maisons calcinées. Évita les types de la police technique et scientifique vêtus de combinaisons bleues, en train de faire leurs prélèvements au coton-tige. Partout ailleurs, les gendarmes occupaient le terrain.
Audrey dut enjamber des poutres et divers débris de mobilier. Une fumée âcre se dégageait encore des restes carbonisés et piquait les yeux.

 

La Kronik d’Eppy Fanny

LE HAMEAU DES PURS, DE SONJA DELZONGLE – THRILLER FOLIO POLICIER

Audrey Grimaud, journaliste, est envoyée pour couvrir un incendie criminel.

Un hameau abritant une communauté de Purs a flambé faisant 7 victimes.

Audrey connaissait bien cette communauté, cette secte. Ses grands-parents en faisaient partie, et enfant elle passait ses vacances chez eux. Ce retour sur les lieux ravive ses souvenirs et la replongent dans son passé.

Ses grands-parents protecteurs, mais respectueux des règles de la communauté. Sa présence qui dérange, une figure forte et autoritaire. Elle se souvient encore des mots énoncés lors de cette réunion secrète à laquelle ses aînés n’ont pas été conviés. De cet ancien, bienveillant, qui a pris sa défense. C’est qu’elle n’est pas comme eux. Ses parents ne font pas partie de la communauté. Elle doit rester à sa place. Il lui est interdit de fréquenter les autres enfants lors de ses séjours. Une fois ils lui ont permis de passer du temps avec Isobel, une fillette sourde et muette. Hélas il n’y eut jamais d’autres invitations. Elle en garde le souvenir d’une tristesse et d’une grande injustice. Puis elle devait s’habiller comme eux. Grosses chaussures et robe longue hors du temps.

Alors l’amitié elle va la trouver auprès de ce garçon bizarre et parfois effrayant qui vit avec sa grand-mère, la Crochue, en marge de la communauté. Il s’appelle Léman, comme le lac. Il est le seul survivant d’un accident de voiture dans lequel sa petite sœur et ses parents ont perdu la vie. Une amitié mal vue par la communauté. C’est que des rumeurs malsaines bruissent autour du gars et de sa grand-mère.  Léman qui pêche et chasse. Et qui semble prendre plaisir à tuer les animaux. Son regard parfois aussi sombre que les eaux profondes du lac dont il porte le nom.

Extrait P. 145 : « Le gars. Son goût du sang, de la mort. Il portait ça en lui, se délectait de la chair encore chaude de sa proie. Attendre, flairer, traquer, tuer. La Crochue avait raison. Jamais il ne cesserait. J’en eu d’abord la sensation confuse, puis, plus tard, la conviction. Il y aurait encore d’autres proies. Tout ce qui serait à sa portée, ce qu’il pourrait suivre, chasser, puis achever. Tout, sans exception. »

L’enquête est confiée à Franck Tiberge. Le commissaire est originaire de la région. Ses parents avaient une ferme à proximité du hameau qui a brûlé. C’est là qu’il a grandi. Franck et Audrey se sont rapprochés. Un seul hôtel, la même enquête. Du sexe entre adultes. Rien de plus.

Puis il y a ce tueur en série, « l’Empailleur », qui vide les corps de ses victimes pour les garnir de terre, de pierres, de mousse… et recoud la peau sanguinolente avec du fil de pêche. Un assassin jamais identifié. Jamais arrêté. Mais Audrey a constaté que les crimes ont lieu chaque année à la même date. Celle de l’accident où la famille de Léman a été tuée.

Et si…

La mémoire d’Audrey va raviver des secrets, de famille, de la communauté. Quid de ces enfants juifs cachés pendant la guerre dans le hameau dont elle a vu les visages sur cette vieille photo ? Lui rappeler ses visions qui tout à coup la saisissaient et la laissaient vide et terrifiée.

Ses recherches sur les meurtres de « l’Empailleur » vont lui faire découvrir que la famille du commissaire Tiberge est concernée au plus près. Et voilà que Franck est lui aussi victime du meurtrier. Il a été assassiné là, dans la chambre en face de la sienne.

Audrey va poursuivre ses recherches, remonter des pistes. Et la vérité se fera enfin jour. Aussi sombre et froide que les eaux d’un lac.

Sonja nous offre un roman passionnant, avec déjà une légère pointe de paranormal. Elle nous entraîne, implacable, pour notre plus grand plaisir de lecteur. Nous conduit de fausses pistes en fausses pistes pour une fin très forte où tous les secrets seront enfin révélés.

Vous l’aurez compris j’ai adoré ce roman et je ne peux que vous encourager à le découvrir.

9 réflexions sur “Le hameau des purs, Sonja Delzongle

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s