Au-delà de l’horizon : et autres nouvelles de Franck Thilliez

Salut mes polardeux,

Aujourd’hui on vous gâte sur Collectif Polar.

En effet vous aurez droit à 3 articles.

Un ce soir qui vous présentera notre auteur à l’honneur du mois.

Et ce matin ça débute par une double chronique.

D’abord le post-it de Ge et ce midi Marc qui vous donne des nouvelles.

Allez c’est parti pour la double Chronique


Le livre : Au-delà de l’horizon : et autres nouvelles de Franck Thilliez Paru le 2 janvier 2020 en Pocket dans la collection Pocket Thriller. 7€95.(412 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv

Au-delà de l’horizon et autres nouvelles

Voilà quelques mois que Marc, un exobiologiste français, a intégré la mission Acheron II aux côtés de cinq autres scientifiques internationaux. Leur but ? Étudier la possibilité d’une vie en autosuffisance sur Mars. Ils ne peuvent compter que sur leur ingéniosité, leur bon sens et leur intelligence pour mener à bien leur mission. Mais très vite, ils se sentent observés et perdent peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue dans l’univers de Franck Thilliez au pays des énigmes, du double, de l’anticipation, de la science et de la machination…

L’auteur : Franck Thilliez, né en 1973 à Annecy, ingénieur informaticien, est passionné de nouvelles technologies ; il n’hésite pas à utiliser ses connaissances pour construire ses romans policiers et ça marche ! Son roman « La chambre des morts » (2005) a été récompensé par le Prix des lecteurs Quai du Polar en 2006 et par le Prix SNCF du polar français en 2007, et adapté au cinéma la même année. Ce succès lui a permis de se consacrer entièrement à l’écriture. Les lecteurs ont ainsi pu dévorer : « Deuils de miel » (2006), « Forêt des ombres » (2006), « La mémoire fantôme » (2007), « L’anneau de Moebius« (2008), « Fractures » (2009),  » Le syndrome E » (2010) suivi de « Gataca » et de « Vertige » (2011). Ancien ingénieur en nouvelles technologiques, c’est la fascination de Franck Thilliez pour la police scientifique et le dysfonctionnement humain qui lui donne envie d’écrire des polars au suspense intense. En s’inspirant de films d’horreurs et thrillers, il nous livre des textes aux personnages déconcertants, aux ambiances effrayantes et oppressantes et surtout avec une touche de paranormale finement amenée. Avec Vertige, il nous entraîne dans un huit clos démoniaque où 3 hommes et un chien vont tout faire pour survivre en se demandant qui les a enfermé dans ce lieu étrange et pour quelle raison. Atomka, quant à lui, nous entraîne dans un engrenage implacable à l’intrigue saisissante et au dénouement terrifiant. Commencer un roman de Franck Thilliez, c’est nuits blanches assurés.
Extrait
« Nous l’écoutons stoïquement poursuivre son discours. Quarante minutes plus tard, au beau milieu de son monologue, nous arrive sa réponse à la question de Patisson. Les différents appareils de mesure offrent un accès en temps réel au niveau d’eau, d’énergie produite et consommée, à la température. Vous êtes les seuls maîtres de votre production et de votre consommation…
Il revient sur le sujet précédent. Les relations intimes ne sont pas interdites. Nous devons, une fois par jour, remplir et envoyer, depuis l’Isoloir, des questionnaires sur notre santé, notre moral, sur les relations avec nos partenaires. Conflit ? Amitié ? Tension ? Tout doit être dit et analysé. Lewis nous rassure en affirmant qu’aucune caméra ne filme, sauf quand l’émetteur-récepteur est actif. En outre, nous allons porter en permanence des capteurs qui renseigneront la NASA sur nos données biologiques – pulsations cardiaques, tension, sommeil – et notre position. En aucun cas ces capteurs ne doivent être enlevés, sauf pendant la toilette. Je savais tout cela, mais désormais, c’est concret. Il n’y a plus la moindre intimité.
Nous sommes des objets d’étude, nous appartenons à l’entreprise aérospatiale, corps et âme.
Michael Lewis déclare la mission officiellement commencée. Nous sommes le 10 juillet 2016, il est 16 heures. À peine a-t-il coupé la communication que je me dirige vers l’Isoloir. Je m’enferme dans la petite pièce, me connecte à mon compte privé et écris l’unique message journalier auquel j’ai droit.
Je sors de là une heure plus tard, après avoir reçu un message d’Hélène en retour, les larmes aux yeux. Ils sont tous à leur poste ou en train de faire l’inventaire du matériel.
Je suis père !
Les visages se tournent vers moi, les gestes s’interrompent.
Il s’appelle Nathan, il pèse trois kilos quatre pour cinquante-cinq centimètres. Il est né il y a quelques heures à peine. » 
(Au-delà de l’horizon – p. 26-27)

Le post-it de Ge

Au-delà de l’horizon : et autres nouvelles de Franck Thilliez

Réunit

Au-delà de l’horizon
Hostiles
Charybde et Scylla
Gabrielle
Sopor
Double je
Ouroboros
Lasthénie
La croisée des chemins
Un dernier tour
Origines
Le grand voyage

.Douze nouvelles rassemblées ici en un recueil. Douze nouvelles parues précédemment en numérique,dans des magazines… ou encore dans dans 13 à table !

Trois femmes, trois hommes. Moyenne d’âge, trente et un ans.

Johanna Watson, australienne, médecin, neuroscientifique.

Clarice Smith, américaine, physicienne.

Elizabeth Patisson, écossaise, biologiste.

Karl Oppenheimer, allemand, ingénieur en robotique.

Peter Johnson, américain, architecte.

Et  Marc Joisneau, 28 ans, le benjamin, exobiologiste.

Six scientifiques dans des domaines variés qui vont déployer tous leurs efforts et compétences pour démontrer que la vie en autosuffisance sur la planète rouge est possible.

Voilà le thème de la première et longue nouvelle qui donne le titre à ce recueil qui en compte 12.

12 nouvelles, douze histoires totalement différentes qui nous entraîne dans des lieux et des univers différents et pourtant toutes ont bien des points communs. Ces récits traitent d’énigmes, d’anticipation, de science et de machinations, de maladie,  d’écologie aussi et même si je vais plus loin de confinement. Des nouvelles sous formes de huis clos où tout le talent de Franck Tilliez explose.

J’avoue que le court lui va vraiment comme un gant. Tout son art s’exprime dans ce format condensé . C’est vraiment un pur plaisir pour moi qui n’avais pas lu cet auteur depuis un petit moment de le retrouver avec ses douze histoires qui ont su chacune à leur façon me tenir en haleine, certaine me surprenant plus que d’autres. Certaine plus sanglantes aussi. D’autres plus en retenu.

Et qu’elles soient longues ou qu’elles ne fassent que quelques pages, chacune d’elles nous donnent à réfléchir sur notre condition d’humain, sur nos relations aux autres et sur l’avenir de notre planète, comme le démontre ce court extrait :

« Tu l’as compris, rien ne se perd, ici. Nous prenons vraiment conscience de la valeur des ressources de notre planète. Si seulement chacun d’entre nous pouvait avoir cette conscience, tout irait tellement mieux et nous n’en serions pas là, à rester enfermés dans un dôme pour trouver des solutions à la folie des hommes. »

 

12 réflexions sur “Au-delà de l’horizon : et autres nouvelles de Franck Thilliez

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s