Papote d’auteur : Interview à bout partant Dominique Faget

Papote d’auteur : Dominique Faget

Interview à bout partant par 3 flingueuses

Dany, Miss Aline et Ge ont passé à la question notre auteure bordelaise

Dany : Bonjour Dominique, Bonjour Cheffe Geneviève, bonjour ma binômette Aline … on attend d’être au complet pour démarrer …

Dominique Faget : Oh mon ordinateur ressemble à un sapin de Noel avec toutes ces fenêtres qui s’allument. Bonjour

Miss Aline : Bonjour Dominique.,Bonjour Binômette et Bonjour Cheffe Geneviève

Ge : Salut la compagnie.

Dany : Bonjour Dominique, merci d’avoir accepté de venir nous parler de ton roman ...

Dominique : Merci à vous toutes de m’avoir invitée

Dany : Avant d’enter dans le vif du sujet, pourrais-tu te présenter brièvement ?

Dominique : Je vis entre Bordeaux et l’océan. J’ai beaucoup voyagé au début de mon existence. ce qui m’a permis de m’ouvrir à d’autres cultures. J’aime découvrir et rencontrer les autres

Dany : Tu peux dire quelques mots sur ton parcours professionnel ?

Dominique : Une école de commerce (elle a changé de nom je crois que c’est KEDGE maintenant) puis de grandes multinationales qui m’ont envoyée au Méxique, au Pérou, au Brésil, en Afrique avant de m’arrêter pour un retour au calme en France.

Dany : Une passion pour l’histoire me semble-t-il ?

Dominique : Tout à fait. j’avais un grand-père qui m’a transmis cette passion. Chaque année, quand j’allais le voir en vacances, il me parlait d’une époque ou d’un personnage célèbre dont il s’était entichés. S’il venait nous chercher en voiture pour passer les vacances chez lui, on avait droit à des anecdotes sur les lieux traversés. Il avait un savoir immense en ce domaine et le voyage paraissait plus sympathique  et rapide. Une année, c’était le terrible Louis XI ou la Grande Catherine de Russie. Charles XII de Suède ou louis XVI

Dany : Un de tes prochains sujets peut-être ? Hier est pour demain : ton nouveau roman … mais encore ?

Dominique : Il y aurait des tas de sujets mais j’avoue ne pas avoir assez de temps et d’énergie malheureusement Je suis en train de cogiter sur la Russie avant la révolution J’ai écrit un roman sur la Lybie, un autre sur le Brésil,

Dany : Pleins de voyages en perspective à travers tes pages … Alors maintenant tu nous présente Hier est pour demain ?

Dominique : Hier est pour demain est un roman particulier qui est à la fois un roman sentimental, un récit historique et un thriller mythologique Un directeur de collection m’a dit, un jour, je ne sais pas dans quelle catégorie vous mettre.

Dany : Tu as inventé la case « thriller mythologique » !

Miss Aline : comment l’idée vous en est venue ?

Dominique : Juste la nostalgie de mes années étudiantes … Je commence par un voyage organisé par des jeunes gens issus de divers horizons en Egypte. il y a Iscia une brillante étudiante en histoire de l’art, son copain Iban en école de commerce, son grand ami Olivier élève ingénieur et d’autres qui vont aller à la rencontre d’aventures qu’ils ne soupçonnaient pas

Miss Aline : avant la phase d’écriture, quel a été le travail en amont de recherche, etc ?

Dominique : A l’époque, je suivais des cours d’égyptien ancien. Ce qui m’a permis d ‘écrire une petite énigme en hiéroglyphes sur laquelle repose mon intrigue. Ensuite, de nombreuses lectures sur les premiers égyptiens et leur croyances, notamment le mythe d’Isis e d’Osiris et celui de la résurrection commun à de nombreuses religions. Mais l’histoire se passe de nos jours et à New York J’ai fait un parallèle entre le passé et le présent. Deux époques avec la même identité maléfique

Dany : Dans tes romans tu mêles l’histoire (les cultures anciennes) à notre vie actuelle … ici l’écart (chronologique) est particulièrement large !

Dominique : L’interrogation sur la mort et l’après est la même après des millénaires L’homme a toujours la même angoisse Et l’Egypte parle à nos inconscients, qui que nous soyons C’est un pays fascinant et qui a laissé de nombreux vestiges que l’on a disséminés à travers les musées du monde entier

Dany : J’ai vu une originalité … pour une fois tu ne parles pas du Bordelais …

Dominique : c’est vrai 😉 Mon histoire est aussi une belle histoire d’amour universelle et un espoir

Dany : Revenons à la façon dont tu as conçu ton roman … Qu’est-ce qui t’es apparu en premier : les personnages, l’Egypte, New-York ?

Dominique : L’amour entre deux êtres qui aurait dû être éternel mais qui a été pris dans le terrible engrenage de l’Histoire Qui rappelle l’histoire entre Isis et Osiris La deuxième partie de mon récit se situe à New York durant l’été 2001

Dany : Le mythe transposé de nos jours …

Dominique : Voilà. j’avais beaucoup aimé le film de Marcel Camus, Orfeu Negro et donc à mon tour, j’ai transposé un autre mythe au XXI eme siecle Dany : Avant d’écrire est-ce que tu fais des repérages des lieux ? Dominique : J’essaie quand je n’y vais pas, il y a google maps (lol)

Dany : Certes, je t’accorde que tu n’as peut-être pas visité les tours jumelles mais on sent que tu retransmets l’ambiance de la vallée du Nil, c’est pas Google qui le permet

Dominique : Avant d’écrire un chapitre, je ferme toujours les yeux et mon imaginaire m’entraîne vers les lieux que je vais décrire. Tous mes sens se mettent en éveil. Une sorte de transe en quelque sorte

Ge : 😮

Dany : Quand tu commences la rédaction de ton roman, tu connais déjà la fin j’imagine, mais est-ce que les personnages évoluent dans ta tête au fil de l’histoire ?

Dominique : Je vais être honnête. Si j’ai la trame générale, parfois mon récit évolue en cours de route. Par exemple pour la crypte du diable, j’ai changé 2 fois de coupable. Et en plus, cela permet de tromper le lecteur

Miss Aline : quels sont les rituels, en plus de prendre un instant pour fermer les yeux…, pour écrire : même moment de la journée, nombre de pages, musique… ?

Dominique : J’écris quand je suis parfaitement isolée. Je ne supporte pas qu’on vienne m’interrompre. J’évite la musique sauf quand elle fait partie du roman. Les idées me viennent surtout la nuit quand je suis en pleine écriture . J’ai toujours une feuille de papier et un stylo pour noter sauf que j’écris tellement mal que parfois, au petit matin, je n’arrive pas à me relire 🙂

Miss Aline : toujours un carnet dans le sac pour les notes diverses et variées

? Dominique : Pas dans le sac, il est trop petit. Je n’aime pas avoir de grosses besaces

Miss Aline : l’écriture te prend combien de temps au quotidien ?

Dominique : En ce moment, je n’ai pas écrit depuis plus de 6 mois. J’ai été meurtrie par certaines relations avec certains éditeurs qui malheureusement n’existent plus actuellement. Je ne suis pas la seule. Des ex de maisons qui déposent le bilan ont eu la même réaction. Sinon, deux à trois heures par jour en temps normal C’est difficile pour tout le monde en ce moment

Miss Aline : oui c’est et ça va être difficile pour les auteurs. Du coup plutôt auto édition ?

Dominique : Je l’ai fait autrement mais pas en auto-edition avec Amazon qui aurait assassiné les libraires. Je refuse. Je suis passée par une association franco-allemande. La distribution est effectuée par Sodis, le référencement se fait sur Dilicom et les libraires peuvent donc le commander et le commercialiser auprès de leurs lecteurs. J’ai trouvé la solution équitable même si mon pourcentage sera bien inférieur. En retour, j’espère que les libraires me soutiendront. En plus, je ne suis engagée que pour un an. Donc je suis maîtresse de mon œuvre. Je n’oublie pas que certains de mes opus sont chez des éditeurs qui ne veulent pas prendre le risque de faire une nouvelle impression et là c’est la mort programmée du livre. J’ai mon petit réseau de libraires et je continuerai à aller faire des dédicaces chez eux

Dany ❤ et Ge 👍

Dominique : Mais oui, rien n’est simple actuellement Et après la crise…

Ge : Bravo c’est courageux ça Dominique

Dany : 👍

Dominique : Tout va dépendre des soutiens des libraires

Dany : Est-ce que tu as voulu passer un message particulier dans ce roman ?

Dominique : L’amour plus fort que le mal. Et surtout que nos 20 ans étaient magnifiques ! Je pense qu’il faut lire ce livre avec l’état d’esprit que l’on avait à 20 ans. Sans aucun préjugé…

Dany ❤ et Ge 😮

Ge : Dis moi Dominique serais-tu prête à répondre à quelques questions de bibliothécaire ?

Dominique : Oh, je crains le pire !

Ge : Non ça va bien se passer Alors je me lance

Dominique : Ouf, je prends une bonne respiration

Ge : En fait Dominique, j’aimerai parler avec toi de ton rapport aux livres et à la lecture

Dominique : Ca a commencé depuis l’enfance

Ge : Quelle place avait le livre dans ta famille ?

Dominique : des grands rayonnages de livres dans la maison familiale chez mon grand-père

Ge : Le grand-père était un grand lecteur !

Dominique : Et mon père avait récupéré ses livres d’enfant et les classiques. Mon grand-père était lecteur et conteur. Il a aussi écrit sur on enfance et la vie des ses parents qui étaient tous les deux instituteurs et avaient fondé une école à Fontainebleau pour les enfants différents ce qui était une revolution à cette époque

Ge : Rhooo chouette

Dominique : J’ai récupéré les récits de mon grand-père ainsi que les lettres de mon arrière-grand-père quand il était au front en 14-18 Ca fait partie de l’histoire familiale (ceci du coté maternel)

Ge : Une bien belle histoire familiale. Elle ne t’inspire pas ?

Dominique : Si mais ce serait énorme comme boulot. En plus je suis plus dans l’imaginaire que dans le réel mais qui sait ?

Ge : Un départ de roman. Ou des personnages à intégrer à une autre histoire.

Dominique : les secrets de famille. il y en a… peut-être par pudeur, ce serait difficile.

Ge : Bon je ne t’embête plus avec ça !

Dominique : non du tout

Ge : Revenons à la jeune lectrice que tu étais

Dominique : il y a longtemps, dans une galaxie lointaine…

Ge : Oui tu m’intéresses. Quels sont donc ces livres que tu lisais petite ? Et quels ont été les livres qui un peu plus tard, adolescente peut-être, t’ont profondément marqué

Dominique : d’abord la bibliothèque rouge et or. Une héroine que j’adorais « Puck » Ge : Oh connais pas… Dominique : Les « Suzy » également

Ge : Ah là je vois

Dominique : Sinon, j’ai puisé dans les romans d’aventures sur les rayonnages Dumas, Salgari, J. Verne, Balzac, Maupassant, Hugo. Dominique : Les heroines des collections rouge et or ? Oui bien sur

Ge : Des héroïnes dans lesquelles tu te reconnaissais ?

Dominique : avant de passer aux romans défendus par la morale familiale : Sagan Il y avait même une série défendue : petites histoires d’amour de l’histoire de France

Ge : Tu rêvais d’aventure…

Dominique : Je rêvais d’aventures oui mais en même temps, mon père nous a emmenés tout au long de ses postes en Afrique, en Asie, au Moyen Orient Et ce dont je me souviens ce sont les couleurs la lumière et les senteurs de ces pays

Ge : Tu vivais l’aventure du coup….

Dominique : Oui mais ,en même temps, je me sentais très solitaire car comme on ne restait jamais plus de 2 ans au même endroit, je ne pouvais jamais me faire d’amis et j’en ai beaucoup souffert Mes parents avaient une vie sociale assez extraordinaire et j’adorais voir ma mère se préparer pour aller à un bal ou un cocktail !

Ge : 😮

Dominique : je me rends compte que ma petite enfance avait été privilégiée.

Dany : Tu coup tes 20 ans, tu les as fêtés où ?

Dominique : Là c’était moins rigolo. On était revenu en France et je les ai fêtés avec mes vieilles tantes et oncles .Bon, on passe à autre chose… lol !

Dany : 😆

Ge : Oui je comprends. La lecture pour seule amie Dis moi c’est étrange cette censure sur certains ouvrages.

Dominique : oh mais c’était une autre époque ! Avec une morale stricte

Ge : Et la majorité à 21 ans

Dominique : Ce qui m’a valu une mésaventure

Ge : Raconte !

Dominique : Je suis partie faire un stage à l’étranger alors que je n’avais pas encore 21 ans. Mon père étant contre, il ne m’avait pas donné d’autorisation paternelle et je suis restée bloquée à la frontière …

Ge : Mais alors ton stage ?

Dominique : …alors que l’on m’attendait sur le quai de la gare. Quand tout a été réglé par fax avec ma mère, je suis repartie dans la nuit et suis arrivée à 1 heure du matin sur le quai d’une gare étrangère

Ge : 😮

Dominique : Je m’en suis remise à un taxi et s’il avait été mal intentionné ? J’ai mis 3 jours à retrouver mes contacts Intenet n’existait pas

Ge : Tu tiens là le debut d’un polar….Mais revenons à mes bouquins. Dis-moi outre les classiques et les romans d’aventure quels sont les livres qui ont marqué la jeune Dominique ? .

Dominique : Hugo et Tolstoi un peu plus tard Mauriac, j’adorais aussi

Ge : Un bordelais

Dominique : oui. Dans une région familière, avec les pins et les vignes.

Ge : Oui mais aussi un homme issu de la bonne bourgeoisie catholique.

Dominique : Oui aussi. En ce temps-là, c’était fréquent, mais qui décrivit des sentiments et des actions pas toujours très catholiques

Ge : Oui et il avait des positions politiques qui allaient souvent à l’encontre de sa classe politique Anti fachiste. Anti colonialiste

Dominique : tout à fait

Ge : Et des contemporains ? Des auteurs qui publiaient quand tu avais 20 ans

Dominique : Clancier, D’Ormesson, Le Clézio, plus tôt vers 30 ans

Ge : 👍

Ge : Que cherchais-tu chez eux ?

Dominique : A m’évader

Ge : Sortir du carcan qu’était devenu la famille ?

Dominique : J’avais commencé à travailler avec des horaires à rallonge. Je travaillais dans l’enfer de la grande distribution alors c’était une petite lucarne vers l’extérieur. Après mes études, je suis partie bosser à l’étranger

Ge : L’étranger est beaucoup présent chez toi, pour toi.

Dominique : Oui, en fait, un coin bien à moi m’a longtemps manqué. Maintenant je suis établie avec une maison et un grand jardin avec un chêne sous lequel je peux lire. Dans le sud-ouest où il y a souvent du soleil

Ge : Toujours ce besoin d’évasion par la littérature ?

Dominique : Oui mais là aussi, j’ai du mal. La tête vieillit ! En ce moment, j’ai repris Rebecca (trouvé dans une boite à livres) même si je connais l’histoire par coeur

Miss Aline : quel est le rôle de l’écrivain d’aujourd’hui ?

Dominique : Il a sans doute plusieurs rôles. Moi je ne veux que celui de distraire, de permettre l’évasion de l’esprit (surtout actuellement)

Ge : Daphné du Maurier revient à la mode

Dominique : j’aime son style. Je l’avais lu à 15 ans J’aime aussi l’ambiance

Ge : Mais derrière ces grandes Histoire il y a un contexte social, non ?

Dominique : C’est à dire, une société pesante ? des conventions ?

Ge : Oui entre autre. On dit que Daphné du Maurier s’est inspiré de Jane Austin ou de Charlotte Brontë qui elles aussi décriveaient derrière leurs histoires la condition de la femme

Dominique : Une autre grande voyageuse

Ge : Polar et romances mêlés

Dominique : Ah oui j’aimais aussi les soeurs Brontë Oui, j’ai sans doute besoin de ce genre de lecture actuellement

Ge : Tu trouves l’actualité trop angoissante et la littérature est devenue ton refuge ?

Dominique : Pour le moment encore que je traine plus sur Fb que sur mon livre. En fait dernièrement, mes lectures me servaient comme ciment pour mes romans. J’ai lu la vie de Gertrude Bell pour le roman qui se passe en Lybie et que je dois terminer (plus qu’un chapitre). Une histoire du japon pour un autre. Mais j’ai moins l’occasion de lire des romans à proprement parler.

Ge : 👍

Miss Aline : Peux-tu nous donner trois bonnes raisons de lire ton dernier roman Hier est pour demain ?

Ge : Ah question piège ça Dominique !

Dominique : Un lecteur peut y trouver ce qu’il recherche :

1 – une intrigue de thriller

2 – une histoire humaine universelle

3 – une terrible catastrophe qui a changé le monde

Ge : Trois bonnes raisons en effet.

Dominique : de l’amour de l’aventure, de l’action Une anecdote aussi … Quand j’ai donné mon manuscrit à lire à une bêta lectrice, elle me l’a rendu avec un CD de musiques

Ge : 👍

Ge : Une playlist en somme ?

Dominique : Son mari l’avait lu et aimé et comme il est compositeur, il a fait 8 musiques pour accompagner chacun des moments de l’histoire

Ge & Dany : 😮

Dany : Dominique, y- a-t-il une question à laquelle tu aurais aimé répondre mais que l’on ne t’ait pas posée ?

Dominique : Oui quel genre de parfum de crème glacée aimes-tu ? Parce que là, j’ai été triturée durant plusieurs heures lol

Dany : 👍 Dany : Et la réponse est ?

Dominique : Tous car je suis aussi une incorrigible gourmande sauf peut être la glace au matcha (thé japonais) J’ai essayé quand je vais au Japon et j’aime moyennement

Dominique : Hummm vanille fraise chocolat

Dany : On prend note ! Dominique, dis-moi, avant de nous quitter, en raison des circonstances où peut-on se procurer ton livre ?

Dominique : par chance BOD imprime en Allemagne et les livres arrivent . Vous les trouvez là chez  BOD librairie 

Après ce sera auprès des libraires

Dany : Merci pour ces informations, j’espère que l’on aura donné envie aux lecteurs de lire ton roman. Pour ceux qui ne te connaissent pas, de te découvrir !

Ge : Pardon de t’avoir malmenée Dominique. J’espère que tu vas réussir à te remettre de cet interview à bout portant 😉🙃

Dominique : je vais aller faire 3 fois le tour du jardin.. Non mais vous avez réussi à me faire parler comme si j’étais avec un psy du coup 😉

Ge : 😆

Dominique : Un très grand merci à vous ! vous êtes adorables et prenez soin de vous. Je vous embrasse ainsi que ceux qui liront mes divagations Miss Aline : Merci beaucoup… prends soin de toi également.

Dany : Merci beaucoup pour ta disponibilité. Prends soin de toi et à bientôt !

Dominique : A bientôt de visu quand le truc aura cessé de nous emm..

Dany : 👍

Dominique : Merci à vous les flingueuses avec un grand F (pardon)

Miss Aline & Dany : ❤

Ge : Des bisous virtuels mais bien réels pour toi  Dominique. Pour vous aussi les Flingueuses

Miss Aline & Dany : ❤

Dominique : ❤

Voir ICI la chronique jubilatoire de Dany

Ce roman est disponible pendant la période de confinement sur le site de l’éditeur : ICI

2 réflexions sur “Papote d’auteur : Interview à bout partant Dominique Faget

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s