Je ne suis pas un monstre, Carme Chaparro

Le livre : Je ne suis pas un monstre, Carme Chaparro. Traduit de l’espagnol par Judith Vernant. Paru le 26 septembre 2019 aux Editions Plon.  21 € ; (347 p.) ; 21 x 14 cm

4ème de couverture :

24 décembre. Un enfant disparaît dans un centre commercial de Madrid. Même lieu et même mode opératoire qu’une ancienne affaire : l’enlèvement de Nicolás Acosta deux ans plus tôt. Et si tout recommençait ?

L’inspectrice Ana Arén, qui a failli lors de l’enquête précédente, se lance à corps perdu dans une course contre la montre pour retrouver le petit garçon. Mais certains journalistes viennent contrarier son enquête, avides de scoops et d’audience.

Les fausses pistes s’enchaînent, les rumeurs enflent et les politiques s’en mêlent. La ville tremble, sans répit, devant la menace d’un tueur en série, d’un prédateur à l’affût des proies qu’il veut faire siennes.
Alors que la vérité est sur le point d’éclater, l’inspectrice se retrouve face à une effroyable réalité qui pourrait la consumer.

L’auteur : Carme Chaparro est une célèbre journaliste espagnole. Elle a reçu, pour ce premier roman trépidant, best-seller en Espagne avec plus de 100 000 exemplaires vendus et traduit dans le monde entier, le prix littéraire Primavera en 2017.
Extrait :
« Pablo n’était pas là. Pablo n’était pas là.
J’ai cru sentir une vibration dans l’air, une légère perturbation dans le temps et l’espace qui entouraient mon corps, comme si j’étais perdu au milieu d’un lac gelé et que mes terminaisons nerveuses commençaient à percevoir les craquements de la glace se lézardant au loin. Les fissures approchaient.  Le sol allait se rompre sous mes pieds. Le monde entier allait se rompre sous mes pieds. En quelques secondes à peine, les vibrations devinrent une onde de panique qui se propagea à tout mon corps. L’annihilant. L’annulant.
Je n’ai pas eu conscience d’avoir commencé à hurler. »

L’accroche de Miss Aline :

Je ne suis pas un monstre, Carme Chaparro

Ana Arén, inspectrice en chef de la brigade des mineurs de Madrid, a l’impression de revenir en arrière. Deux ans que le petit Nicolás a disparu. Pourquoi avoir attendu deux ans pour enlever un nouvel un enfant ?

Inès Grau, journaliste et amie de Ana, couvre l’événement. Auteur d’un best seller, Inès voudrait l’exclusivité de ce nouvel enlèvement.

L’auteur nous met dés les premières pages dans l’ambiance. En effet, nous suivons le kidnappeur en « repérage ». C’est glaçant cette manière de décortiquer ses futures victimes : il ne doit pas sembler trop dépendant de sa mère, « ce qu’il faut, c’est un gosse courageux. Du genre qui se prend pour un super héros ».

Le roman s’articule autour de chapitres alternant l’enquête d’Ana et le point de vue d’Inès. Les éléments se mettent  en place un peu lentement à mon goût. Mais je m’accroche et je poursuis. Les pistes se multiplient sans rien donner de probant jusqu’à ce qu’un autre enfant disparaisse. Le kidnappeur, après un silence de deux ans, devient très actif. Pourquoi ? Comment parvient-il à échapper aux forces de l’ordre ?

Carme Chaparro nous offre des protagonistes très travaillés. Elle n’omet pas de nous parler des parents totalement dévastés par ces disparitions. Avec respect et pudeur, on assiste à la culpabilité d’avoir relâché quelques secondes l’attention. Quelques secondes pour que des vies basculent. Comment (sur)vivre avec ce manque, cette absence d’explication ? Comment rire, faire des projets sans cet enfant que l’on espère retrouver demain ?

Je pense avoir soupçonné tout le monde tour à tour. L’auteur m’a ouvert des pistes pour les refermer dans la foulée. Elle m’oblige à tout remettre en question. Faut-il envisager l’impensable ?

Les faits s’enchainent et le rythme de ma lecture s’intensifie. Je veux savoir. Voilà l’explication, le coupable. J’ai voulu savoir… je n’avais pas imaginé une seconde cette fin. Pas quelle ne soit pas probable mais elle est inimaginable.

Bonne lecture.

4 réflexions sur “Je ne suis pas un monstre, Carme Chaparro

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s