Le paradoxe du cerf-volant de Philippe Georget

Le livre : Le paradoxe du cerf-volant de Philippe Georget. Paru le 17 février 2011chez Jigal dans la collection Jigal Polar. 18€25. (320 p.) ; 21 x 14 cm

Réédité en poche chez Pocket le 15 mai 2015. 7€90. (468 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Dans une salle surchauffée de la banlieue parisienne, Pierre, 27 ans, boxeur en plein naufrage, vient ce soir de perdre le combat de trop. Critiqué, sonné, déprimé, les doutes l’assaillent et la retraite se profile, contrainte et forcée.

Afin de préparer sa reconversion il accepte de jouer Les « gros bras » pour Lazlo, un prêteur sur gage croate réfugié à Paris… Que l’on retrouve bientôt sauvagement torturé et assassiné.

Soupçonné et accusé du meurtre par les flics, poursuivi par des tueurs serbes, traqué par d’anciens légionnaires au service d’un mystérieux commanditaire, Pierre plonge au coeur d’une histoire embrouillée à laquelle il ne comprend rien et qui semble prendre sa source dans les terribles massacres de civils des années 90 en ex-Yougoslavie.

Baladé par Sergueï, l’ami réfugié politique et chauffeur de taxi, mis sous pression par le commissaire Lefèvre qui cherche on ne sait quoi, troublé par Julie, la fliquette, perturbé par ses propres fantômes, Pierre se sent manipulé… Il perd pied, doute, picole et titube.

Mais épaulé par le vieil Émile – l’indéfectible entraîneur – Pierre va retrouver son souffle, ses réflexes, ses jambes et son punch destructeur pour livrer sous les projecteurs son ultime combat !

L’auteur : Philippe Georget est né en 1963. Historien de formation, humaniste et baroudeur, il ne cesse de voyager (Nicaragua, Irlande du nord, territoires palestiniens, Italie, Libye). Installé à Perpignan, il exerce le métier de journaliste.

 

 

 

 

 

 Extrait :
– Enchantée, Pierre, moi c’est Barbara.

Je manque d’étouffer. Barbara… Ce prénom lui colle à la peau aussi bien que sa longue robe fourreau. Je doute sérieusement de sa sincérité. Je l’imagine le soir chez elle, avant de sortir, se choisir un prénom qui aille avec sa tenue : « Tiens, aujourd’hui, avec cette robe à dentelles, je pourrais choisir… Roxanne. Mais avec cette jupe fendue, je prendrais plutôt Vanessa. Ah non, finalement, je vais mettre cette robe fourreau et Barbara conviendra parfaitement. »

Je suis sûr qu’elle a dans sa chambre un placard plein de prénoms juste à côté de sa garde-robe.

Le post-it de Ge

Le paradoxe du cerf-volant de Philippe Georget

Pierre, 27 ans, termine sa carrière de boxeur sur une défaite cuisante. En guise de reconversion, il entre au service de Lazlo, un prêteur sur gages croate dont les débiteurs doivent parfois être relancés de façon musclée. Mais lorsque Lazlo est retrouvé assassiné et torturé, Pierre est soupçonné par la police en même temps que traqué par des tueurs serbes.
Après L’été tous les chats s’ennuient, l’auteur qui nous a bluffés avec son premier polar, coup de coeur 2010 du comité. récidive Avec ce 2ème polar, il confirme tout le bien que l’on pensait de lui.
Tout est là, dans ce roman, pour en faire un polar parfait. Il y a un personnage central bouleversant, un protagoniste principal, un boxeur trop tendre pour le ring qui nous touche et auquel on s’attache forcément !
Il a un scénario vachement bien ficelé et le style inclassable de l’auteur donne un rythme effréné à cette histoire de vengeance sur fonds de guerre d’ex-Yougoslavie.
Il y a de l’émotion, des émotions, des sourires souvent, une ou deux larmes parfois.
De plus comme dans son premier polar, L’été tous les chats s’ennuient, Philippe Georget fait preuve d’un bel humanisme
Avec une incroyable humilité, Philippe Georget nous offre un polar qui va bien au-delà du genre en réinventant le polar « à la française » et en lui apportant une véritable profondeur.
C’est tragique, tendre, poignant, cruel, parfois drôle, toujours intense.
Ce second roman est proche de la perfection. Un grand très grand du polar est né et depuis il a fait plus que confirmer…

2 réflexions sur “Le paradoxe du cerf-volant de Philippe Georget

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s