Le luth d’ébène de Panagiotis Agapitos

Le luth d'ébène de Panagiotis AgapitosLe livre : Le luth d’ébène de Panagiotis Agapitos. Traduit du grec par Constantin Kaïtéris.Paru le 16 mai 2013 chez Anacharsis. 23€. (396 p.) ; 20 x 13 cm
Quatrième de couverture
Empire byzantin, mai 832. Envoyé en ambassade auprès du calife de Bagdad par l’empereur Théophile pour négocier la paix, Léon le protospathaire («premier porte-glaive») arrive à la ville frontalière de Césarée, en Cappadoce, dernière étape avant d’entrer en territoire musulman.Paisible en surface, la cité est un chaudron en ébullition. Des silhouettes furtives se glissent le long des ruelles obscures du quartier arabe ; les rumeurs d’une guerre proche commencent à circuler ; des jeunes filles disparaissent mystérieusement et des moines patibulaires font soudain leur apparition… Lorsque l’on découvre le corps atrocement mutilé de la fille du juge de la ville, le gouverneur, débordé, demande l’aide de l’ambassadeur.

Léon va devoir entrer dans la danse des masques, enquêter dans les casernes, les tavernes et les bordels de Césarée ; pour la première fois, il va être amené à résoudre des crimes.

L’auteur  : Panagiotis Agapitos est professeur d’histoire byzantine à l’université de Chypre. Le Luth d’ébène est son premier roman. Constantin Kaïtéris est traducteur et écrivain.

 

 

 

 

 

 

Extrait :
L’homme assis dans la voiture couverte écarta le rideau situé à l’avant et regarda au-dehors. La vue qui s’offrait au tournant de la route n’avait rien d’agréable. Trois hommes à demi nus étaient empalés sur des pieux pointus érigés sur les larges planches d’une estrade de bois. Leurs bras écartés avaient été liés à des montants horizontaux formant une croix avec les pieux ; leurs têtes tondues étaient maintenues en arrière par une corde. Membres tordus et visages déformés étaient figés dans la lumière livide du soleil.

Le post-it de Ge

Le luth d’ébène de Panagiotis Agapitos

En 832, Léon, premier secrétaire de l’empereur byzantin Théophile, est envoyé en mission auprès du calife de Bagdad pour négocier la paix. A son arrivée à Césarée, en Cappadoce, il découvre une ville agitée par les rumeurs de guerre et les complots et troublée par la fronde de moines patibulaires. Lorsque le corps mutilé de la fille d’un juge est retrouvé, il doit mener l’enquête.

Dans ce roman historique en forme d’intrigue policière, Panagiotis Agapitos nous fait pénétrer un univers byzantin tel qu’il n’avait jamais été dépeint, sur ses marges et dans ses bas-fonds, grouillant de vie dans le monde interlope ou s’entremêlent de surprenante manière les traditions de Byzance et de l’Islam.

Un roman oriental d’un autre genre. Un exceptionnel polar historique, un premier roman à découvrir

Lire le Début ICI

4 réflexions sur “Le luth d’ébène de Panagiotis Agapitos

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s