Sériale lectrice : Ge papote avec Isabelle Villain

Sériale lectrice

Ge papote avec Isabelle Villain

Vous ne le savez peut-être pas, mais Isabelle, en plus d’être une auteure de talent est aussi la dernière flingueuses en date.

Aussi aujourd’hui, Isabelle a bien voulu nous confier quelques petites confidences sur la lectrice qu’elle est en réalité.

Alors pour en savoir un peu plus sur Isabelle je vous propose  pour commencer une interview

« Seriale Lectrice »



 

ITW Sériale Lectrices spéciale flingueuse

 

Ge : Bonjour Isabelle, es tu prêt(e) à être soumise à la question ?

Isa : Toujours prête !

Ge : Alors, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie…

Isa : Étant donné mon âge avancé 😊, je vais tenter d’être concise. J’ai 54 ans. Je suis née au Maroc, un pays pour lequel je garde une affection toute particulière. J’ai fait une école de commerce, un troisième cycle de publicité – les années 80, c’était l’âge d’or des agences de pub-, puis je me suis orientée vers les médias. La presse grand public tout d’abord comme chef de pub, puis l’organisation de salons professionnels. Depuis 2014, j’ai la grande chance de pouvoir me consacrer entièrement à l’écriture.

Ge :  Whaou, beau parcours ! Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

Isa : Dans mon enfance, autant que je m’en souvienne, c’est plutôt le sport et la musique qui prenaient le pas sur la lecture. Mon père était un grand sportif et ma mère une passionnée d’opéra. J’ai commencé à lire en CM2 grâce à un instituteur extraordinaire.

La lecture dans mon milieu familial aujourd’hui tient une place importante : mon mari est un très gros lecteur. Mon fils s’est mis à l’écriture de nouvelles. Quant à moi, je suis d’abord une lectrice avant d’être une auteure.

Ge : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Comme un divertissement, mais comme je l’ai dit plus haut, il n’était pas prioritaire.

 

Ge : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Qui dit appartement parisien, dit place limitée… Nous avons une bibliothèque dans l’entrée réservée aux livres que l’on souhaite conserver et une bibliothèque dans la chambre de mon fils, qui n’habite plus là d’ailleurs, où l’on range toutes les BD. Nous sommes des amateurs de ce genre. Nous avons pris l’habitude de donner aux hôpitaux et aux associations tous nos livres format poche une fois lus.

  

Ge : Donner ses livres voilà une belle idée mais m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées tes 2 bibliothèques ?

Je suis une très grande bordélique et mon mari est ultra maniaque. Donc c’est lui qui range, certainement par ordre alphabétique 😊 Les BD sont évidemment classées par série et par ordre chronologique. L’avant-dernier étage de la bibliothèque de gauche, c’est le mien et ça se voit !😊

Ge : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

C’est une partie de ma vie désormais. Je lis, j’écris, je corrige, je fais des recherches donc je lis. Le livre permet de m’évader, d’oublier, de me cultiver.

 

Ge : Es-tu papier ou numérique ?

Papier principalement. Numérique en vacances, car mon mari lit énormément. Trop lourd dans les valises.

 

 Ge ; En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

J’y suis allée tous les mercredis avec mon fils entre ses 3 ans et ses 12 ans. Je n’y vais plus aujourd’hui. Et je ne sais pas du tout pourquoi d’ailleurs.

 

Ge : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

Ce sont toujours de chouettes endroits, où l’on se sent un peu comme à la maison avec de très bons conseils. En répondant à cette question, je me dis que je devrais y retourner.

 

Ge : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

Ma librairie attitrée est malheureusement fermée depuis le décès de son propriétaire. Elle n’a pas été reprise.

 

Ge : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairies où je vais voir des auteurs, des librairies que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs… mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

 J’achète mes livres la plupart du temps à la Fnac qui se situe à 200 mètres de chez moi. Très pratique. Les vendeurs sont moins bons conseillers que les libraires, mais en général je sais ce que je veux en y allant. Désormais j’achète aussi mes livres dans les salons auxquels je participe. Je passe parfois plus de temps dans les allées que sur mon stand 😊

 Ge:  Rhoooo, va falloir que je te retrouve une librairie, là ! Bon passons aux choses sérieuses, tu es toujours prêt(e) ?

Isa : Toujours prête !

 

Ge : Combien de livres lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

Cela dépend de la période. En période d’écriture, je lis beaucoup de documents pour mes recherches et lis assez peu de romans. Cela dépend aussi de la taille du livre et de mon moral. Mais si je dois faire une moyenne, ce serait entre deux et trois livres par mois.

 

 Ge : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

J’essaye, car je me suis lancée depuis peu dans l’écriture de retours sur les groupes Facebook. Après, dire combien de livres j’ai lu depuis le début de l’année, impossible… Je ne suis pas très organisée. Je crois vous l’avoir déjà dit.

 

Ge : As-tu une PAL ?

Bien entendu !

 

Ge : Combien de livres dans ta PAL ?

Beaucoup trop. À force de lire des retours sur Facebook et sur Babelio, on a envie de tout acheter. Alors maintenant, je prends des photos des livres, mais j’attends que ma PAL descende un peu pour en racheter de nouveaux.

 

Ge : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

Aucune relation. Je la regarde croître tranquillement. Je la classe en fonction de mon humeur et je pioche dedans une fois prête. Quand je choisis un livre, ce ne sera pas forcement celui en haut de la pile. Esprit de contradiction

 

Ge :  Ahahaha  !Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

J’ai commencé à lire vers 10 ans, mais mes premiers véritables souvenirs et coups de cœur littéraires furent pour Agatha Christie qui reste pour moi la reine du roman policier. Après j’ai lu tous les Exbrayat, les Simenon. J’ai toujours été attirée par ce genre de littérature. Il stimule l’imagination et le cerveau. On cherche les indices. On se met à la place de l’enquêteur. C’est très divertissant. Désormais, je suis plutôt adepte des polars. J’ai toujours un peu de mal avec les thrillers très noirs ou bien gore, même si j’avoue avoir découvert certains auteurs qui excellent dans ce domaine.

Ge : Isabelle, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

Agatha Christie bien entendu.

Aujourd’hui je suis une inconditionnelle de Pierre Lemaitre depuis « Alex ». Quand j’aime un auteur, je lis tout de lui. Olivier Norek avec un énorme coup de cœur pour « Entre deux mondes ». J’aime beaucoup Jacques Saussey, découvert à Polar Osny l’an dernier. Karine Giebel était pour moi l’une des meilleures, mais j’ai été déçue par les deux derniers. Grâce aux salons, j’ai découvert Armelle Carbonel, Sandrine Collette, Sandrine Destombes. J’ai aussi découvert de nombreux autos édités vraiment bons. Et comme je suis très « corporate », j’ai lu tous les auteurs du catalogue de Taurnada et il y a en a vraiment d’excellents.

Ge : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Alex de Pierre Lemaitre : un huis clos génial qui nous tient en haleine du début à la fin. Un génie

Entre deux mondes d’Olivier Norek : un polar intelligent avec pour toile de fond la jungle de Calais. Criant de vérité.

Le purgatoire des innocents de Karine Giebel. Pour moi, son meilleur roman. Je suis restée en apnée pendant les 600 pages. Brillant.

Criminal loft d’Armelle Carbonnel : le livre que j’aurais eu envie d’écrire. Une idée de dingue.

Ils étaient vingt et cent de Stanislas Petrovsky. Un livre essentiel pour ne jamais oublier.

Ge : Fréquentes-tu les festivals et autres salons… Si oui depuis quand ?

Je fréquente les salons depuis que j’y suis invitée en tant qu’auteure, c’est-à-dire depuis 2015. Je n’y allais jamais auparavant et avec le recul, j’avais bien tort.

Ge : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

Les salons, avec les dédicaces, sont les seuls endroits où un auteur peut rencontrer ses lecteurs, échanger, discuter de ses romans, comprendre ce que le lecteur a aimé et ce qu’il a moins aimé et donc progresser. C’est essentiel, car le métier d’écrivain est un métier solitaire. Nous sommes habitués au confinement depuis très longtemps. Pour moi les salons, comme les dédicaces dans les espaces culturels et les librairies, sont une véritable bouffée d’oxygène.

Ge : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Au dernier salon de Mennecy en février dernier, un couple est venu à ma rencontre avec tous mes romans dans les bras. Ils habitaient Reims et avaient fait le déplacement juste pour venir me voir et me faire dédicacer leurs livres. J’avoue que j’ai eu du mal à m’en remettre… Je cherchais la « caméra cachée ».

Ge : Sinon… rien à ajouter ?

Je trouve que j’ai déjà beaucoup parlé. Je suis une grande timide…

 

GVL : ahaha ! Emoji Fou Rire XD U+1F606 Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

Oui Jean-Pierre 😊 c’est mon dernier mot.

 

Ge: Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

Je ne suis pas du genre à m’énerver, car avec tout ce qui se passe dans le monde, je serai en état de rage permanente. Je préfère éviter les conflits et positiver, même si parfois c’est un peu compliqué.

Quant à mon gros coup de cœur, il n’est pas original en ces temps de crise. Il va en direction du personnel des hôpitaux, des caissiers de supermarché qui sont devenus des « punching ball », des pompiers, des policiers qui en bavent sacrément depuis plusieurs années maintenant. Bref à tous ceux qui prennent des risques pour nous aider à vivre le plus sereinement.

Ge : Merci pour ces petites confidences Isabelle,. Tt à très vite sur Collectif Polar. Car on te retrouve désormais aussi sur les pages de notre blog en tant que Flingueuse….

Car tu y étais déjà en tant qu’auteur.

Et on retrouve ici ton site : Isabelle Villain

7 réflexions sur “Sériale lectrice : Ge papote avec Isabelle Villain

  1. Hello les ventes d’âmes. J’ai lu la cave aux poupée, la machine à brouillard a-t-il au adoré Entre deux Mondes. J’ai lu Peine Capitale, les deux autres sont en attente. Un bel interview. Cela permet d’en apprendre un peu plus sur l’auteur.e et de lui répondre que j’ai aussi lu des tas d’Agatha Christie, Tous les Sherlock. 😉 Merci ventes dames de ces échanges. Bisous Gé.
    Ps : J’aime bien tes interviews ils te ressemblent avec ce que je ressens virtuellement un brin de malice 😉

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s