Le dilemme, B.A. Paris

Le livre ;  Le dilemme de  B.A. Paris. Traduit de l’anglais par Vincent Guilluy. Paru le 28 mai 2020 chez Hugo Roman dans la collection Hugo Thriller. 19,95 €. (368 pages) ; 21 x 15 cm

4ème de couverture :

Depuis toujours, Livia rêve d’une énorme soirée pour ses 40 ans. Alors  Adam, son mari, a tout fait pour que la fête soit grandiose. Leurs amis sont là, tous réunis dans le jardin de leur maison de Windsor. Ne manque plus que leur fille Marnie, qui viendra  exprès de Hong Kong – mais cela, Livia ne le sait pas ; ce sera une surprise. Parmi les invités, un sujet de conversation jette un furtif voile d’ombre sur la soirée : un avion s’est écrasé au Caire, le matin même. Mais il suffit d’un verre ou d’une invitation à danser pour que la tristesse s’éclipse.

Seul Adam le sait : Marnie aurait dû être à bord de cet avion. Heureusement, se dit-il, qu’elle a manqué sa correspondance et qu’elle n’a donc pas pu monter à bord. Sans doute a-t-elle été transférée sur un autre vol. Dans ces conditions, pas la peine d’inquiéter Livia, n’est-ce-pas ?

L’auteur : B.A. Paris a vendu plus de 2 millions d’exemplaires de son premier thriller, Derrière les portes. Traduite dans près de quarante pays, elle est devenue une star mondiale. En France, B.A. Paris a déjà conquis près de  100 000 lecteurs avec ses trois premiers thrillers. Après l’immense succès de Derrière la porte en 2017, Défaillances a été retenu dans la sélection finale du prix des lectrices de Elle en 2018 et Dix petites poupées s’est illustré en 2019 confirmant le talent pour le thriller domestique de l’auteur.

Extrait :
« Instinctivement, mes doigts se referment sur mon téléphone, le déverrouillent et j’ouvre WhatsApp. Mes deux messages non parvenus sont toujours là. Allez Marnie, j’ai juste besoin que tu me dises « TVB » ! J’essaie une nouvelle fois de l’appeler mais comme chaque fois, seul le silence me répond. »

L’accroche de Miss Aline :

Le dilemme, B.A. Paris

Adam a tout fait pour que Livia, son épouse, passe un  anniversaire extraordinaire. Elle rêve de cette fête pour ses 40 ans depuis… presque toute sa vie ! Tout est cadré au millimètre prés.

Livia, qui semble n’avoir vécut que dans l’attente de cette journée, est radieuse.

L’envers du décor est tout autre. Adam se ronge les sangs en attendant des nouvelles de leur fille Marnie. Elle devait revenir de Hong Kong pour faire la surprise à sa mère. Sauf qu’il y a eut un crash… Marnie a-t-elle pu prendre cet avion malgré tout ?

Livia doit parler à Adam. Comment réagira-t-il ? Elle l’ignore. Elle doit trouver le bon moment, les bons mots pour lui faire cette révélation. Pourquoi n’a-t-elle rien dit lorsqu’elle l’a appris ?

Le dilemme, comme ce titre est bien choisit. Il aurait même pu être au pluriel tellement les protagonistes se débattent avec des choix difficiles à faire.  Comment faire le bon ? Ce choix sera-t-il judicieux, justifiable ?

Les premières pages me prennent dans leur filet et je ne cesse de les tourner encore et encore.

Comme j’ai souffert pour Adam qui a dû évoluer au milieu de ses invités alors que son cœur est en miettes. Voilà un homme qui veut préserver les derniers instants de bonheur de sa femme. Il sait que lorsqu’il parviendra à laisser sortir les mots douloureux, les mots définitifs sa vie ne sera plus qu’un champ de bataille où rien ne repoussera jamais. Il est comme suspendu dans le temps, n’osant faire ce satané numéro pour savoir. A-t-il vraiment envie de savoir, là, maintenant ? Non bien sur que non. Il manque d’espace, il suffoque. Il peine à donner le change.

Livia reine de la soirée. Ce moment rien qu’à elle, égoïstement elle l’a attendu, elle le savoure mais il y a comme un gout amer. Cette chose qu’elle sait depuis quelque temps déjà qui la ronge.

Deux révélations qui vont se télescoper et créer un tsunami dans leur vie.

B.A. Paris encore une fois signe un roman marquant. Vous me direz que le thème n’est pas nouveau. Certes, non. La force de ce roman se sont les relations humaines et tous ses méandres bons ou mauvais. Comment un acte/une décision  peut être interprété par les uns et les autres ? Ai-je raison de garder une information par devers moi ? Une fois les mots prononcés la chose ne sera que plus réelle. Qui je préserve alors en me taisant : moi ou l’autre ?

Alternativement,  j’écoute Adam puis Livia me parler de leur soirée, de leurs émotions, de leurs craintes aussi. L’auteur nous décortique les liens unissant les membres d’une famille. Je suis placée en tant qu’observatrice. Chacun se dévoile au fil des pages. J’apprends à connaitre leurs forces, leurs failles. Je les vois accomplir aussi bien que faire se peut les actes de la vie. Ce à quoi ils ont dû renoncer, ce qui les a transporté, ce qui les à élevé. J’entends leur mots, surtout ceux qu’ils ont gardés par devers eux. Ceux qui peuvent faire mal, très mal. J’observe et je me demande quelle aurait été mon attitude dans cette situation.

Il est aussi question d’amour dans ce roman. Celui que l’on porte à l’autre, que l’on apprivoise,  qui grandit au fil du temps. Ce sentiment intense qui fait que l’on risque tout pour le bonheur de l’autre. Je peux souffrir mille morts pourvus que l’autre soit préservé, épargné.

Les chapitres sont courts et donnent le rythme. Rythme que l’on peut saisir dans les premières pages avec la « sortie » en moto d’Adam. Une course effrénée vers la perte de contrôle. Toute la lecture se fait en apnée. Comment cela va-t-il se terminer pour Adam, Livia, leur fils, leur fille ? J’avance vers une fin que je sens inéluctable mais comme Adam, j’espère.

La lecture du roman me procure un tas d’émotions. Je suis impatience et puis non ne pas aller trop vite. Je suis attentive, consternée mais surtout bouleversée par les mots, les actes, par cette fin que je ne veux pas voir venir.

J’en viens à la conclusion qu’il faut savourer chaque seconde que la vie nous offre.

Je remercie chaleureusement les Editions Hugo Thriller pour toujours proposer des romans qui amènent une réflexion constructive en plus du plaisir de lire.

Merci, tout aussi chaleureux à B.A. Paris pour cet excellent roman qui rend les choses et les êtres plus précieux, plus vivants.

6 réflexions sur “Le dilemme, B.A. Paris

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s