Sériale lectrice : Ge papote avec Marianne Dubuisson

Ge papote avec Marianne Dubuisson

Vous ne le savez peut-être pas, mais Marianne, est une de mes collègue à la bibliothèque Parmentier.Elle s’occupe entre autre de la littérature étrangère mais aussi de mettre en valeur nos collections et ainsi propose régulièrement à nos lecteurs des tables thématiques et de nombreuses bibliographie. Marianne a aussi répondu à mon appel à candidature. Elle a ainsi intégré la team Collectif Polar, elle est une de nos nouvelles indics

Aussi aujourd’hui, Marianne a bien voulu nous confier quelles petites confidences sur la lectrice qu’elle est en réalité.

Alors pour en savoir un peu plus sur Jeanne et ses goûts littéraires je vous propose  pour commencer une interview

« Seriale Lectrice »


ITW Sériale Lectrices spéciale indic

 

Ge : Bonjour Marianne, es tu prête à être soumise à la question ?

Marianne : Bonjour. pas vraiment .

Ge : Alors, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie…

Pour résumer, j’ai mis du temps pour arriver dans les bibliothèques alors que c’était mon idée de départ, il m’a fallu plus de 20 ans !  avec entre temps un  bac S,  la prépa lettres, la fac de géo et  l’enseignement en histoire-géo . . . Je travaille en bibliothèque depuis 6 ans maintenant.  Sinon, j’avais 27 ans en l’an 2000. Depuis, je ne compte plus.

Ge : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

Il y avait une grande bibliothèque à la maison, remplie de livres de poche des années 60,  des collections d’Ami-coop, un magazine pour la jeunesse,et de la Documentation photographique

Ge : Comment abordait-on le livre chez toi ?

  Le livre c’était important pour l’école, pour s’occuper  .. Je pouvais lire autant que je voulais ce que je voulais

Ge : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Un peu dur, il y en a dans toutes les pièces, sauf la salle de bain.

Ici ;  les étagères pour les poches, classiques, jeunesse, histoire, SF

 

  

Ge : Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

 

C’est une bibliothèque dispersée… Je distingue les   livres du moment, posés en bord d’étagères et les livres accumulés au fil des années, regroupés en fonction de leurs thèmes, de leur taille aussi  – livres d’art, livres de géo et d’histoire, guides de musée,  livres d’histoire, les livres de cuisine, les livres pratiques.

Ensuite, il y a les étagères polar, celles de SF, l’étagère en anglais… D’autres accueillent les documents qui parlent de livres et de bibliothèques ; les beaux livres, les dictionnaires et les atlas, ou les livres de peinture sont rangés à part. Des étagères sont réservées pour les livres à conseiller, les classiques, les albums pour enfants, les livres pour dessiner ou pour fabriquer…  Une petite vitrine regroupe la poésie, les livres de religion, les livres cachés qui prennent trop de place, les trésors et puis il y a les livres à réparer, les livres empruntés et les derniers arrivés…. Pas de rangement particulier à l’intérieur des étagères, des livres se retrouvent devant les autres, se glissent au-dessus, à plat, les cachent …  Cela peut bouger, mais je m’y retrouve.

Ge : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

  Un objet familier, agréable et une fenêtre sur d’autres vies, d’autres mondes … des découvertes.  Des réponses ou des idées qui arrivent quand on ne s’y attend pas , et pourtant au bon moment…

 

Ge : Es-tu papier ou numérique ?

 Papier exclusivement jusqu’à il y a peu : un Petit Nicolas à lire d’urgence, introuvable en version papier pendant le confinement et donc récupéré en numérique.

 

Ge : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

J’y vais maintenant tous les jours (pour le travail). Et pendant les vacances, je vais faire un tour dans la médiathèque de ma ville ou alors je profite d’un voyage pour découvrir une bibliothèque inconnue. Depuis toute petite en fait, je vais à la bibliothèque régulièrement

 

Ge : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

1001 merveilles, des promesses de découvertes et d’évasion, surtout des endroits accueillants avec un monde mise en ordre, rassurant et familier. Grâce à la bibliothèque de Creil, j’ai toujours eu beaucoup à découvrir et à lire. C’était une fête d’y aller, d’y passer du temps puis de revenir avec de nouveaux bouquins à dévorer. Et en fait, ça l’est toujours 😊

 

Ge : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une où tu achètes tes bouquins ?

 Non, je vagabonde, j’achète un livre ici puis là. A Paris, nous sommes gâtés pour cela. Longtemps ma patrie d’adoption a été le Gibert bleu et ses livres d’occasion, mais je n’y vais plus beaucoup.

 

Ge : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différents lieux, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairies où je vais voir des auteurs, des librairies que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

En ce moment, je vais surtout dans les librairies du 11eme arrondissement, autour de la bibliothèque, la Manœuvre, les Parages, la Tête ailleurs ou Page 189, la librairie Appel-Plein Ciel République aussi, la librairie de livres d’occasion d’Oxfam, ou encore la librairie Entre les lignes à Creil, la Fnac et la maison de la Presse de Beauvais .

 

Ge : Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prêt(e) ?  

Ok

Ge : Combien de livres lis-tu par semaine, par mois, par an ?

  Deux ou trois par semaine, parfois aucun. Cela varie.

 

Ge : Tiens-tu un décompte précis de tes lectures ?

Je prends des notes de lecture dans des carnets depuis quelques années – et je peux répondre du coup à la question précédente – l’an dernier, j’en ai lu une centaine.   

 

Ge : As-tu une PAL ?

Oui et non : j’ai plusieurs piles de livres « à lire », sans compter des listes de titres à lire un jour, et il y a toujours des livres imprévus qui s’invitent …

 

Ge : Combien de livre dans ta PAL ?

 Physiquement, sur la table de nuit en ce moment : 16, entre 30 et 40 sur les étagères, plus 20 en fantasy et SF …

 Ge : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

  Je crois que c’est une sorte de sécurité, pour avoir de quoi lire, pour les avoir sous la main au cas où, pour les offrir si je peux  … Cela correspond sans doute aussi à ce que les Japonais appellent le tsundoki : l’art d’empiler les livres sans les ouvrir … mais ce n’est que partie remise , ma PAL, je l’entretiens, je l’augmente, je l’oublie puis j’y reviens … je les lis ou pas , je me fais une raison .

 

Ge : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

J’ai beaucoup lu de polars et d’enquêtes depuis l’école primaire. J’ai commencé avec Fantomette, le Club des cinq, les Alice et autres séries jeunesse puis enchaîné avec tous les Agatha Christie, les aventures de Sherlock Holmes,  Arsène Lupin et Harry Dickson. Etudiante, je dévorais des séries, tout était bon pour suivre un personnage, découvrir un pays, tester un auteur que je ne connaissais pas  … j’empruntais en bibliothèque, j’écumais Gibert.

J’en lisais avant tout car c’était presque sûr d’avoir à chaque fois une bonne histoire, avec un début et une fin, des personnages aux aventures desquels s’attacher, cela représentait aussi une occasion pour découvrir un pays et une époque, un milieu particulier. Une exploration permise par les poches, les 10-18 et les Rivages noirs surtout, avec une prédilection pour les séries. Les premiers auteurs qui me viennent à l’esprit sont  Ellroy, Izzo,  Sjöwall et Wahlöo, Michael Connelly ou George Chesbro, Ann Perry ou Bruce Alexander , mais il y a eu  aussi les romans de Dick Francis,   Patricia Wentworth, Viviane Moore,  Elizabeth George ou Elizabeth Peters, Wetering, Tony Hillerman, Arthur Upfield, d’H.Kemelman,  ou , les intégrales d’Ed Mc Bain, les enquêtes de frère Cadfaël, puis les histoires de Van Gulik, Dominique Müller, Iain Pears ou Patricia Cornwell, les aventures en papier de futurs stars du petit écran comme Nicolas Le Floch’, Morse, Mma Ramotswe,  Nestor Burma, Jane Tennyson,  Pepe  Carvalho, Brunetti, Wallander…

J’en lis beaucoup moins aujourd’hui mais je me laisse toujours tentée par un coup de cœur, une rencontre à la bibliothèque (tes apéros polar donnent des idées) un conseil, une couverture ou un résumé attractif . Il faut avouer aussi que les séries policières télévisées m’assurent souvent mon quota de crimes et d’enquêtes , d’où un moindre appétit pour le papier.

Dernières lectures en date:  Taqawan d’Eric Plamondon, Manhattan Chaos de Michael Mention , l’étude en écarlate de Jean d’Aillon,  Salut à toi mon frère de  Marin Ledun. J’évite de plus en plus le franchement gore, les psychopathes vicieux et sadiques et les crimes atroces dès la première page, je ne peux plus.

 

Ge : ah ben dis-moi voilà un bien beau panel d’audeur, j’adore. Mais, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

 En ce moment, ce sont  Jason Fforde,  Ursula Le Guin, Irving Yalom,  David Weber (pour ses Honor Harrington)

 

Ge : hoho j’aime beaucoup aussi Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

 

Voici les premiers qui me viennent en tête :

  • Les papillons de la Léna de Christian Garcin : une petite merveille de légèreté et de poésie, qui vous réinvente une écriture très russe, évoquant celles de TolstoÏ ou Tchékov,et nous fait passer de de la tête folle et babillante de l’éphémère à celle d’un castor empêtré dans ses liens de famille, ou un bœuf musqué qui a du mal à conclure , tout cela en descendant le cours de la Léna en Sibérie à la suite d’un bout de bois qui intrigue  beaucoup les animaux qui vivent au bord du fleuve. Un livre édité par l’Ecole des loisirs mais qui ne devrait franchement pas être réservé aux enfants ou aux ados.

  • Le dit d’Aka et le nom du monde est forêt d’Ursula Le Guin , qui  nous parle d’aujourd’hui , du Tibet, de l’Amazonie encore et toujours alors que les 2 romans ont été écrit dans les années 70-80.

  • L’histoire de Chicago May par Nuola o’Faolain : ma découverte de la non-fiction, une vie , un destin racontés par une écrivaine, avec une délicatesse et une profondeur confondantes. D’autant plus que Chicago May est une sacré personnage , qui ne se laisse pas si facilement décrypter :   Irlandaise à la crinière  flamboyante  partie à la conquête de l’Amérique, qui n’avait pas froid aux yeux  prostituée, voleuse,  danseuse , braqueuse et amoureuse malchanceuse, auteure à succès.  Avec elle on plonge dans une époque où la condition féminie était lin d’être enviable,  encore plus pour les pauvres.

  • Les invisibles de Roy Jacobsen : un livre une famille qui vit dans les années 20 sur une île au large de la Norvège, et qui assure comme elle peut, même si c’est vraiment très dur . Un confort très rudimentaire, spartiate, la mer, la neige, les non-dits, le courage, les eiders sui viennent nicher sur l’île.. Une vie à la fois au rythme des saisons, au ralenti et extrêmement intense.

  • Cassandra au mariage de Dorothy Parker, une histoire qui a l’air toute simple au départ, rééditée récemment en Pavillons Poche, avec une jumelle invitée au mariage de sa sœur , puis ça dérape. La jumelle narratrice,Cassandra, ne nous dit pas tout, boit beaucoup – on s’en rend compte petit à petit – et les choses partent méchamment en vrille . Surprenant jusqu’au bout

Ge : Merci pour ses découverte, Marianne. Dis… Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Non, quasiment pas, à part le salon de Montreuil, celui de Livre Paris ou  la « Ville aux Livres » de Creil.   C’est avec le collège que j’y suis allée pour la première fois .

Ge: Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

de nouvelles idées, des découvertes et des envies de lectures renouvelées… des marque-pages pour s’en souvenir et un peu le tournis aussi

Ge : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Là je suis à un peu à court

 

Ge : Sinon…rien à ajouter ?

 ça fait déjà beaucoup non ?

 

Ge : Ben non pas tant que ça ! hihi. Alors…Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

Oui

Ge : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

 Un gros coup de cœur : L’histoire de Tönle, de Mario Rigoni Stern, chez Verdier, un tout petit livre, écrit très simplement :

Une Europe à la veille de 1914 et un héros pour qui les frontières n’existaient pas. Berger dans les Alpes entre l’Italie et l’Autriche-Hongrie, Tönle se fait prendre pour braconnage et devient un fugitif qui traverse les montagnes, pour revenir en cachette auprès de sa famille dont la maison, se reconnait au cerisier qui pousse sur son toit.  Alors que la guerre vient tout dévaster la campagne, le pays, les familles, les façons de vivre … il entre en résistance, à sa façon à lui. Et l’on découvre aussi que la Première Guerre mondiale ce n’était pas que les tranchées dans la Somme ou dans l’Est de la France …

 

Ge : Bon je ne t’embête plus et j’arrête avec mes questions. Merci, Marianne pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar

Marianne : C’était un plaisir. A bientôt ! 🙂

 

Ge : J’espère bien !

4 réflexions sur “Sériale lectrice : Ge papote avec Marianne Dubuisson

  1. Wouaw, superbes réponses. Je connais aucun auteur, alors j’adore. La nature, la délicatesse, la profondeur de l’âme humaine. Merciiii. 🙏
    Gente dame, 🤫🤫🤫🤫 il y a quelques coquilles 🤭❤️❤️❤️ pas dire hein ! C’est entre nous
    Bisous aux filles et merci à Marianne où Jeanne pour ces belles réponses à approfondir 😉

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s