Il était deux fois – Franck Thilliez

Le livre : Il était deux fois de Franck Thilliez. Paru le 4 juin 2020 aux éditions Fleuve dans la collection Fleuve noir Thriller. 22€90. (528p) ; 14 x 21cm.

4ème de couverture :

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

L’auteur : Né à Annecy en1973 Franck Thilliez est un auteur de romans policiers et scénariste.
Ingénieur de formation, il s’illustre d’abord dans les nouvelles technologies et devient très tôt spécialiste en informatique. Il allie cette passion à son goût pour les thrillers pour donner naissance à son premier roman, Train d’enfer pour Ange rouge (2003), qui a été nominé au Prix SNCF du polar français 2004.
Il publie en 2005 La Chambre des morts (Le Passage), qui deviendra par la suite en 2007, le film éponyme d’Alfred Lot, avec Mélanie Laurent dans le rôle de Lucie Henebelle. Il reçoit pour son deuxième roman le Prix des lecteurs Quai du polar en 2006, et le Prix SNCF du Polar français en 2007.
Le succès rencontré lui a permis de cesser son travail d’informaticien à Sollac Dunkerque pour se consacrer exclusivement à son travail d’écriture.
À partir de là vont se succéder les thrillers mettant en scène Franck Sharko (Deuils de miel, 2006), ou Lucie Henebelle (La Mémoire fantôme, 2007). Il publie également des one-shots tels que La Forêt des ombres en 2006, L’Anneau de Moebius en 2008 et Fractures en 2009, mêlant psychiatrie, neuroscience et cinéma.
Mettant la barre toujours plus haut, Franck Thilliez décide de réunir ses deux inspecteurs fétiches, Franck Sharko et Lucie Henebelle dans une trilogie ayant pour thème la violence. Son premier opus, Le Syndrome E, est publié au Fleuve Noir en 2010. C’est la consécration immédiate. Classé dès sa sortie dans les listes des best-sellers, le roman se vend dans une quinzaine de pays dont les États-Unis. La suite du Syndrome E, Gataca paraît au Fleuve Noir en 2011 et le dernier opus de la série, Atomka, en 2012.
Ces deux policiers travailleront ensuite ensemble dans Angor (2014), Pandemia (2015), Sharko (2017). C’est la société de productions Escazal Films, que Franck Thilliez a choisie pour adapter les aventures de ses célèbres flics à la télévision.
Franck Thilliez publie au Fleuve Noir Vertige en 2011, Puzzle en 2013 et Le Manuscrit inachevé en 2018.
Franck Thilliez est également scénariste, notamment pour la série Alex Hugo en duo avec Niko Tackian. Son premier scénario, Obsessions, de Frédéric Tellier, diffusé sur France 2 en février 2010, a obtenu le Prix Mireille Lantéri en 2011. Il a aussi écrit avec Mikaël Ollivier Insoupçonnable, diffusé sur France 2 en 2012.

son site : http://www.franckthilliez.com/

Extraits :
« Les bras croisés, il observait le nuage noir des oiseaux à plus d’un kilomètre de là, affairés à tournoyer inlassablement.
— Ils chient partout, ils piaillent depuis trois jours, mais en même temps, ils me fascinent. Tu les as vus ? On dirait une œuvre d’art. Parfois, je les vois constituer une figure mathématique parfaite, le fameux signe de l’infini en forme de huit. Le cycle de l’éternel recommencement, la répétition des événements… C’est quand même bizarre.
Il resta là, pensif, réfléchissant à ses propres mots, avant de poursuivre :
— Ils sont aussi coordonnés que s’ils ne formaient qu’un seul être, réagissant tous ensemble de façon quasi instantanée… Et pourtant, ils n’ont pas de chef de file comme dans les autres colonies migratoires. Il suffit qu’un oiseau se retourne et change de vitesse pour que tous les autres le fassent également. Ils ont l’air interconnectés… »
« Un roman est un jeu d’illusions, tout est aussi vrai que faux, et l’histoire ne commence à exister qu’au moment où vous la lisez. »
« À plusieurs reprises, dans les interviews, il évoquait l’œuvre d’art la plus transgressive, la plus ultime de toutes, qu’il aimerait un jour créer, comme l’incontournable conclusion de son travail : immortaliser sa propre mort devant un public. Attraper ce moment incroyable où les chairs se disloquent, les organes défaillent, l’air ne gonfle plus les poumons. L’artiste prétendait réfléchir sérieusement à l’idée. »
« L’une des photos avait été prise au ras de la table en acier. Depuis les orteils d’un cadavre, on voyait en arrière-plan, d’abord nette puis floue, la longue suture irrégulière réalisée par le légiste, de la pointe du pubis jusqu’à la clavicule. Le gendarme se demanda quelle était la motivation des gens qui venaient admirer ces horreurs. Que cherchaient-ils dans la mort abjecte d’autrui ? Pourquoi s’extasier devant des macchabées ? »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Il était deux fois – Franck Thilliez

« Je te retrouverai, Julie. Je te jure que je te retrouverai. » Telle est la promesse que Gabriel a faite à sa fille disparue. C’est a priori sans compte sur cet accident de mémoire qui va le priver de douze années de souvenirs d’enquête et de traque. Il va devoir tout recommencer ce père qui a quitté les Alpes pour Lille … pourquoi ? Sa mère le sait peut-être, mais lui a vraiment oublié. Il va refaire connaissance avec ses anciens collègues, son ancien coéquipier qu’il a agressé, son ex-épouse.

Franck Thilliez fidèle à ses thèmes de prédilection nous entraîne dans une histoire complexe, qui pourrait voir sa conclusion lors de la découverte du « corbeau » qui harcèle notamment la mère de Julie et qui détient des collections bizarres. En fait on ne sait pas à ce moment de l’histoire que le roman n’est pas un one-shot mais … la suite du Manuscrit inachevé ! Oui lecteurs, ressortez votre exemplaire de votre bibliothèque, sinon commandez-le de suite pour enchainer la lecture après les 548 pages que vous tenez entre vos mains. Rassurez-vous néanmoins, les rappels sont suffisamment explicites pour ne pas vous perdre.

Des personnages hors du commun, meurtris pour certains, qui n’ont pas mené leurs deuils à terme et surtout une bande de pervers qui s’affichent « artistes » pour mieux couvrir leurs trafics. Ajoutez des paysages grandioses ou des friches sordides et une curiosité saisonnière et migratoire avec ces chutes d’étourneaux qui évoquent Hitchcock.

On sait aussi que l’auteur est joueur, il aime défier ses lecteurs et la fin ce cru 2020 vous réservera encore des surprises avec pas moins de 15 pages manuscrites qui devraient vous révéler les secrets du manuscrit enfin achevé … là on voit vraiment que c’est du Thilliez, du Thilliez comme on aime !

Une construction complexe liée au sujet et au personnage de Gabriel qui « n’a pas toute sa tête », du moins tous ses souvenirs et se démène à réapprendre notamment les technologies nouvelles, qui rencontre plutôt la bienveillance de la part des victimes collatérales dans le Nord et en Belgique. Une approche de l’art ultime dont l’objet est bien contestable mais néanmoins le fruit l’un snobisme latent. Pas de Sharko ni Henebelle cette année, vous l’aurez compris mais un certain Bernard Minier en guest-star, pour une brève apparition !

Enfin, si vous voulez parfaire votre pratique de la science de DK, vous lirez avec plaisir le roman de la série l’embaumeur, trop vite disparu des rayons pour cause de faillite de son éditeur, La piste aux étoiles de Nicolas Lebel.

Du plaisir de lecteur à l’état pur !

Je remercie Fleuve éditions et 12/21 pour m’avoir permis cette belle découverte.

Lu en version numérique. epub 17.99 €

 

28 réflexions sur “Il était deux fois – Franck Thilliez

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s