Vive les lives (et les livres) ! par Isabelle Bourdial

Hello mes polardeux,

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui Isabelle vient nous parler non pas d’un livre mais de deux.

En fait notre légiste en chef nous certifie qu’il s’agit ici plutôt d’un billet que d’une chronique classique.

Mais moi j’aime bien les billets d’humeur d’Isa B, aussi je vous propose de le découvrir. Mais avant, il faut que je vous présente les thrillers  et leur auteur dont Isabelle va nous parler plus bas


 Les livres :
Imbroglio, de Nil Borny. Paru le 14 octobre 2019 en auto-édition chez Bookelis. 10€. (246 pages) ; 13×18 cm

4e de couv : « Je commence à me demander si je ne porte pas la poisse…  »
Léo se réveille en pleine nuit avec un terrible mal de crâne. Que fait-il dans un lit qui n’est pas le sien et qui est cette charmante inconnue endormie à ses côtés ? Le jeune homme s’interroge quand un couple armé débarque dans l’appartement avec perte et fracas.

Effrayé, Léo prend la fuite en tenue d’Adam. Il n’a pas encore conscience qu’une véritable chasse à l’homme vient de commencer. Qui sont ces deux tueurs et que lui veulent-ils ? Dans quel guêpier s’est-il encore fourré ? C’est avec l’aide de la jolie Elsa, embarquée malgré elle, que tous deux vont tenter de démêler le fin mot de cette histoire.

Parviendront-ils à échapper à leurs redoutables poursuivants qui n’hésitent pas à semer la mort sur leur route ?

L’ auteur : Né en 1966, Nil Borny n’était pas destiné à devenir « conteur d’histoire ».
Parisien de pure souche, il s’exile en banlieue à la recherche de verts pâturages qu’il ne découvrira jamais. Il a fait de nombreux boulots avant que le virus de l’écriture ne le prenne. Il est aussi passionné de musique et de dessin. Imbroglio est son troisième roman.Nil Borny quitte l’univers des morts-vivants pour nous embarquer dans une course-poursuite haletante, le tout saupoudré d’un humour bien à lui. 

 

Extrait :

Une femme était allongée à ses côtés. Léo s’étonna, il
ne la connaissait pas et ne parvenait pas à se souvenir de
quoi que ce soit. La quarantaine, la créature était
ravissante. Décoiffée et encore maquillée, ses longs cils et
ses lèvres pulpeuses lui conféraient un visage de poupée.
Prenant garde à ne pas la réveiller, il déplaça son bras et
souleva le drap en soie.
Waouh ! Un canon !
La belle au bois dormant émit un bref gémissement qui
excita Léo. Elle s’agita puis se retourna pour se
positionner en chien de fusil.
Waouh ! En plus, elle a un cul à faire péter les couilles
de King-Kong… C’est tout moi, ça ! Je n’ai pas baisé
depuis des lustres, je me tape une bombe atomique et je ne
me rappelle de rien… Quel con !

Entrez dans la transe, de Céline Spreux. Paru le  31/01/2019 chez Bod Librairie. 9€99.  (336 pages) ; 

Lorsqu’elle se réveille à l’hôpital après trois jours dans le coma, Caroline n’a aucune idée de comment elle a atterri là, ni aucun souvenir des jours précédents.

Aidée par un psychiatre de renom pratiquant l’hypnose, elle va tenter de remonter le fil de sa mémoire pour découvrir des secrets qu’elle aurait peut-être dû laisser enfouis… Entre visions sanglantes et angoisses latentes, elle va se retrouver prise dans les filets d’un esprit toujours plus tortueux.

Un thriller hypnotique qui joue entre réel et imaginaire, conscient et inconscient, pour emporter le lecteur dans le tourbillon d’un puzzle troublant.

 

L’auteur : Céline Spreux est née en 1980 à Paris.

Titulaire d’une licence de Psychologie, elle a suivi des études jusqu’en Master 1 en Psychologie Clinique et Psychopathologie, avant de se former au Coaching et à l’Hypnose Ericksonienne.

Après 5 ans d’exercice en tant que coach certifiée et animatrice d’ateliers, elle se consacre désormais essentiellement à l’écriture.

Ses sujets de prédilection tournent autour de la Psychologie et du cerveau, notamment ses dysfonctionnements (Psychologie du Mal, perversions, Serial Killers, violence, criminologie…).

Extrait :

La peur. Encore présente. La peur de se rappeler. Et si sa perte de mémoire n’était qu’une protection contre les horreurs qu’elle aurait commises et que son cerveau jugeait préférable de lui taire..

Vive les lives (et les livres) !

Par Isabelle Bourdial

Pendant le confinement, j’ai découvert les lives, vidéo où un auteur parle de ses romans et répond en direct aux questions que lui envoient des internautes. Ce fut pour moi une vraie chance de faire exister mes propres livres malgré la suppression des salons. Et je ne remercierai jamais assez tous les modos qui m’ont ainsi donné la parole sur leur groupe. Si l’auteure a été comblée, la lectrice ne l’a pas moins été. Les lives m’ont fait découvrir de nouveaux auteurs et m’ont fait regarder différemment de vieilles connaissances. Ces tribunes ont eu l’immense mérite de mettre en avant des auteurs moins connus (et j’en suis, plus modeste que moi, y a pas 😉) publiés par de petites maisons d’éditions ou à compte d’auteur. Certes, on y a vu aussi quelques stars, mais ce n’était pas le cas de la plupart des plumes invitées.  Ce fut très enrichissant pour moi d’écouter toutes ces nouvelles voix ! Mais pas pour mon compte en banque. La plupart du temps, j’ai eu envie de prolonger l’échange en lisant les romans qui avaient été présentés. Aujourd’hui je voudrais vous parler de deux d’entre eux, mais je reviendrai vous en présenter d’autres. Leur point commun ? Ce sont des romans autoédités. Qui ne sont pas souvent sous la lumière et qui pourtant le méritent.

Le premier s’appelle Imbroglio, de Nil Borny. C’est son troisième roman, un friller, comme il dit. Je ne vais pas vous dire ce qu’est un friller, Nil se fera un plaisir de vous l’expliquer.

 

L’imbroglio, comme chacun sait, est une situation confuse, embrouillée. C’est ce que va vivre Léo, le héros de cette histoire, poursuivi par un couple mal assorti de tueurs à gages pour le moins atypiques.  Léo embarque une charmante inconnue dans sa fuite et va tenter de comprendre pour quelle raison on veut le rayer du monde des vivants. C’est un roman léger, drôle, bien écrit et bien ficelé.

Mention spéciale pour la couv, dont on suit le making off à la fin du roman. Je l’adore. Elle est très BD.

Le second roman est Entrez dans la transe, de Céline Spreux. Cette fois on a affaire à un thriller hypnotique.

Là encore, personne n’est mieux placée que Céline, formée à l’hypnose ericksonienne, pour vous expliquer ce que c’est. Comme le Léo de Nil, Caroline va connaître une situation confuse et embrouillée ! Elle se réveille un beau jour à l’hôpital et souffre d’une amnésie post traumatique. De son subconscient émergent peu à peu des flashs, des images angoissantes, des fantasmes, des (faux ?) souvenirs qui lui font douter du réel ou qui l’amènent à le redouter. Mais Caroline peut-elle se fier à sa mémoire balbutiante pour connaître la vérité ? Les twists se succèdent. Visiblement Céline s’amuse à égarer et à manipuler ses lecteurs. Je me suis laissée surprendre.

Imbroglio, de Nil Borny, 10 euros. Format poche

Entrez dans la transe, de Céline Spreux, 9,99 euros. Format poche.

5 réflexions sur “Vive les lives (et les livres) ! par Isabelle Bourdial

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s