Assignation à résidence : L’interview bracelet électronique 14 : Sylvain Forge chapitre 2

Assignation à résidence : L’interview bracelet électronique 14 :

Sylvain Forge

chapitre 2

L’interview « bracelet électronique »,  vous connaissez maintenant, non ?

C’est une mesure d’aménagement de peine permettant de réaliser une interview de longue haleine sans obliger l’auteur à être incarcéré. Juste  » Assigné à résidence »

Contrairement à la GAV qui est bien délimitée dans le temps, l’interview bracelet électronique est plus « libre ». Elle peut se dérouler sur plusieurs jours.

Le quatorzième auteur ayant dû vivre son quotidien avec le bracelet électronique est…

Sylvain Forge


Dany : Quelle est donc la chose la plus folle que tu aies faite pour documenter tes romans ?

Sylvain : Je ne peux pas le dire, pour ma sécurité…

Dany : Sylvain, tu es le roi de l’esquive …
Peux-tu nous parler des relations que tu entretiens avec tes lecteurs : les salons, les échanges etc

LUN 19:01

 

Sylvain : Le suivi avec les lecteurs, notamment via les réseaux sociaux, est une partie importante de mon activité. Concernant les salons, mes possibilités sont limitées en raison de mes activités professionnelles. Par ailleurs, la vie de famille compte beaucoup. Aussi, je fais partie de ces auteurs qui ne sont pas sur des salons tous les week-end. Je sélectionne ceux qui m’intéressent, qui m’offrent une table ronde, qui ne sont pas trop loin. Il y a les vieux fidèles (Cognac) et les top du top pour moi (Utopiales à Nantes) ceux qui ne m’ont jamais invité et où j’ai cessé de postuler (Toulouse…) etc. Au début de ta carrière, tu penses que labourer le terrain sur les salons est le plus important. Mais on en revient, vu la fatigue que ça engendre. Aujourd’hui, ma priorité c’est de privilégier l’écriture mais j’ai trouvé une bonne formule aussi : les conférences en bibliothèque. Et puis, les « live », c’est très intéressant 🙂

On pourrait parler aussi des prix littéraires, mais c’est un terrain glissant 🙂

Dany : Le prix du quai des Orfèvres n’est pas le moins prestigieux … il a changé ta vie ? Et sur la durée …

LUN 21:13

Sylvain : Il a changé ma vie d’auteur, oui bien sûr et non, parce que l’écriture reste toujours une activité secondaire. Mais tout de même, il m’a permis d’entrer dans une grande maison et d’être accompagné par une équipe de professionnels. C’est énorme. Après le prix du Quai, il faut aussi transformer l’essai. Ce prix est très prescripteur et SURTOUT il permet à des auteurs inconnus d’être propulsés en tête des ventes et de tutoyer les Minier et autre Coben, pendant un petit moment. La majorité des autres prix n’ont pas pour objectif de faire connaître des auteurs inconnus en leur donnant une chance mais de souligner un succès déjà installé.
« La reconnaissance d’un prix littéraire se manifeste par l’adhésion du public au titre primé, et donc par le nombre de livres dudit titre vendus.
Cet élément a fini par influencer les décisions finales des jurés : alors qu’avant ils décernaient leur prix pour féliciter la qualité d’un ouvrage, les prix sont désormais attribués à des livres qui ont déjà un certain succès en librairie. (Monde du livre) » On ne saurait mieux dire. Voilà pourquoi quand un auteur commence à remporter des prix il les engrange tous, les uns après les autres. C’en devient gênant pour l’auteur,
parfois 😉 Et surtout c’est sans suspense aucun.
Voilà pourquoi aussi les prix décernés dans les salons vont pratiquement toujours au même auteur. Il faut faire venir des vedettes pour attirer du monde.
Une fois qu’on a compris ça, on est plus serein. Un de mes éditeurs m’a dit un jour : « quand tu commenceras à remporter un prix, tu les auras tous à la suite les uns des autres, car c’est comme ça que ça marche ». Ceux qui sont persuadés du contraire sont des innocents.
Disons aussi qu’il y a pratiquement autant de prix que de salons (il y a même le prix des auteurs inconnus !) la majorité sont sans effet sur les ventes, mais c’est toujours bon pour le moral de reprendre le train avec son petit trophée 😉

 Pour en savoir plus sur le Prix des auteurs inconnus c’est ICI

LUN 22:49

Dany : Merci pour ce soir… on se reparle demain. Bonne soirée !

MAR 09:14

Dany : Bonjour l’auteur, bonjour les filles. J’espère que la nuit fut bonne …

Ge : Bonjours Sylvain, hello les Flingueuses. Je ne fais que passer. Dany je te laisse tenir la barre. 

Dany  : Au menu de ce matin si tu le veux bien Sylvain,  revenons sur la « construction  » d’un roman …
Tout d’abord est-ce que tu te consacres à un seul roman à la fois ou es-tu capable d’en mettre plusieurs en chantier simultanément

 

Sylvain : Je ne mets pas plusieurs romans en chantier simultanément, car avec mon boulot et mes enfants, mon cerveau est déjà bien sollicité ; je pense que ce genre de performance est l’apanage des auteurs célibataires à plein temps  🙂

Dany : On le dira à Manook !!!

Sylvain : célibataire ou retraité  🙂

Dany :  😆

Sylvain : Si on voit beaucoup de retraités qui dédicacent dans les salons, c’est pas un hasard.
Avoir du temps est un des grands luxes de notre monde moderne

Dany  et Ge  👍

Dany : Ensuite j’ai noté tu as un ou des personnages, leurs photos tirées de magazines. Puis le ou les thèmes ensuite l’environnement.
Ah j’oubliais le petit carnet magique et le tableau … Comment est-ce que ça s’organise tout ça ? Quand arrive la documentation ?
Quand commence l’écriture ?

Sylvain : Pour bâtir une histoire je commence par prendre des notes à la volée dans un carnet, puis je récupère des fiches de lecture (documentation) ensuite je fais des feuilles de personnage, avec leurs caractéristiques, ensuite un mapping ou j’établis les connections entre les uns et les autres. Ensuite, seulement, je rédiger un bref résumé des paragraphes, du début à la fin. Je connais donc, dans ses grandes lignes, la fin quand je commence à écrire.

Dany : Combien de temps en moyenne entre le moment où tu te dis « ça c’est une bonne histoire » et la sortie papier ?

Sylvain : Entre l’idée et la publication (hors contexte troublé comme en ce moment) je dirais 12 mois, en moyenne.

Dany : Et est-ce que tu t’accordes une pause entre deux titres ?

Sylvain : Pas vraiment, mais comme la phase de documentation peut durer plusieurs semaines, c’est un peu comme.

Dany : Maintenant, si on parlait de ton actualité ! Pas la sortie du confinement ça on sait que tu es allé acheter des livres chez tes libraires
préférés mais ta prochaine publication … peux-tu nous en parler, en dire un peu plus que la 4ème de couverture par exemple …

Sylvain : D’abord dire qu’il s’agit d’une histoire indépendante, un thriller qui met en scène un homme parfaitement ordinaire, Alexis. Mais c’est aussi une grande histoire d’amour, un genre que je n’avais pas exploré jusqu’à maintenant. Amour et thriller, deux ingrédients étroitement imbriqués dans ce nouvel opus.
Le livre repose sur une révélation que je ne peux ni ne veux dévoiler et dont j’espère que les blogueurs qui liront les Services Presse respecterontle principe. Donc, histoire d’amour, en effet, mais à la sauce Sylvain FORGE 🙂

 

L’histoire démarre sur un dilemme assez simple : un homme (protagoniste) va se marier avec la fille de son patron ; elle attend de lui qu’il l’aide à avoir un enfant (PMA) et beau-papa offre à monsieur une belle promotion. Sauf que voilà un SMS qui tombe sur le téléphone du futur mari.
C’est Clara, une fille dont il a été éperdument amoureux, il y a près de 3O ans. Elle le supplie de l’aider à retrouver sa fille. Que cache cette demande si étrange, après tant de temps ? Alexis peut-il tout compromettre pour une fille qu’il a mis tant de temps à essayer d’oublier. Et pourquoi ne veut-elle pas le rencontrer physiquement ? Alexis va vite se retrouver propulsé dans une aventure absolument effroyable…
L’histoire se déroule principalement dans les Pyrénées. C’est plein de rebondissements sur fond d’une histoire d’amour déchirante que les lecteurs n’oublieront pas de sitôt, j’en fais le pari 
🙂

J’ai véritablement écrit ce livre avec mes tripes et je n’avais qu’une angoisse, qu’il soit sorti en mars et dès lors se trouve étouffé dans l’œuf par la crise du covid.

J’aimerais que les lecteurs qui ne me connaissent pas commencent par ce livre, c’est mon plus personnel. La fiction se mêle avec des souvenirs réels. L’histoire comme tous mes livres soulève une série de questions sur notre monde et sur la société qui vient.

Dany : En résumé tu nous donnes : le titre, la date de parution et 3 bonnes raisons de le lire …

Sylvain : Sauve-la (Fayard noir) sort le 24 juin 2020.
1) un thriller pour les amateurs du genre
2) une romance pour les amateurs du genre
3) un récit bourré de surprises et de rebondissements.
Vous penserez à moi après avoir lu ce livre, chaque fois qu’un SMS tombera sur votre téléphone avec ces mots : « Comment vas-tu ? »

Dany : 😮

Dany : Merci Sylvain …  deux petites dernières pour la route :
1 – Y a-t-il une question que nous ne t’avons pas posée et à laquelle tu aimerais répondre ?
2 – As-tu un coup de gueule et/ou un coup de cœur à partager avec nous ?

Sylvain : Que penses-tu de la crise actuelle ?

Dany : et oui donc Sylvain,  que penses-tu de la crise actuelle ?

Sylvain : Elle m’inquiète car je pense que beaucoup d’auteurs risquent d’en faire les frais. Moins de publications, moins de ventes. Je lisais l’extrait d’une dépêche AFP ce matin qui disait : « ceux qui viendront dans les magasins désormais n’iront pas pour s’y promener mais avec une
idée précise d’achat, qu’il faudra concrétiser rapidement par peur d’une éventuelle contamination. Un comportement qui risque de nuire aux achats d’impulsion. » Le risque c’est que Seuls les auteurs « dont on parle » s’en sortiront… certains disent que les ventes du numérique vont exploser.

😉


Je n’en sais rien. Je vais continuer d’écrire parce que c’est ma passion mais je suis inquiet

Un coup de coeur pour tous les libraires qui jouent leur survie !

Ge : Oui un énorme coup de coeur pour nos libraires, et acheter vos livres en librairie  Merci Sylvain pour ce bel entretien.

Sylvain …Merci pour l’interview 👍

Dany : Merci à toi Sylvain et au plaisir de te croiser à nouveau dans la vraie vie. Si un jour tu souhaites poursuivre avec nous en parlant d’un roman
noir d’un de tes petits camarades de salon … nous prenons ! A bientôt pour une chronique de ton nouveau roman, disons vers le 24 juin !
A noter pour les lecteurs du blog que ces confidences ont été recueillies mi-mai, juste aux abords d’une nouvelle vie pour tous !
Sylvain, merci de ta confiance et de ta disponibilité.

Ge :Oui . Merci beaucoup pour ce très bel interview bracelet électronique. Pardon de ne pas avoir été plus présente sur cet journée

Et je suis d’accord avec toi sur les achats d’impulsion quand on sait qu’en librairie ça représente entre 1/3 et la moitié des ventes, le CA des libraire et par retour les ventes de nos auteurs préférés vont en pâtir. Espérons que dans la littérature nos contemporains trouvent un réconfort et un(e) échappatoire à la crise sanitaire actuelle.
Et vraiment merci à vous trois, Sylvain, Miss Aline et Mamie Danièle pour cette fabuleuse assignation à résidence. Allez je retourne à mon cadavre exquis. Et oui depuis hier je tente de lui donner vie. Et ce matin encore, nous avons un nouveau chapitre sur le feu. Mais bon quand on aime, on ne compte pas. Et je vous confirme, écrire même 5000 caractères

6 réflexions sur “Assignation à résidence : L’interview bracelet électronique 14 : Sylvain Forge chapitre 2

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s