La lionne rouge, Marion Cabrol

Le livre : La lionne rouge, Marion Cabrol. Paru le 4 juin 2020 chez Hugo thriller Poche dans la collection Suspense. 8€50. (489 p.) ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

Le zoo d’Amnéville. Dans le froid de l’hiver lorrain, deux veilleurs font leur ronde de nuit. Rien d’inhabituel, semble-t-il dans le parc animalier endormi… jusqu’à ce qu’un scintillement attire leur curiosité. Celui d’une lampe torche allumée, braquée sur le bassin des ours polaires.

Au fond duquel les scruter le regard terrifiés dans une expression d’épouvante, d’un corps sans vie, à moitié dévoré, bercé par le remous dans l’eau désormais teintée de sang ?

Une plongée dans l’univers sombre du zoo : le quotidien des soigneurs, de la vie des animaux en captivité, les trafics, les mouvements activistes.

L’auteur : Marion Cabrol connaît bien le zoo d’Amnéville, où elle a effectué un stage il y a quelques années. Les contacts qu’elle y a gardés ont nourri son histoire et certains soigneurs ont accepté de relire le roman afin d’assurer son authenticité. La lionne rouge est son premier roman policier.
Extrait :
« Mais mes lièvres, c’étaient les plus beaux, leurs longues pattes, leurs oreilles douces. Je faisais un trou dans leur ventre, pour regarder les organes battre. Une longue incision, le sang giclait, ils tapaient des pattes arrière, gigotant sous la douleur. Je gardais le petit corps raide quelques jours sous mon lit, jusqu’à ce que l’odeur m’oblige à m’en débarrasser. »

L’accroche de Miss Aline :

La lionne rouge, Marion Cabrol

Eric Belt se rend au zoo d’Amnéville un corps a été retrouvé dans un bassin. Outre un tatouage pas grand-chose pour l’identification.  C’est la consternation chez les soigneurs, animaliers, vétérinaires du zoo. Ils savent à qui appartient ce corps. Ils comprennent aussi pourquoi il s’est suicidé. Ça sera la conclusion de l’enquête : un suicide. Mais n’allons pas trop vite en besogne. Eric va revenir sur le site, il y a des points à éclaircir.

Elle se cache. Elle a appris à porter un masque. Elle porte en elle une rage, une violence qui n’a de cesse que de vouloir s’exprimer. Elle est patiente, elle se freine pour mieux se révéler lorsque le passage à l’acte viendra.

Un zoo personnifié. J’ai découvert tout un monde et son mode de fonctionnement en lisant La lionne rouge. La gestion d’un zoo, le travail des soigneurs, des vétérinaires. Tout un univers se cache derrière ses allées bien entretenues. Des hommes et des femmes habités par leur travail. Un investissement inconditionnel. Il y a aussi le revers de la médaille : les jalousies, les tromperies, le chantage, les trafics d’animaux…

L’auteure va dérouler son intrigue petit à petit. Les pièces du puzzle prennent le temps de se mettre en place. On a du mal à savoir qui est qui, qui fait quoi au sein de cette intrigue. Qui est cette lionne nous faisant partager ses pensées ? Pourquoi Alan s’est-il suicidé ? D’une situation « simple » va découler un véritable sac de nœuds.

Dans la deuxième moitié du roman ça s’accélère. Je pose régulièrement des hypothèses qui se révèlent juste… ou pas. L’envie d’arriver à la conclusion me tient en éveil.

Je me demande si l’auteure, nous livrera un nouveau roman avec Eric Belt car il m’en manque un peu sur lui. Même si en filigrane je comprends pourquoi on l’a envoyé en Lorraine. Je veux plus !

Merci aux Editions Hugo thriller pour ce SP dans un univers peu connu qu’est le monde du zoo.

 

3 réflexions sur “La lionne rouge, Marion Cabrol

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s