Privé d’origine de Jérémy Bouquin

Le livre  : Privé d’origine de Jérémy Bouquin. Paru le 9 octobre 2017. 9€50. (302 p.) ; 18 x 12 cm

4e de couv : 

Privé d’origine

L’Italie des années de plomb.

Tandis que les brigades rouges mettent le pays à feu et à sang. Marco, un jeune idéaliste, se compromet dans un braquage qui tourne mal. La suite sera une longue fuite qui, de la Corse à Paris en passant par Bourges, l’amènera à fréquenter tout ce que la France compte de groupuscules révolutionnaires. et les flics qui les infiltrent !

France, de nos jours.

À la recherche de ce père pas comme les autres, Kloé va devoir se plonger dans le roman noir des années Mitterrand. Entre vieilles passions et secrets d’Etat, elle va découvrir que les utopies révolutionnaires n’ont pas fini de faire rêver… ni de tuer. Flanquée d’un privé tourmenté et d’un flic sur le retour, parviendra-t-elle à éclaircir le mystère de ses origines ?

Petits meurtres entre révolutionnaires.

 

L’auteur : Jérémy Bouquin. Jérémy Bouquin, né en 1975, touche à tout, mais surtout passionné : il est vidéaste, scénariste de Comics book (Le privé, Freddy Marteau), et animateur radio. Auto-éduqué à grands coups de néo-polar, il est l’auteur de plusieurs nouvelles, de plusieurs romans et même d’un thriller fantastique pour ados : Le Croque-mitaine.
Autodidacte, réalisateur de courts et moyens-métrages, Jérémy Bouquin est auteur de romans policiers. Il a été président de l’Association tourangelle Les Tontons Filmeurs. Sous l’alias Jrmy, il est scénariste de la Bd polar Le Privé.

 

 

Extraits : 
Depuis, Jasper Zenderro avait enquêté. Plus exactement remué la merde. Il remontait de temps en temps à la surface avec quelques éléments.
Maigre.
Mais là, il avait du lourd, du neuf!
(…) Le groupe de cinq individus est entré dans la boutique. Tous cagoulés, certains avaient même des brassards. Rouges. Des révolutionnaires.

 

La Kronik d’Eppy Fanny

Privé d’origine de Jérémy Bouquin

Ce roman attendait sagement son tour dans ma PAL depuis quasi deux ans. Heureusement le roman est moins dissipé que son auteur. J’ai découvert Jérémy au 1er salon de Plaine Haute organisé par Jean-Marc Le Faoué. Nous avions très longuement échangé et son univers, multiple, m’a fascinée. Ce type est un touche-à-tout, passionné et donc passionnant.

Vive les gens qui n’entrent pas dans les cases.

Ce roman nous entraîne de 1979 à nos jours.

Italie 1979 – Les Brigades Rouges y font la une qu’elles éclaboussent de sang.

Un commissaire est appelé sur les lieux du braquage d’une bijouterie. Cinq individus sont entrés dans la boutique et, en plus des blessés, le bijoutier est là, étendu raide mort. Que s’est-il passé ? Les brigadistes ne tuent pas habituellement. Ils sont très organisés. Dans les 5 hommes cagoulés il y avait Tony dont c’était la première mission. Il devait juste faire le guet mais le bijoutier ne s’est pas laissé faire. Un coup de feu blesse gravement Tony et lui, par réflexe, tire à son tour.

Tony, une fois remis, doit quitter l’Italie. Ce sera la Corse grâce aux réseaux brigadistes. Car il ne pourra jamais revenir dans son pays. C’est une condamnation par contumace qui l’attend. Il va devoir se construire une autre vie et oublier les siens. Tony va devenir Marco.

Le voilà en France, confié aux bons soins de Pépé, imprimeur, révolutionnaire et faussaire de génie. Tony apprend auprès de lui le métier d’imprimeur. Il doit se faire oublier. Puis une annonce dans un journal, un RDV avec un nouveau contact. Pépé l’envoie sur place pour s’assurer que le contact est fiable. C’est que des flics pourraient infiltrer leur organisation. La lutte armée va pouvoir reprendre ! Enfin.

Extrait P 98 : « Marco souffle. C’est reparti ! Il sent ses vieux réflexes de soldat de la lutte remonter. Merde ! Il se réveille alors doucement. L’italien est d’abord impressionné, il commence maintenant à percuter : cette étrange habitude qu’a le vieux à décoder les articles de la presse quotidienne nationale avec autant de minutie. Pépé ne dormait jamais, il veillait. Une guerre de l’ombre. Ses codes, ses informations, ses transmissions. »

2014 – Kloé Seize, une star du rock, connue sous le nom de Vynille, la bassiste du groupe Vynille Rondelle. Kloé, son moteur c’est les excès : l’alcool, la drogue, et le meilleur de tous, la scène. Mieux qu’un orgasme. Tous ces anonymes qui hurlent son nom et tendent les bras vers elle. Mais Kloé a une part d’ombre qui la hante : son enfance volée. Ses parents inconnus qu’elle recherche depuis deux ans. Elle est orpheline. Jasper Zenderro, pas un vrai privé, juste un type taiseux qui rend des services, l’aide dans sa quête.

Extrait P17 : « Babette et Joseph, des gens géniaux. Des parents extras. Une éducation parfaite, un réconfort permanent, une attention de tous les jours et pourtant… Kloé n’a que des questions… Elle est comme vide. Kloé Seize est en quête. Son enfance. Elle cherche ses racines, comprendre, pourquoi ? Pourquoi elle n’a pas été aimée comme les autres… Juste savoir qui sont ses parents… Des questions sans réponse ! Des tonnes. »

Zenderro a retrouvé trace de la maternité où Kloé est née. Née sous X dans le département de l’Isère. Une lettre de sa mère à son nom « Chloé » et pas Kloé. Maigre prise. Pas d’information sur l’identité de sa génitrice et des mots qui font mal. Qu’il est dur de savoir que l’on n’a jamais été désirée. Pour son père un cul-de-sac là aussi. Dès que Zenderro et ses contacts dans la police tentent de creuser, ils se heurtent à un mur. Tout ce qui le concerne est classé. Pourquoi ? par qui ? Seule certitude : son père est recherché et impliqué dans une affaire de meurtre et de terrorisme.

Kloé a besoin de savoir d’où elle vient. Qui elle est. Quel est son héritage. Comment se construire lorsque l’on n’a pas de racines ? Elle contacte un journaliste ami, réfléchit à un article. Hésite, mais déjà des fuites. Un homme veut la rencontrer. Il dit avoir des informations sur ses parents. Elle va aller à la rencontre de cet inconnu. Philippe. Un flic.

Mais parfois il est dangereux de réveiller le passé et ses secrets, surtout lorsque des secrets d’État s’entremêlent avec sa propre histoire.

Ce roman nous renvoie aux sombres années des Brigades rouges. Nous replonge dans les années 80, en France, sous Mitterrand. Nous parle d’amitiés et de trahisons. Et de racines.

Un roman sombre et fascinant où les mots font mouche. Un excellent moment de lecture.

Merci Jrmy Bouquin pour ce voyage dans ton univers.

18 réflexions sur “Privé d’origine de Jérémy Bouquin

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s