Sériale lectrice : Ge papote avec Alexandra Guerreiro

Sériale lectrice 

Ge papote avec Alexandra Guerreiro

Hello mes polardeux,

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter une de nos nouvelles indics.

En effet vous le savez déjà peut-être mais Alex a répondu présente à mon dernier appel à candidature et elle a ainsi intégré le team « Collectif Polar »

Aujourd’hui je suis heureuse de papoter avec Alexandra. Et vous allez enfin pouvoir découvrir quelle lectrice, elle est vraiment.

Alors pour en savoir un peu plus sur Alex et ses goûts littéraires je vous propose  pour commencer une interview

« Seriale Lectrice »

L’ITW Sériale Lectrices spéciale indic

 

Ge : Bonjour Alexandra, es tu prête à être soumise à la question ?

Alex : Bonjour, Oui prête ! J’avoue tout !

 

Ge : Alors Alex, peux-tu te présenter ? Je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie…

Même ma scolarité ! Alors scolarité normale, j’ai commencé à vraiment m’éclater quand je suis arrivée en Première L et que j’ai été débarrassée des maths et de la physique ! Après le bac, direction la fac avec une maîtrise de LEA Anglais et Italien. Pendant mes études, j’ai fait la pige dans une agence de presse qui rédigeait les magazines des collectivités territoriales. Je me régalais ! Et depuis 2004 je suis paralegal en droit des marques bilingue. J’adore complètement mon boulot, le côté carré du juridique compense bien mon côté un peu « artistique ».

Dans quelques mois je vais entrer dans le club très recherché des quadras ! Je suis mariée depuis bientôt 11 ans et j’ai deux garçons de 9 ans et 3 ans. J’habite dans le Val d’Oise en région parisienne.

Quand je ne lis pas des polars tordus plein de serial killers, je suis une personne très normale, qui pratique l’aquarelle depuis l’âge de 14 ans, qui pratique de nombreux loisirs créatifs (scrapbooking, bijoux…) qui écoute beaucoup de musique rock et qui rêve de faire un jour le Hellfest ou le Download festival J. Quand je sors d’un concert en général je suis aphone. J’aime aussi le ski, le froid et l’hiver et je rêve de visiter tous les pays autour du cercle polaire (je sais c’est pas commun J) Mais mon plus beau voyage reste quand même la Nouvelle-Zélande pour mon voyage de noces.

J’ai écrit un livre, L’effet domino, paru en octobre dernier en auto-édition chez Librinova. Il s’agit d’un polar mettant en scène le groupe surdose de la brigade des stups de Paris. J’ai même eu la chance de les rencontrer et de visiter le « 36 » pour préparer mon livre.

Depuis 5 ans je suis membre du comité de lecture des Nouveaux Auteurs. J’ai ainsi évalué à ce jour une centaine de manuscrits, essentiellement des polars, et pu lire en avant premières de futurs best sellers comme Frank Leduc, Marc Laine… mais aussi des livres non retenus par la maison d’édition mais parus par la suite ailleurs ou auto-édités.

Je suis aussi depuis janvier membre du jury des étoiles pour Librinova. C’est aussi très intéressant car à la différence des Nouveaux auteurs, ce sont des livres publiés en auto édition et je lis d’autres genres que le polar. Et certains sont vraiment de très grande qualité et n’ont rien à envier aux « édités »

 

Ge : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

D’aussi loin que je me souvienne, mes parents avaient (et ont toujours) un livre à la main. Mon père lit quasi exclusivement des polars, pour ma mère c’est un peu plus divers. Autant dire que je n’avais qu’à tendre la main pour attraper un livre. Ma mère avait gardé tous ses livres d’enfance dans une valise à la cave. Le bonheur de découvrir le club des 5 et tant d’autres ! Des livres un peu « abîmés » mais une merveille à lire ! Puis en grandissant j’ai aussi tapé dans les classiques, toute la saga des Rougon- Macquart avalée en 2 mois ! Dumas, les romans de cape et d’épées… les premiers Patricia Cornwell, Mary Higgins Clark, Agatha Christie… si on voulait me punir il fallait me priver de livres !

Aujourd’hui je fais pareil avec mon aîné. J’ai gardé certains livres de mon enfance et je suis impatiente de lui transmettre. Et pour le 2eme, c’est encore le bonheur du rituel de la lecture du soir.

Ge : Comment abordait-on le livre chez toi ?

Comme un plaisir ! Jamais une contrainte. En libre accès ! C’était le cadeau idéal pour les noëls et anniversaires.

 

Ge : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Euh… Joker ! Alors on va pas se mentir, elle est minuscule… On a aménagé nos combles il y a 3 ou 4 ans et on s’est contenté d’y mettre la vieille bibliothèque d’avant « en attendant ». Mais il faudrait que j’optimise tout ça. Un jour… Quand j’ai vraiment trop de livres je fais des dons dans des boîtes à livre, à la bibliothèque ou à l’ONG Biblio sans frontières mais jamais je ne jette un livre.

  

Ge : Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Joker ! Elle n’est pas vraiment organisée. Juste par auteur quand même, c’est le minimum. Mais j’y remédierai quand j’aurai une vraie belle bibliothèque !

 

Ge : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

Je lis comme je respire ! Dès que je finis un livre il faut que j’en commence un autre ! Dès que j’ai su lire j’ai aimé lire et dévorer les livres. J’en avais jamais assez. C’était des personnages qui prenaient vie, des univers, des héros à qui il arrivait des trucs dingues… l’imagination sans limite ! Et ça n’a pas changé sauf que bon mes lectures d’aujourd’hui sont un peu plus gores que quand j’étais enfant et je suis chaque fois stupéfaite de ce qu’un auteur peut imaginer comme trucs tordus ! Petite, je rêvais d’être oubliée dans un « magasin de livres » et que mes parents ne me retrouvent que le matin…

C’est aussi quelque chose que je transmets à mes fils. Le grand est déjà accro, je suis contente. Et le deuxième prend le même chemin J

Ge : Es-tu papier ou numérique ?

Les deux. Je suis venue à la liseuse il y a 4 ans quand mon mari m’a offert une Kindle pour Noel. J’avoue je l’ai regardée avec beaucoup de scepticisme au début. Et puis je m’y suis faite ! Partir en vacances avec une Kindle et 50 nouveaux livres dedans ça prend quand même moins de place. Mais attention, pour mes auteurs favoris, je garde le papier ! (et puis je manque de place donc  bon… ça aide !) et puis le numérique permet aussi de découvrir des livres auto édités qui n’existent que sous ce format ainsi que des livres en anglais et italien.

 

Ge : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

Je suis abonnée à la bibliothèque de ma commune et j’ai aussi abonné mes fils. J’ai mis sur place un atelier d’écriture pour les enfants de ma commune, un peu l’arrêt en ce moment. J’espère pouvoir reprendre en septembre.

 

Ge : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

Ça me permet de lire des livres que j’hésitais à acheter et aussi d’être raisonnable sur mes achats…

 

Ge : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

Alors non à mon grand regret. Dans ma commune je n’ai pas de vraie belle librairie proche de chez moi. La plus proche est à une quinzaine de minutes en voiture. Mais j’ai découvert sur mon nouveau lieu de travail une superbe librairie à 5 minutes à pieds. Dès que je pourrai y retourner, je pense qu’ils me verront souvent !

Ge : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

Comme je le disais avant, j’ai peu de librairies  à côté de chez moi donc je commande beaucoup… Habiter la région parisienne ne veut pas dire habiter Paris donc je n’ai pas souvent l’opportunité d’aller flâner dans les librairies parisiennes (et pourtant ça me plairait !) le soir ma deuxième journée commence une fois que je suis rentrée du boulot donc pas simple de se prendre un peu de temps. Mais je vais essayer de changer mes habitudes dès que possible.

 

Craquage!!!😱😱😱😂😂😂 Je m’étais jurée de ne pas succomber à la tentation mais en fait je suis faible!😂😂😂 et puis quitte à me faire une journée que pour moi en mode cocooning détente, autant y aller à fond! Voilà donc mes trouvailles du jour! Dont deux polars historiques sur la Belle Epoque 😍 Vous connaissez ces livres? Ces auteurs?

Ge : Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prête ?

Toujours prête ! La garde à vue se passe bien, on peut continuer !

 

Ge : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

Je suis une grosse liseuse et je lis vite. Selon la taille du livre ça peut être 3 à  4 livres par semaine. Avant le confinement, je lisais dans le train essentiellement. Là c’est un peu plus aléatoire. Mais sinon le soir. Par mois, si je regarde sur les derniers mois je dirais entre 12 et 15 en moyenne. Sachant qu’en plus je lis des manuscrits pour le comité de lecture des Nouveaux Auteurs.

 

Ge : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

Avant non mais je me suis mise à faire mes bilans sur instagram depuis quelques mois donc maintenant je compte 

 

Ge : As-tu une PAL ?

Oui j’ai une PAL. Mais elle n’a pas encore atteint le plafond ! Actuellement il y a plus de numérique que de papiers.

Partie ce matin pour acheter un magazine. Je l’ai pas trouvé mais je ne suis pas revenue les mains vides! Voilà donc les petits nouveaux qui rejoignent ma pal! Le nouveau Christophe Molmy me fait de l’oeil. J’ai tellement aimé ses deux premiers!! Avez-vous lu un ces livres?

Ge : Combien de livre dans ta PAL ?

 Une trentaine.

 

Ge : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

Je la vis bien ! Je crois que ça m’angoisserait de n’avoir aucun livre qui m’attend !

 

Ge : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

Est-ce que « Alice détective » et le Club des 5 ans ça compte comme polar ? Enfant, c’est le côté mystère, suspense, enquête, indices qui m’a attirée vers le genre policier. Puis en grandissant, toujours le côté enquête, voir comment les policiers raisonnaient, ce qui se passait dans la tête du tueur, l’explication du pourquoi il a fait ça, le déroulement de l’enquête. L’univers que l’auteur arrive à créer. J’aime les polars où les personnages ont une vraie personnalité, pas des clichés jetés comme ça par facilité. J’ai une petite attirance pour les romans de procédure. Au moins c’est carré et on ne lit pas des trucs aberrants. Du coup quand je vois qu’un flic est aussi écrivain, je vais y aller les yeux fermés, en confiance. J’apprécie quand je vois que l’auteur a pris la peine de se documenter sur les sujets qu’il aborde mais sans en faire l’étalage. J’aime tous les polars, le noir, le thriller, le « procédure ». Pour l’instant je n’ai pas succombé au polar nordique, j’y viendrai peut-être. Je n’ai aucun a priori sur un auteur, un thème…Juste le temps qui fait défaut pour tout lire. Ma seule limite c’est les enfants. Si le best seller de l’année évoque la pédophilie ou un truc avec un enfant qui souffre je ne le lirai pas. Je lis un peu moins de thrillers psychologiques. Je suis plus dans le serial killer de base qui trucide à tout va. Le psychologique ça peut vite être dérangeant, malsain. Quand j’ai lu « juste une ombre » de Karine Giebel, ça m’a provoqué quelques nuits blanches. J’ai dit à mon mari « il faut que tu le lises, parce que si un jour il m’arrive la même chose tu me croiras ! » Le « découpage » fait moins peur. J’aime beaucoup les polars historiques, je suis fascinée par le 19e siècle. Tu connais Claude Izner ?

 

 

Ge : Oui je connais assez bien les deux soeur Korb,  Liliane et Laurence.  Mais dis-nous Alex, à par ce duo qu’est Claude Izner, quels sont tes auteurs favoris ?

Olivier Norek, Ghislain Gilberti, Arthur Conan Doyle. Et tellement d’autres.

 

Ge : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Par les rafales de Valentine Imhof. La lecture qui m’a le plus marquée l’année dernière sans hésiter.

Tous les Oliviers Norek sans exception. Il a un don pour créer des vrais personnages et créer un univers très réaliste mais très humain même dans la noirceur de ce qu’il raconte.

Il y a également un livre que je voudrais mentionner, celui de Jean-Michel Fauvergues. Patron du Raid. Il était à la tête du RAID au moment des attentats du Bataclan et ce livre est incroyable. Il raconte son vécu en tant qu’homme et patron du RAID lors de cette nuit. C’est fort, bouleversant, tellement plein d’humilité et de courage.

Mais en remontant à plus loin, il y a un livre qui m’a bouleversée quand j’avais 10 ans. Et ce n’était absolument pas un polar. C’était Premier de cordée de Roger Frison Roche. Ce livre parle de la montagne et du rapport des hommes avec la montagne. Ça m’a fait aimer la montagne alors que je n’y avais jamais mis les pieds. Je l’ai tellement lu qu’il est corné de partout !

Ge : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Je suis allée au salon du livre de Paris l’an dernier et j’avais mon billet pour celui de cette année. Et c’est tout… Malgré toute ma passion pour la lecture, je n’ai pas toujours l’opportunité de faire tous les salons, c’est du temps (et de l’argent pour ceux loin de chez moi) et à moins d’en faire une sortie en famille, je doute qu’ils me verraient partir en vadrouille d’un bon œil. J’aimerais beaucoup faire Quai du Polar et le salon d’Osny qui est tout près de chez moi.

Et bien sûr, en tant qu’auteur, j’adorerais faire un salon en tant que participante mais ça c’est une autre histoire.

Ge : Que t’a apporté ce salon, ces rencontres ?

Rencontrer « en chair et en os » mes auteurs préférés, rencontrer et échanger avec des passionnés ; dénicher des pépites… repartir avec des livres dédicacés. Je ne demande qu’à  remettre ça !

Ge : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Il y a quelques années dans mon ancienne entreprise, je faisais partie d’une équipe de salariés chargés de projets type « chief happiness officer ». Et je m’occupais de projets culturels. Je voulais monter une journée livres et qui dit livre dit auteurs, soyons fou ! Et pour ce faire j’y suis allée au culot et j’ai invité Olivier Norek et Marc Laine ainsi que Bibliothèque sans frontières. Ils ont tous accepté et donc pendant toute une journée les salariés ont pu rencontrer ces deux auteurs et acheter leurs livres au profit de BSF. J’ai une photo souvenir de cette journée où je suis entourée d’Olivier Norek et Marc Laine. Ils ont été extrêmement adorables et disponibles et je garde un fabuleux souvenir de cette journée.

 

Ge : Rhooo mais c’est trop chouette ça Alex, j’adore l’idée Rencontre au profit de Bibliothèque Sans Frontière. Bon…Sinon…rien à ajouter ?

Je crois que je suis très bavarde en fait.

 

Ge : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

J’aime le chocolat, c’est mon dernier mot.

Ge : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

Coup de gueule je sais pas trop… j’ai sorti mon livre en octobre, en auto édition. C’est un job à temps plein de vendre son livre et quand c’est pas son métier, c’est pas simple. Surtout face au mastodonte des vraies maisons d’édition. Surtout quand tu contactes à droite et à gauche des libraires, des journaux locaux, des festivals et qu’on prend jamais la peine de te répondre ou qu’on te répond « ah vous êtes auto édité, désolé c’est trop risqué donc c’est non ». C’est un peu décourageant. Et pas sûr que ça soit mieux après tout ça !

Coup de cœur pour Instagram ! J’y suis allée un peu sceptique, encouragée par une collègue qui pensait que ça m’aiderait à faire connaitre mon livre (à cette époque il n’était qu’en numérique). Et j’ai découvert une communauté Bookstagram extrêmement adorable et bienveillante, des personnes qui sont devenus des amis et que j’aurais plaisir à rencontrer IRL, une communauté polardesque très riche, des événements, des auteurs, des gens avec qui je partage ma passion pour les livres…Bref, c’est incroyable et je me sens comme un poisson dans l’eau ici.

Ge :  Merci Alex pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar

Merci à toi pour cet interrogatoire !

23 réflexions sur “Sériale lectrice : Ge papote avec Alexandra Guerreiro

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s