Un bel été de lectures estivales avec les flingueuses

Un bel été de lectures estivales avec les flingueuses

Hello la compagnie

En ce 14 Juillet j’ai demandé aux flingueuses présentes de me donner 2 titres qu’elles conseillent comme lectures de vacances.

Pas forcément des nouveautés, non, mais des livres qu’elles pensent convenir pour cette période si particulière qu’est l’Été .

J’ai voulu un titre ou fell good ou qui dépayse, qui fasse voyager, qui nous sorte de notre quotidien

Et un autre qui va nous faire flipper ou frissonner.

Alors voici leurs conseils


Conseils de lectures estivales des flingueuses

So :

Il était deux fois de  Franck Thilliez

Il était deux fois est un roman particulièrement sombre.

Il était deux fois est un roman singulier, ce n’est pas un roman dont on raconte l’histoire, c’est un roman que l’on vit, ressent, intime.

Il aura sans aucun doute, une place de choix dans la bibliothèque, particulièrement dans celle des lecteurs qui connaissent bien l’œuvre du Maestro

.

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au coeur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.

Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…

Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020, et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

Les étincelles de  Julien Sandrel

Les grands embrasements naissent de petites étincelles

La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère.

Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère.

Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ?

Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ?

Ge :

Le prince des marées de Pat Conroy

Dans le sillage des grands noms de la littérature du Sud des États-Unis, Pat Conroy s’est imposé en 1986 avec un chef-d’oeuvre, Le Prince des marées, aujourd’hui réédité dans une traduction révisée. Au coeur des somptueux paysages maritimes de la Caroline du Sud, cette « histoire d’eau salée, de bateaux et de crevettes, de larmes et de tempêtes » fouille la mémoire d’une famille troublée, dans un Deep South encore marqué par la ségrégation raciale.

Tom, Luke et Savannah ont grandi au paradis, dans le sud faulknérien, sur la petite île de Melrose

Mais Tom, Luke et Savannah Wingo ont été élevés à la dure, entre joies et tragédies, par un père pêcheur de crevettes, alcoolique et violent, et une mère  fantasque et mythomane qui régnait par sa beauté.

Comment survivre à tant de bonheur et de poésie ? Leur enfance éblouie et perdue préfigure les drames inévitables de l’âge adulte. Parce qu’ils refusent de mûrir, de vieillir, leurs rêves d’art, d’exploits, de justice vont se heurter à la brutalité du monde réel. La géniale et tragique Savannah et ses frères affrontent l’amour, la solitude et la peur de vivre avec une ironie désespérée. De leurs blessures inguérissables naissent des fous rires sans fin et une immense tendresse.

C’est cette vie-là que va raconter Tom à la psychiatre Susan Lowenstein après la énième tentative de suicide de sa soeur, désormais installée à New York. Pour aider la thérapeute à sauver Savannah, Tom accepte de se replonger dans les souvenirs d’une enfance marquée par un terrible secret. Ses confessions, empreintes d’humour et d’émotion, vont faire revivre la bouleversante saga du clan Wingo. Et peut-être leur offrir à tous une chance de rédemption.

Entre l’émotion et la vivifiante intelligence, Le Prince des Marées est un de ces livres magiques qui peuvent vous briser le coeur, un de ceux que l’on n’oublie jamais.

«Incontestablement, un grand livre.»

L’enfer de René Belletto

Humour et aventures dans ce roman rabelaisien sur la vie et la mort. Un roman qui a le goût du polar mais qui n’est pas un polar.  Prix Femina 1986.

Parfois, on se sent comme loin de sa vie. Si loin qu’on pense même à… Michel Soler, seul dans une ville déserte et terrassée par l’été, en est à ce point d’éloignement. Désespérément disponible, et prêt à tout… Et soudain TOUT lui arrive. Un destin mauvais fait apparaître sur sa route des hommes et des femmes également fatals – et un enfant, diabolique et adorable… Et ce destin mauvais le jette au cœur d’un mystère humain et inhumain, au cœur d’une machination de terreurs, de violences, de morts et d’amours qui sont de ce monde, et qui n’en sont pas. C’est pour Michel Soler l’occasion d’une renaissance, pense-t-on. L’énergie de son désespoir, sa force et sa fragilité redoutables, son indifférence et sa tendresse désarmantes, sa folie et son humour à périr dans les ricanements le font échapper aux pièges infernaux. À moins qu’ils ne l’y précipitent…

Aline :

 La part des anges, Bruno Combes 

La Part des Anges

Deux époques
Deux femmes
Une leçon de vie et d’espoir

Lisa a perdu le goût de vivre depuis la mort accidentelle de son fils. Avec son mari et sa fille, elle quitte Paris pour s’installer dans une ferme isolée au fin fond du Périgord, La Part des Anges, dans l’espoir de se reconstruire. En vain…

Jusqu’au jour où Lisa découvre, niché dans le grenier de la vieille bâtisse, le journal d’Alice qui a vécu à La Part des Anges quatre-vingts ans auparavant. Page après page, Alice y raconte toutes les épreuves que la Seconde Guerre mondiale lui a fait traverser, de son mari déporté en Allemagne aux pires souffrances qu’elle a dû endurer pour assurer la sauvegarde de sa famille.

Deux âmes égarées vont ainsi se rencontrer à l’abri des murs de ce lieu mystérieux. Devant le courage d’Alice, Lisa trouvera-t-elle la force de se reconstruire ?

 

Les yeux bleus  de Sébastien Didier

Une intrigue est parfaitement maitrisée.

Un univers de pouvoir, de contrôle, de manipulations.

IcilLes destins se croisent, s’entremêlent. Les rivalités, les haines sont bien cachées derrière des masques de fausseté, de convenance.

1986. Une famille est assassinée dans sa villa près de Saint-Paul-de-Vence. Le père, la mère et leurs jumeaux d’à peine deux ans. Un crime monstrueux qui demeurera impuni.

  1. Anthony Delcourt sait que la vie de son fils ne tient plus qu’à un fil. Le petit Maxime a été enlevé en plein jour, dans le jardin de la demeure familiale à Nice. Chaque minute qui passe réduit les chances de le retrouver sain et sauf.

Emballement médiatique, services de police et de gendarmerie en ébullition, l’affaire prend rapidement une dimension exceptionnelle. Car l’enfant n’est pas n’importe qui. Il est le petit-fils du millionnaire Claude Cerutti, homme d’affaires à la réputation sulfureuse et puissante figure locale.

Celui-ci en est persuadé : à travers cet enlèvement, c’est lui que l’on cherche à atteindre. Lui, son nom, sa famille. Et ses secrets.

Dany :

Jubilatoire : L’auteur décrit de manière humoristique la province française, plus particulièrement le Beaujolais, région comprise entre la Loire et la Saône, au sud des monts du Charolais et du Mâconnais.

Clochemerle de Gabriel Chevallier

Clochemerle

Tout a commencé quand Barthélemy Piéchut, maire de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoila à Ernest Tafardel, l’instituteur, son projet :

– Je veux faire construire un urinoir, Tafardel.

– Un urinoir ? s’écria l’instituteur, tout saisi, tant la chose aussitôt lui parut d’importance.

Le maire se méprit sur le sens de l’exclamation :

– Enfin, dit-il, une pissotière !

Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre Mme la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu’à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, sera édifiée tout près de l’église où Justine Putet, aride demoiselle, exerce une surveillance étroite…

Dès sa publication en 1934, Clochemerle, chronique rabelaisienne, a connu un énorme succès qui ne s’est jamais démenti. C’est maintenant un classique de la littérature comique.

 

Flippant qui laisse des traces :

La nuit n’est jamais complète de Niko Tackian ..

Un huis clos suffocant en plein désert qui vous hantera pour longtemps et vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page. Une fin inattendue qui donne une double lecture au livre.

La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape… Ils se réveillent seuls, abandonnés, naufragés de l’asphalte. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar…

Mais ce voyage au coeur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?

 

 

 

 

 

 

 Isabelle V :

Dans la forêt de Sibérie de Sylvain Tesson.

Ce récit raconte six mois d’ermitage dans une cabane, dans les profondeurs de la taïga sibérienne : les moments de solitude, la lutte pour la survie, les moments de paix, d’extase et d’osmose avec la nature, etc. Prix Médicis essai 2011

 

Dans les forêts de Sibérie

Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.

J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.

Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité.

Je crois y être parvenu.

Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à l’existence.

Et si la liberté consistait à posséder le temps ?

Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?

Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

 

Le flippant:

A peine sorti de prison, Raphaël entraîne William, son jeune frère, et un couple de délinquants dans un braquage, place Vendôme. L’affaire vire au drame : une passante et un policier sont tués et William est grièvement blessé. En fuite, les gangsters prennent en otage Sandra, une vétérinaire habitant un corps de ferme isolé. Or, le mari de Sandra se révèle être un dangereux psychopathe…

le purgatoire des innocents de Giebel.

Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts, un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois trouver une planque où il pourra reprendre des forces.

Je m’appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là…

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit…

 

 

 

 

 

Sylvie K

Serial Belle Fille de Cécile Pellault

 

pour sourire

Quand Madame Belle-mère s’immisce une énième fois dans sa vie familiale, Chloé crée « le club des belles-filles en colère ». Au cours de réunions mensuelles, Chloé et ses copines en profitent pour vider leur sac, inventer des supplices à infliger à Madame Belle-mère et voter pour le plus drôle d’entre eux. Toutes y trouvent l’exutoire nécessaire pour affronter les incessants sous-entendus teintés de reproche et les bons conseils prodigués à la pelle. Surtout, Chloé pense avoir trouvé l’alternative parfaite pour ne pas craquer face à la mère de Romain. Mais la plaisanterie tourne bientôt au cauchemar lorsqu’une invitée indésirable du Club se met à réaliser un à un les supplices primés en réunion dans le but d’obtenir le titre de Belle-fille de l’année et l’admiration de toutes ! Un jeu de piste s’engage alors pour la débusquer et arrêter les agressions de belles-mères. Chloé va pouvoir compter sur ses amies Marie, l’executive woman, Tania, la toute jeune maman perdue dans ce nouveau rôle, Sophie, la journaliste au mari volage, Vic, la flic à l’ex belle-mère envahissante et bien d’autres..

 

et

Apocryphe de René Manzor

pour être transporté dans un autre temps

Jérusalem, an 30. Un petit garçon de 7 ans reste sur le Golgotha, les yeux rivés sur l’homme cloué sur la croix centrale. Il est le fils de Yeshua. Plus tard, le jeune David de Nazareth, qui a grandi dans le désert de Judée auprès de sa mère, Mariamné, est lassé de vivre caché. Sa révolte intérieure le pousse à s’enfuir afin de rejoindre Jérusalem.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Marc

Insolite et surprenante, cette enquête littéraire jubilatoire de Romain Puértolas déjoue tous les codes.

La police des fleurs, des arbres et des forêts  de Romain Puertolas

La police des fleurs, des arbres et des forêts

Sous la chaleur étouffante de l’été 1961, un officier de police de la grande ville est dépêché à R, village perdu dans lequel on vient de faire une macabre découverte : Joël, seize ans, a été retrouvé découpé en morceaux dans une des cuves de l’usine de confiture. L’inspecteur citadin est accueilli par le garde champêtre, qui tient plus du gendarme de Guignol que de l’adjoint efficace, et découvre une commune dont les habitants semblent étonnamment peu affectés par le drame. Pour compliquer l’affaire, un orage empêche toute liaison téléphonique, l’autopsie a été pratiquée par le vétérinaire improvisé médecin légiste, et la victime est déjà enterrée. Avec cette enquête littéraire jubilatoire, insolite et surprenante, Romain Puértolas s’affranchit de tous les codes.

 

 

 « L’ami imaginaire » de Stephen Chbosky

Entre suspense effroyable et richesse émotionnelle, Stephen Chbosky renouvelle la littérature de l’horreur. À lire les lumières allumées.

Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie.

Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît.

Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne.

Lui seul sait que quelque chose a changé.

La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission.

S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent son courroux…

 

 

 

 

 

Pour Isabelle B :

Les magiciennes de Boileau et Narcejac

pour son ambiance poisseuse, la sensation de malaise qui s’installe insidieusement au fil des pages.

Porté à l’écran par Serge Friedman.

Par les auteurs des Diaboliques, de Sueurs froides, de Meurtre en 45 tours, de Maléfices, de Maldonne, des Louves, etc., qui ont inspiré Clouzot, Hitchcock, Etienne Périer, Henri Decoin, Sergio Gobbi, Louis Saslawsky…

Les magiciennes

À la mort de son père, le professeur Alberto, Pierre découvre un monde dont il avait été jusqu’alors tenu éloigné, un monde fait de malles à double fond, d’épées à lame rétractable, de colombes et de lapins qui sortent des chapeaux… Le jeune homme endosse alors le frac de magicien pour un spectaculaire numéro d’illusionniste avec deux soeurs jumelles. Mais l’illusion se prolonge en coulisses : embrasse-t-il Hilda ou Greta ? Laquelle des deux serre-t-il dans ses bras ? Est-ce Greta ou Hilda qui le repousse ?

 

 

 

 

 

 

 

Pour un été de tempête et de brume sur la lande,

Les déferlantes, de Claudie Gallay.

Ce roman ardent porté par la violence des grandes marées, à l’écriture dépouillée et sensible, a été distingué par le grand prix des lectrices du magazine Elle.

La première fois qu’elle a vu Lambert, c’était le jour de la grande tempête. Elle était installée depuis six mois tout au bout des terres, sur la pointe de La Hague, dans un paysage aussi sublime que tumultueux. Elle travaillait pour un centre ornithologique, elle observait et comptait les oiseaux sur les falaises.

Autour d’elle, la vieille Nan qu’on disait folle, la belle Morgane et son frère Raphaël, le sculpteur, Lili qui tenait le café, son père Théo, l’ancien gardien de phare, et surtout Lambert avec son silence et ses souvenirs. Celle qu’on appelait la Horsain, « l’étrangère », ne savait pas qu’elle allait entrer dans leur histoire ; elle ne se doutait pas que les secrets relient les gens plus encore que les lieux. Mais elle était attirée par Lambert, cet homme qui lui rappelait celui que la mort lui avait pris.

Tout a commencé avec la tempête d’équinoxe…

 

Eppy Fanny :

 

Alors le livre plein de délicatesse et d’humour que je conseille : Belles galères de Patrick Cauvin.

Belles Galère, Patrick Cauvin

Ce livre c’est de l’humour, de la tendresse, une pincée de polar et deux magnifiques histoires d’amour (les lettres sont un délice)

Belles Galères

Qu’est-ce qui pousse ce flâneur solitaire et richissime à boire du rhum, la nuit, en compagnie d’un biologiste centenaire, dans un immeuble désert de la Plaine Monceau ?
Qu’est-ce qui amène cet écrivain farouchement sédentaire à quitter son passage des Panoramas pour se rendre au fin fond de l’Italie ?
Quel lien unit ces deux univers ?
Plongez dans le double mystère de Belles Galères et embarquez-vous pour la plus étrange des traversées. Tenez bon le cap, vous n’êtes pas au bout du voyage.

Et pour le suspense la 1ère histoire du département V.  J’ai lu les autres, mais l’ambiance de ce roman, cette vengeance implacable, reste pour moi inoubliable.

 

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne.

Pour eux, pas de cold case… Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l’inspecteur Mørck, est un véritable phénomène d’édition mondial.

 

 

 

Cécile

Cet été, je m’occupe de votre cœur et de vos peurs avec :

Une petite bulle de douceur, poétique et décalée comme seuls les Japonais savent faire. Une pépite d’émotions et de saveurs :

Le restaurant de l’amour retrouvé d’Ito Ogawa.

Un petit chef-d’oeuvre gastronomique et littéraire

Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l’art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière.

Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies.

Un livre lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco, dont l’épice secrète est l’amour.

 

 

 

Et en cas de températures caniculaires, des frissons à la coréenne :

Ou comment le doux murmure d’une enfant, et la maladie d’Alzheimer vous garantirons des nuits fraîches !

Bonne nuit maman de Seo Mi-ae

Le Silence des agneaux Made in Korea
Seonkyeong, criminologue, est sollicitée par un serial-killer qui attend son jugement en prison. Cet homme qui a assassiné une douzaine de femmes veut lui parler, à elle et à personne d’autre. Intelligent, manipulateur, ses motivations restent floues mais tous s’accordent à dire que Seonkyeong devra faire preuve de la plus grande prudence face à ce criminel hors normes.
Dans le même temps, son mari se voit contraint de faire venir chez eux la fille qu’il a eu d’un précédent mariage. Une petite de onze ans qui serre contre elle son ours en peluche, une petite bouleversée par les décès de sa mère et de ses grands-parents maternels. Des décès pour le moins suspects d’ailleurs…

Bonne nuit maman est le premier opus d’une trilogie consacrée à Ha-young, jeune criminelle qui incarne les bouleversements vécus par la société coréenne.

 

Ma mémoire assassine de Kim Young-ha.

Un étrange roman d’humour noir dont l’héroïne n’est autre que la mémoire qui se dérobe et brouille les pistes. Et un suspense au dénouement stupéfiant, car derrière une histoire peut s’en cacher une autre dont le lecteur découvre qu’il n’a jamais eu les clés, précisément parce que le narrateur les avait oubliées.

Un ex-tueur en série décide de reprendre du service. Seul problème : il a soixante-douze ans et vient d’apprendre qu’il est atteint de la maladie d’Alzheimer.

Sous ses dehors de vieillard inoffensif s’adonnant à ses heures perdues à la poésie et la philosophie, se cache un redoutable meurtrier qui a assassiné sans remords des dizaines de personnes. Aujourd’hui il repart en chasse alors que rôde autour de sa maison un homme qui menace de s’en prendre à sa fille adoptive bien-aimée.

S’engage alors une course contre la montre : tuer avant d’oublier qui il est, avant que la maladie n’ait raison de lui, qu’il ne devienne prisonnier d’un temps sans passé ni futur.

 

 

Voilà j’espère que cette sélection saura vous séduire ou qu’au moins vous y trouverez quelques envies de lectures pour les mois à venir.

Et si celle-ci ne vous suffisait pas, ce soir vous pourrez retrouver les conseils de lectures de nos indics

Alors à tout vite

27 réflexions sur “Un bel été de lectures estivales avec les flingueuses

  1. Wouaw que de belles pioches, déjà lues ou mises en attente d’achat. Les titres de bien-être sont les bienvenus, cela change du noir et apporte sur la table, d’autres bouquets. Un grand merci et un bel été à vous toute. Le masque reste de mise. Il FAUT que cette saleté s’en aille. 🌻🌻🌻🌻❤️🌻🌻🌻🌻🌻

    Aimé par 2 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s