Terres fauves de Patrice Gain

Le livre : Terres fauves  de Patrice Gain. Paru le 29 janvier 2020 chez le Livre de Poche. 7€40.  (254 p.) ; 18 x 11 cm. Précédemment édité le 23 août 2018 au Mot et le reste. 19€. (204 p.) ; 21 x 15 cm

4e de couv :

Terres fauves

« Quand le soleil est passé derrière les sommets et que les eaux de la baie sont devenues noires, j’ai compris que personne ne reviendrait me chercher. »

Missionné par son éditeur, David McCae, écrivain new-yorkais, se retrouve parachuté du jour au lendemain en Alaska pour terminer les Mémoires du gouverneur de l’État de NY. Afin d’étoffer son livre d’un chapitre élogieux, il doit recueillir les confidences d’un alpiniste de renommée mondiale et ami proche de l’homme politique. Mais tout ne se passe pas comme prévu.

Plus adepte du lever de coude que de l’amabilité, l’aventurier n’en est pas moins disert et David en apprend beaucoup. Trop. Seul et démuni, dans une nature austère et glaciale, le prête-plume va devoir apprendre à sauver sa peau…

L’auteur : Patrice Gain est ne à Nantes en 1961. Professionnel de la montagne, ingénieur en environnement, il est déjà l’auteur de quatre romans aux éditions Le mot et le reste. La Naufragée du lac des Dents Blanches (Prix du pays du Mont Blanc 2017 et Prix « Récit de l’Ailleurs » des lycéens de Saint-Pierre et Miquelon 2018) , DenaliLe sourire du scorpion et celui-ci  Terres fauves
Extrait :
« Il était dix heures passées quand le téléphone a sonné. J’étais allongé sur mon lit et par la fenêtre ouverte de la chambre j’entendais monter le tumulte de la rue. J’ai tendu la main vers la table de nuit et j’ai attrapé mon portable. Le nom de Sydney s’affichait sur l’écran. J’ai décroché. Ça faisait cinq jours qu’il cherchait à me joindre. Je n’avais pas envie d’entendre ce qu’il avait à me dire, mais je ne pouvais pas faire la sourde oreille indéfiniment, d’autant que Sydney Baldaci était un des rares éditeurs à me faire travailler.
– Toujours vivant ? Une semaine que je te cours après. Même Louise dit ne pas avoir de tes nouvelles. Tu es où ?
– Je suis dans un hôtel, du côté de Rockaway Beach.
– Je peux savoir ce que tu fiches ?
– Je sais pas très bien. J’avais besoin de voir la mer. De la respirer.
– Tu crois vraiment que le Queens est l’endroit rêvé pour prendre des vacances ?
– Je ne prends rien. Je me suis juste rendu à l’évidence.
– Garde tes phrases à la con pour les textes que je te paye à prix d’or et dis-moi si tu as avancé sur l’ouvrage de notre cher gouverneur.
– Je lui ai envoyé mon travail il y a dix jours, mais je crains que ce type ne sache pas bien de quoi doit traiter son livre. Il change d’avis à chaque journal télévisé.
– Ok, ok, mais tu sais comment sont ces politicards ! Je l’appellerai demain pour convenir d’une idée directrice. Et ton nid d’amour ? Tu t’es enfin décidé à lâcher la bride ?
– Louise m’a quitté, Sydney. Vendredi dernier. Enfin pour être exact, elle m’a dit qu’elle en avait marre de m’avoir dans ses pattes. Je suis sorti. Prendre l’air. J’ai tourné en rond une bonne partie de la nuit et finalement j’ai échoué ici. Je n’ai pas bougé depuis.
Il y avait eu un silence.
– Putain, David, quand ça va pas, tu fais vraiment des trucs de dingue ! Je savais pas que ça ne collait plus vous deux. Entre nous, elle est un peu spéciale, non ? Je me suis toujours demandé ce qu’elle pouvait bien faire avec un type comme toi.
– Elle aussi probablement. Pour le gouverneur Kearny, c’est au-dessus de mes forces. Vois avec lui. Je vais avoir besoin de faire un break quelques jours pour digérer tout ça.
– N’y pense même pas. Il compte sur son livre pour gagner les voix de sa réélection. Tu connais ma maison d’East Hampton ?
– Non. Je déteste la campagne. J’ai horreur du vide.
– Au bord de l’océan, et c’est tout sauf un trou. Tu files là-bas, tu te remets au boulot, tu te fais une raison et quand tu auras fini de pleurnicher sur ton sort fais-moi signe.
Avant de raccrocher, il avait ajouté que si je ne terminais pas le travail je pouvais m’asseoir sur ma rémunération. Sydney était comme ça. Il parlait beaucoup d’argent. Il changeait de filles comme de voitures et ne prêtait un réel intérêt qu’à son job. Les états d’âme, ce n’était pas son truc. Je lui disais qu’il n’était pas à l’abri, que ça pouvait lui arriver un jour. Ça le faisait doucement rigoler. Je l’aimais bien, contrairement à son style de vie qui compilait carriérisme et mondanité. » 

Le post-it de Ge

Terres fauves de Patrice Gain

Encore un grand roman de Patrice Gain que je viens de découvrir en poche.
Mais comment ai-je pu passer à coté de ce nature writing français qui se joue sur les terres américaines.
Une nouvelle fois Patrice Gain nous propose un magnifique roman noir, Son écriture nous conte les sentiments, les émotions, les caractères, les traumatismes enfouis mais aussi le passé qui trouble notre présent, sans oublier la beauté de la nature.
Car ici c’est la nature qui fait loi. Il y est question de violence, de survie, de grands espaces et du rapport de l’homme avec la nature.
Il y a du David Vann et du Ron Rash dans les bouquins de Gain.
J’ai remarqué que chez Patrice Gain des thèmes comme le délitement de la cellule familiale ( ici c’est un peu différent c’est un rupture du couple qui est le déclencheur) va de paire avec la confrontation de l’homme et de la nature. Une nature grandiose, violente voire hostile aussi mais surtout majestueuse.
Une nouvelle fois un énorme coup de coeur pour moi.
Ah oui j’oubliais, l’histoire, elle est simple : Pour pallier un manque d’inspiration et pressé par son éditeur, David McCae, un écrivain new-yorkais, accepte de se rendre en Alaska afin de terminer les mémoires du gouverneur Kearny. Déterminé à être réélu, celui-ci l’envoie à Valdez rencontrer le célèbre alpiniste Dick Carlson, un ami de longue date, pour qu’il lui fasse part de leurs aventures. Lors d’une soirée de beuverie, Carlson lui révèle des choses insoupçonnée et compromettantes. Aussi David en ayant appris trop se retrouve alors confronté à la violence des hommes et de la nature. Obligé de fuir pour sauver sa peau. Car ici dans ces terres sauvages les plus forts chassent les plus faibles.
Attention vous allez avoir froid, vous allez avoir peur, vous sentir oppressé car notre auteur en peu de mot sait faire monter la tension. Mais vous allez aussi attraper des sueurs froides face à l’ours d’Alaska.
Bref vous ne reviendrez pas indemne de ce voyage.
Alors belle lecture

16 réflexions sur “Terres fauves de Patrice Gain

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s