Gwendy et la boite à boutons de Stephen King et Richard Chizmar

Gwendy et la boite à boutons de Stephen King et Richard Chizmar. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Michel Pagel. Paru chez Le livre de poche le 5 septembre 2018 ; prix 6€70 ; 155 pages ; 11 x 18 cm.

4ème de couverture :

Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposées huit boutons de différentes couleurs.
La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n’a-t-il pas sa contrepartie ?

Les auteurs :

Stephen King est l’auteur de plus de cinquante livres, tous devenus best-sellers mondiaux. Parmi ses dernières oeuvres, citons la trilogie de Bill Hodges, Le Bazar des mauvais rêves, Revival, Docteur Sleep et Dôme. Son roman 22/11/63 a été élu l’un des dix meilleures livres de 2011 par le New York Times. King a reçu la médaille nationale des Arts en 2014 et, en 2003, la médaille de la Fondation nationale du livre pour contribution distinguée aux lettres américaines. Il habite Bangor, dans le Maine, en compagnie de son épouse, la romancière Tabitha King.

Richard Chizmar a publié des dizaines de nouvelles, notamment dans Ellery Queen’s Mystery Stories, une anthologie rééditant les meilleurs nouvelles policières de chaque année. En matière de prix, il a remporté deux World Fantasy Awards, quatre International Horror Guild Awards, et le HWA’s Board of Trustee’s Award. Son troisième  recueil de nouvelles, A Long December, sorti récemment, a reçu d’excellentes critiques dans Kirkus et Booklist, et fait l’objet d’un article dans Entertainment Weekly. Les oeuvres de Chizmar ont été traduites en de nombreuses langues à travers le monde, et il a participé à bien des congrès en tant que professeur d’écriture, conférencier, débatteur et invité d’honneur. N’hésitez pas à visiter son site : RichardChizmar.com.

L’illustrateur : Keith Minnion a vendu sa première nouvelle au Asimov’s SF Adventure Magazine en 1979. Il en a depuis publié plus de vingt, ainsi que deux longs récits, un recueil  de ses meilleures illustrations et un roman. Illustrateur professionnel depuis le début des années 1990, il a travaillé sur des oeuvres d’auteurs tels que William Peter Blatty, Gene Wolfe et Neil Gaiman, et réalisé d’importants travaux graphiques pour le ministère de la Défense. Il a été instituteur, directeur de programme pour le même ministère, et officier dans l’U.S. Navy. Il habite actuellement la Vallée de Shenandoah, en Virginie, où il continue d’écrire ainsi que de peindre huiles et aquarelles.

Extrait :

Gwendy est en train d’essuyer ses lunettes sur le mouchoir qu’elle garde à cet effet dans la poche de son short quand on s’adresse à elle : <Hé, fillette.Viens voir un peu par là. Il faut qu’on cause, toi et moi.>
Elle remet les lunettes, et le monde flou redevient net. Sur un banc à l’ombre, près de l’allée de graviers qui court des marches au parc de loisirs de Castle View, est assis un homme vêtu d’un jean noir et d’une veste de costume assortie sur une chemise blanche au col déboutonné. Un joli petit chapeau noir le coiffe. Plus tard, de ce chapeau, Gwendy fera des cauchemars.

 

Les missives de Fanny H

Gwendy et la boite à boutons de Stephen King et Richard Chizmar

 

C’est simple, quand je vois le nom de Stephen King inscrit sur un livre, je suis attirée vers lui comme un aimant. Et donc j’ai eu très envie de lire cette nouvelle. La boîte à boutons… tout un programme… sans lire la 4ème de couverture, je me suis demandée d’emblée mais que fait cette boîte ? Et je voulais absolument le découvrir. Après tout, pourquoi pas une boîte magique ou maléfique, voir les deux ? Ou rien du tout style placebo… Nous répétons pourtant aux enfants de ne jamais parler aux inconnus mais sans doute, nous ne les mettons pas assez en garde, tout comme les parents de Gwendy, hélas.
Cette nouvelle est fluide et très agréable à lire, elle m’a emmené rapidement vers une fin qui ne m’a pas déçu. Je conseille ce livre aux jeunes ados d’ailleurs, il peut être une belle façon pour eux de rentrer doucement dans l’univers du maître, avant d’y basculer complètement comme moi je l’ai fait il y a longtemps.
C’est très sympa de retrouver Stephen King en duo pour l’écriture. On ne sait jamais à quoi s’attendre avec lui et c’est ça qui est génial ! Cette nouvelle est faîte de joies et de bonheur mais chaque chose à son revers et Gwendy en paiera un certain prix. Et vous, que seriez-vous capable de faire pour garder un trésor ou jusqu’où pourriez-vous aller pour lui ? 
 PPPssssstttt ! La boîte sur la photo… elle a des boutons…mais je l’ai bien caché…

9 réflexions sur “Gwendy et la boite à boutons de Stephen King et Richard Chizmar

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s