Une brume si légère de Sandrine Collette

Je ne sais pas vous, mais moi je suis en manque de Sandrine Collette.

Mais qui est cette autrice qui me manque tant !

Sandrine Collette  est née en 1970, elle est une romancière. Sandrine Collette partage son temps entre Paris et le Morvan.
Elle passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique. Elle devient chargée de cours à l’Université de Nanterre, travaille à mi-temps comme consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et restaure des maisons en Champagne puis dans le Morvan.
Elle décide de composer une fiction et adresse son manuscrit aux éditions Denoël. Il s’agit « Des nœuds d’acier », publié en 2013. Son premier roman rencontre un vif succès critique et public avec 20 000 exemplaires vendus. Il obtient le Grand Prix de littérature policière ainsi que le Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne.
En 2014, elle publie son second roman « Un vent de cendres » (chez Denoël) qui revisite le conte « La Belle et la Bête ».
Devenue l’un des grands noms du thriller français, une fois encore, elle montre son savoir-faire imparable dans « Six fourmis blanches » (2015).
« Il reste la poussière » (2016) obtient le Prix Landerneau du polar. En 2017 paraît « Les larmes noires sur la terre ».
Son huitième roman, « Et toujours les forêts », une fiction post-apocalyptique, a été récompensé, en 2020, par le prix de La Closerie des Lilas et le grand prix RTL-Lire.

Aussi pour pallier ce manque et en attendant son prochain roman, , j’ai décidé de lire une nouvelle de mon auteure chouchou et aussi, non pas de relire, mais d’écouter son dernier roman Et toujours les forêts , surtout que celui-ci est lu par François-Eric Gendron. Mais de ça, cette expérience d’écoute, je vous en reparlerai quand j’aurai écouter la voix de notre acteur durant sept heures me raconter une histoire que j’ai adoré lire.

 

Pour le moment je vous parle Une brume si légère, une courte nouvelle que j’ai dévoré et devrai-je dire dévorée une seconde fois.

Mais avant de vous expliquer cela, de quoi par cette nouvelle ?

Une brume si légère de Sandrine Collette. Paru aux Éditions de l’épée 1e aout 2018. epub-0€99.  (48 pages)

À propos

Une nouvelle de Sandrine Collette (grand prix de littérature policière, prix Landerneau du polar), inédite en numérique.

Ici, on vit dans des voitures. Une ville de voitures – vieilles, cabossées, ringardes, où la société parque ses miséreux. On l’appelle La Casse. Coincée dans une vallée, fermée d’un côté par un barrage hydraulique, de l’autre par une grille longue de quatre cents mètres. C’est là que Jo atterrit, après une longue dégringolade : divorce, chômage, solitude, misère. A bout de forces, la jeune femme se voit attribuer son nouveau logement, une Peugeot 306 grise. Comment trouver des raisons de vivre, dans ce bidonville rappelant « la préhistoire, version Mad Max ou pire » ? Mais il y a Ada, la vieille aux mains apaisantes et aux herbes puissantes. Mais il y a Nathan, un des gardiens de la Casse, aux cheveux noirs et lisses, au regard d’oiseau de proie. Et Jo se prend à y croire encore. L’amour, l’espoir, pourraient trouver leur place, même dans cet enfer. Bien sûr, c’est un rêve impossible.

Et voilà je me retrouve pour la troisième fois dans une casse.

La première c’est parce que j’avais lu ce texte une première fois en 2014 dans Les Petits Polars du Monde, mais comme j’ai une mémoire de Dory, je ne rappelais plus du titre. En fait j’ai fait confiance à ma mémoire visuelle de la couverture, et celle-ci je ne la connaissais pas. Non moi celle que j’avais en mémoire c’était celle-ci 

La seconde c’est quand j’ai ouvert ma liseuse et que j’ai commencé à lire cette histoire.

Un jour, Jo a débarqué dans cette cité de misère où les vieilles voitures à la casse servent de logements pour les plus pauvres. Elle était seule, sans travail ni projet. Ada et les autres filles l’ont aidée à s’installer dans une Peugeot grise sans âge. C’est là qu’elle s’est mise à pleurer. Puis Nathan est apparu, toujours accompagné d’Aristote, et la situation est devenue très compliquée.

Tiens ça me rappelle quelque chose,  du déjà lu en effet, mais comment résister au mots de Sandrine Collette. A peine les premières phrases avalées que déjà je suis (re)prise dans cette engrenage infernale qui va mener notre héroïne à la rue. Elle qui avait tout pour réussir dans sa première vie, un mari, un boulot extra et puis c’est chute. Un simple divorce, une dépression, la picole, la perte de son boulot, le chômage qui s’éternise, la perte des repères sociaux, la solitude et enfin la misère. Une misère crasse, de celle que la société rejette. Et puis la chute vertigineuse jusqu’à la déchéance. Et là vous êtes mis au rebut.

Hasard ou ironie, la Casse est construite comme ces villages de vacances qui s’étalent le long d’une route ovale, avec des dizaines de petites rues desservant des bungalows serrés les uns contre les autres à deux pas de la plage.
Sauf qu’ici, c’est dans des voitures qu’on vit. Oui, une ville de voitures – vieilles, cabossées, ringardes. Une ville de miséreux. […]
Combien sont-ils aujourd’hui, peut-être huit ou neuf mille personnes, qui vivent là sur des sièges éventrés des Renault hors d’usage, dans les coffres ouverts prolongés par une tôle ou une bâche pour gagner un peu d’espace. 

Vous vous retrouvez dans un bidonville où plutôt une jungle semi-urbaine. Un endroit hors du monde où les parias vivent en secret sur les décombres de la société post-industrielle.

 

Cela fait huit mois que je suis arrivée à la Casse. Un parcours presque classique pour les gens comme moi qui, de catastrophe en dégringolade, n’ont plus leur place dans une société qui ne veut pas s’embarrasser de ses pauvres. Ici, j’y suis venue comme à l’alcool, par erreur et par fatigue, alors que je savais qu’il ne fallait pas ; alors que je connaissais les rumeurs, j’avais vu un ou deux reportages – pour ce que les journalistes, systématiquement refoulés, arrivaient à savoir. Une ville de misère tenue par cette étrange mafia locale, un lieu sans retour : que les pauvres aillent s’entretuer loin de nous !

En moins de 50 pages, Sandrine Colette nous emmène loin, très loin de notre quotidien bien rangé. Loin mais si proche à la fois. Dans cette casse où l’on entasse les rebuts de la société. Là où on les enferme pour ne plus les voir, là où on les concentre ! Une ségrégation des plus faibles organisée.

Il y eut ce temps où les carcasses de voitures hors d’usage étaient emportées par les camions des ferrailleurs, détruites à coups de barres de métal ou de blocs de béton. Sur la route on croisait parfois ces convois insolites, ces empilements de couleurs fracassées, sanglées sur des plateaux ou serrées dans des bennes rouillées à force d’essuyer les chocs des voitures jetées là. […]
Je ne sais pas qui a eu l’idée de cette nouvelle filière de recyclage mais un jour, on a sorti des dizaines de milliers de voitures de la chaîne. Pas n’importe lesquelles : les plus grosses. Les citadines ou les sportives filaient toujours tout droit à la casse mais les berlines, les camionnettes et les breaks étaient chassés avec fureur. C’est une sorte de seconde vie qu’on leur offrait, à ces automobiles embouties, boîte ou moteur cassés : une vache de nouvelle chance sur cales, côte à côte dans un alignement impeccable, comme des maisonnettes aux peintures cloquées.
Tout cela, nous le savions. Mais nous le pensions marginal – ou cela nous arrangeait de le croire.

 

Et puis il y a aussi cette micro société qui se réorganise. Dans cette communauté des laissés pour compte, des milices d’hommes ont droit de vie et de morts sur les autres, c’est clairement un retours à la féodalité. Et là aussi les plus fort impose leur loi et bien souvent ce sont  les femmes qui trinquent. Victime une nouvelle fois comme si la déchéance ne suffisait pas.

Chargée du sac à dos dans lequel j’avais enfoui mes dernières affaires, et de la poche donnée par le gardien, j’ai erré une demi-heure avant de trouver la place 2167. Bon Dieu, cet endroit, c’était un bidonville, un vrai, au cœur de notre pays bien civilisé, au XXIe siècle. […] Et ça, c’était ma nouvelle ville. La préhistoire, version Mad Max ou pire.

 

En 50 pages, Sandrine Collette nous offre un fable, celle de notre monde qui va droit dans le mur. Celle de cette société où sur-consumérisme et mondialisation mettent des tas de personnes sur le carreau dans une indifférence assez flippante.

Tout cela, nous le savions. Mais nous le pensions marginal – ou cela nous arrangeait de le croire. […] d’une certaine façon, nous admettions que c’était mérité, et même si c’était trop facile, nous pensions tout bas qu’ils n’avaient qu’à travailler. / Jusqu’au jour où nous en étions

 

Une brume si légère est un conte urbain et contemporain où notre humanité ne ressortira pas grandi où pourtant derrière Une brume si légère on pourrait entrevoir un monde nouveau fait d’entraide, de solidarité et d’amour. Pour autant certain conte ne tolère pas une happy end.

Je ne peux que vous conseiller vivement cette lecture que j’ai adoré. Ce sont  48 pages d’une folle intensité emplies d’émotions

Ah oui j’allais oublier :

Une brume si légère a aussi été adaptée en fiction radiophonique.

Et à n’en pas douté cette nouvelle-ci a servi de base de travail à notre autrice car  la troisième fois où je suis allée à la casse, c’est aussi avec Sandrine Collette dans son somptueux roman, Les Larmes noires sur la terre dont je vous recommande  fortement aussi la lecture.

Bref vous l’aurez compris le conseil est simple :  lisez ou écoutez Sandrine Collette, c’est simple, non ? !!!

Challenge polar et thriller 2020-2021 avec Sharon 1

11 réflexions sur “Une brume si légère de Sandrine Collette

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s