Et les vivants autour, Barbara Abel

Le livre Et les vivants autour de Barbara Abel – Paru le 05 mars 2020 chez Belfond dans la collection Thriller. 19 € ;  (448 pages) ; 14 x 22 cm

 4ème de couverture :

Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.
Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

Après Je sais pas et Je t’aime, le nouveau thriller de Barbara Abel dissèque à la perfection la psychologie et les émotions en montagnes russes des personnages qui gravitent autour du corps de Jeanne, inerte et si présent à la fois.

L’auteur : Née en 1969, Barbara Abel vit à Bruxelles, où elle se consacre à l’écriture. Pour son premier roman, L’Instinct maternel (Le Masque, 2002), elle a reçu le prix du Roman policier du festival de Cognac. Aujourd’hui, ses livres sont adaptés à la télévision, au cinéma, et traduits dans plusieurs langues. Et les vivants autour est son treizième roman.

 

 

Extrait :
« — J’ai subi ma vie d’épouse et ma vie de mère pendant des années, poursuit-elle en regardant cette fois sa fille dans les yeux. Je ne peux pas dire que ces deux rôles m’aient épanouie, bien au contraire. Quant à ma vie de femme… Elle a presque été inexistante. Sacrifiée au nom de la famille. J’ai souvent repensé à cet instant où l’idée m’a traversé l’esprit, celle de mettre fin à ma grossesse. Je savais que j’avais les compétences pour mener à bien une carrière qui, sans être exceptionnelle, aurait en tout cas pu me combler. Me rendre fière de moi. Seulement… Seulement les obstacles à franchir pour prendre cette décision m’ont semblé insurmontables : l’opprobre de mes parents, celui de la société, Dieu, mes propres convictions aussi, qui me soufflaient que si je tuais cet enfant-là je n’en aurais jamais d’autres… J’ai eu peur. Je n’ai rien osé dire. J’ai chassé cette idée folle et j’ai subi mon destin »

 

Chronique de Flingueuse, l’Avis d’Isa

Chronique Autour des vivants de Barbara Abel

 

Le thème de ce roman est lourd, douloureux et inspiré d’un fait divers : Une jeune fille, Jeanne, est dans un coma profond depuis quatre ans suite à un accident de voiture. Autour d’elle, ses parents, Micheline et Gilbert, un couple que seule leur fille unit désormais, son mari Jérôme et sa sœur Charlotte font front, se serrent les coudes, puis se déchirent lorsque le médecin leur annonce l’insupportable nouvelle.

La thématique de l’euthanasie se heurte à celle des convictions religieuses. La psychologie des personnages est parfaitement traitée. Les relations entre époux, le machisme, la soumission, l’habitude, la jalousie entre sœurs, les concessions, les traumatismes du passé. Barbara Abel étudie tout en profondeur.

Le rythme est soutenu, prenant. Le style percutant et sans fioriture. Mais il ne faut pas s’attendre à des rebondissements en cascade. Ce n’est pas le suspense qui est important dans ce roman noir, mais plutôt les réactions des vivants parfaitement développées. L’enquête sur le crime est secondaire et j’aurais peut-être aimé un développement un peu plus soutenu.

En revanche malgré le fait que j’ai beaucoup aimé cette lecture et que les pages ont défilé à grande vitesse, j’ai tout de même un bémol sur le final qui m’a semblé vraiment « too much » et peu crédible. Je reste donc un peu sur ma faim en refermant ce roman.

 

 

4 réflexions sur “Et les vivants autour, Barbara Abel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s