Burn Out, Didier Fossey

La Double Chronique
Une nouvelle 2 flingueuses ont eu la même lecture et vous font le retour de celle-ci dans cette « Double Chronique »


Le livre  :  Burn Out de Didier Fossey.  Paru le 28 février 2015 chez Flamant Noir éditions.   15 euros ;  (289 p.) ; 22 x 14 cm. Réédité en poche le 14 février 2018 chez Bragelonne dans la collection Poche Thriller. 7€90. (277 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Paris. Avril 2014. La police enquête sur une série de vols d’objets d’art dans les cimetières de la capitale. Lors d’une nuit de planque, un policier est assassiné. Pas de témoins. Peu d’indices. Boris Le Guenn, chef de groupe de la BAC au quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Mais il manque d’effectifs et doit mener plusieurs enquêtes de front. La descente aux enfers d’un de ses lieutenants, déterminé à rendre justice lui-même, ne va pas lui faciliter la tache…

Burn-Out nous fait entrer dans l’intimité de la police. Un monde désenchanté, dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal : elle se termine, c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible… Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons…
Ambiance, jargon, procédures… vous aurez l’impression de faire partie de cette équipe de la BAC dès les premières pages. Didier Fossey a fait toute sa carrière dans la Police nationale, il sait donc de quoi il parle. Quand leur métier prend toute la place, devient insupportable au quotidien et risque de leur faire tout perdre, ils trouvent parfois en leur arme de service l’ultime solution…

Prix Polar 2015 du Lions Club

Extrait :

« Au moment où tous repartaient, Bixente lâcha la main de sa mère, saisit le pantalon du ministre et tendit ses bras vers le coussin. L’homme d’Etat lança un regard à sa mère, qui lui fit un signe de tête, approbateur. La médaille, la caquette et le drapeau furent remis à l’enfant, qui les serra de ses deux bras sur son cœur. Ce fut plus que ne pouvait en supporter Franck. Il se retourna violemment, heurtant plusieurs personnes au passage, et se dirigea vers la sortie. »

 

L’auteur : Didier Fossey en né en 1954 à Paris. Après des études secondaires laborieuses, il fréquente un lycée hôtelier à Granville, en Normandie, d’où il sort muni d’un CAP de garçon de restaurant. Il a la chance de travailler sur le paquebot France, puis dans différents établissements parisiens avant d’ouvrir son propre restaurant. En 1984, il laisse tout tomber pour entrer dans la police, à Paris. Ses années de service en brigade anticriminalité de Nuit du 13e arrondissement de 1986 à 2001, les nuits de planque, de traque, la morsure du froid, ce monde de la nuit lui plaisent et lui fournissent quelques anecdotes croustillantes qui lui serviront quelques années plus tard.
Après avoir retrouvé des textes écrits autrefois pour le plaisir, il se lance dans l’écriture de son premier polar, « Tr@que sur le Web » publié dans une petite maison d’édition en 2010. Fort de cette expérience, il écrit un autre polar, « Ad Unum », en 2011, toujours dans la même maison d’édition.
En 2014, sollicité par un nouvel éditeur, il écrit un roman d’action. Puis, en 2015, il renoue avec le polar et écrit « Burn-Out » aux Éditions Flamant Noir. Le livre rencontre un très grand succès et remporte le Prix polar 2015 du Lions club. Depuis, il ne cesse de conquérir les lecteurs !

 

Note de flingueuse J’ai rencontré Didier Fosset à St Maur et après papotage j’ai choisi ce livre.

 

Chronique d’une flingueuse : L’avis de Sylvie K

Chronique de Flingueuse : L’avis de Sylvie K

Burn Out de Didier Fossey

Une nuit de planque pour appréhender des pilleurs de tombes, une envie pressante et la mort d’un flic.  La Bac est saisie Boris Le Guen doit trouver le coupable du meurtre de son collègue et démanteler le trafic. Mais à la brigade tout le monde n’est pas présent Guillaume a disparu, il est aux abonnés absents encore un soucis de plus. Celui-ci ivre de vengeance commenCE sa descente aux enfers. Au commissariat du 20ième arrondissement le major Franck Evrard ne peut pas laisser le meurtre de son co-équipier impuni ; il part en croisade seul. D’autres sépultures sont pillées ; s’en suit un chassé-croisé entre les flics, la Bac, le flic qui perd les pédales et le gang des pilleurs.

Une immersion dans l’univers mythique du 36 quai des Orfèvres là où les flics vivent la plus grande partie de leur temps, parfois au détriment de leur vie de famille. Les contraintes, les horaires, les enquêtes, les interventions qui tournent mal et maintenant les résultats et les stats font que le taux de suicides et les vies ôtées en service ne font qu’augmenter.

Les flics doivent être des hommes fort, courageux, honnêtes mais comment face à la réalité du terrain rester intègre, concilier vie de famille et stabilité ? Après avoir lu Burn Out on peut comprendre la difficulté de ce métier et même entendre les chaussures de la Brigade claquer, descendre en cadence l’escalier du 36 dans l’urgence. Mon premier livre de Didier, une enquête sans temps mort avec en fond un trafic tel qui soit mais qui sert à nous donner un visu psychologique sur les équipes et les hommes et femme qui les composent. Je note le clin d’œil à Sarko et Saussey je me trompe ?

6 réflexions sur “Burn Out, Didier Fossey

  1. Je ne voudrais pas être flic, on te conspue de partout. Bon, quand tu flingues un homme en lui tirant à bout portant dans le dos, je ne suis plus d’accord non plus.

    Un livre que j’aurais aimé lire mais dont je n’ai jamais trouvé le temps…

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s