Meurtres à Adarassane de Dounia Charaf

Le livre : Meurtres à Adarassane de Dounia Charaf. Paru le 15 juin 2017 aux éditions Marsam. 12€. (127 p.) ; 23 x 16 cm

4e de couv : 

Meurtres à Adarassane

Exilée loin de Casablanca et de son commissariat pour raisons disciplinaires, Assia se retrouve dans un petit poste où, lui assure-t-on, il ne se passe jamais rien. Car ici, ce n’est pas Darbida, lui serine-t-on. Désorientée dans une société rurale si différente de celle de sa grande ville natale, elle tente de s’insérer dans une équipe masculine où son chef ne voit les agents du sexe féminin.

Mais voilà qu’une jeune fille violemment agressée disparaît de l’hôpital et que des petits garçons sont portés disparus. Une occasion de prouver son savoir-faire et de gagner une promotion qui lui permettra de retourner dans sa famille et sa ville natale ? Têtue, elle va tout tenter, malgré les ordres, pour résoudre ces affaires.

L’auteur :   Dounia Charaf est née en avril 1960 à Casablanca (Maroc). Elle est fille de diplomate et a passé une grande partie de sa vie en France où elle a fait ses études supérieures. Elle vit en région parisienne où elle travaille dans une bibliothèque universitaire. Elle a publié plusieurs romans et livres de jeunesse chez l’Harmatan et aux Editions Marsam ainsi que des nouvelles notamment dans l’univers des littératures de l’imaginaire.

 

 

Extrait :
Assia soupira et se leva, écoeurée et découragée comme à chaque fois qu’elle devait s’occuper d’affaires de viols, lorsque les victimes se défiaient plus de la justice que de leurs agresseurs

 

Le post-it de Ge

Meurtres à Adarassane- Dounia Charaf

Envoyée dans un commissariat de province pour des raisons disciplinaires, l’agent Assia se confronte à une société rurale loin de Casablanca et tente de s’intégrer à une équipe masculine. La disparition d’une jeune fille violemment agressée ainsi que celle de petits garçons lui fournissent l’occasion de montrer ses talents de policier, quitte à désobéir aux ordres de sa hiérarchie.
On y retrouve Assia déjà rencontrer dans les « Les petites filles et l’oued » Assia, enquêtant sur une série de crimes et d’agressions sexuelles.
Cette enquête est un prétexte, c’est avant tout de la société marocaine dans son ensemble qu’il va être question ici. Dounia Charaf y aborde des thèmes sociaux et sociétaux.
Il y est question de misogynie et de machisme, de rapport homme femme. De la violence faite aux femme mais aussi de ces femmes solidaires entre elles. De ces femmes qui de l’intérieure cherche à changer la société, celles qui voient et pensent collectivement pour que leur situation et leur statue changent. A l’instar de Naïma, la brigadière qui va aider Assia dans son enquête et dans sa démarche, elle qui va bousculer les choses établies dans un monde essentiellement masculin. Avec Assia, on prend conscience de la difficulté à dénoncer et faire condamner la domination masculine. On se rend compte que la parole des femmes est ignorés. Qu’elles n’ont qu’un rôle subalterne.
Mais dans ce court roman on va s’apercevoir à travers les yeux de notre enquêtrice citadine combien la vie les gens de la campagne est difficile combien ils sont démunis. On va percevoir du délabrement du monde rural laisser parfois à l’abandon, du poids des traditions qui est encore plus vivace dans les provinces reculée qu’à la ville. On va comprendre tout le poids que fait peser ses traditions sur la société entière et sur les femmes et les enfants ( petites filles en tête) en particulier.

16 réflexions sur “Meurtres à Adarassane de Dounia Charaf

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s